Projet Duflot : soupe à la grimace chez les professionnels de l’immobilier

Plafonnement des frais d'agences, et encadrement des tarifs des syndics : le projet de loi de Cécile Duflot dévoilé mercredi dernier, fait grincer des dents les professionnels de l’immobilier.

Des "pratiques abusives" dans l'immobilier, des "tarifs injustifiés et excessifs, non respect des obligations, opacité, coûts de transaction trop élevés sont autant d'éléments qui entravent l'accès au logement et pèsent in fine sur le budget des ménages", a indiqué la ministre du Logement.

Parmi les propositions de la ministre du Logement qui seront intégrées dans le projet de loi sur le logement et l'urbanisme et présenté en conseil des ministres le 26 juin ou le 3 juillet, on trouve notamment le plafonnement des frais d'agences, et l’encadrement des tarifs des syndics et règlementation de l'activité des marchands de liste.

Si le projet est voté, les agences immobilières ne pourront plus faire payer automatiquement un mois de loyer aux locataires d'un nouveau bien. Elles ne pourront en effet leur facturer que la moitié de l'état des lieux et de la rédaction du bail. Les frais facturés au locataire seront en outre plafonnés par décret, "de façon à garantir qu'il correspond au coût réel des prestations et à limiter les abus". Les agences immobilières devront afficher clairement la rémunération à la charge de chacune des parties.

Des mesures très favorables au locataire et qui visent, selon Cecile Duflot, à "moderniser en profondeur l'ensemble de ce secteur" (immobilier), pour "restaurer la confiance des consommateurs" et améliorer "le niveau des compétences et les conditions d'exercice des professions" immobilières. Mais c’en est trop pour les agents immobiliers. La FNAIM (fédération nationale des agents immobiliers) est montée au créneau. Son président Jean-François BUET dénonce « des mesures de réduction des honoraires de locations qui sont inadaptées et qui mettent la profession d’agent immobilier à feu et à sang ». Pour lui ces mesures sont injustifiées puisqu’ « il n’y a aucun dérapage en régions ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Il est grand temps que l’on s’interroge sur les abus des professionnels de l’immobilier. Ils ont le même « travail » pour vendre un bien de 100 000 euros qu’un autre dix fois plus cher, la commission devrait donc être égale. Par ailleurs les annonces sont trop souvent mensongères et passent sous silence les « tares » (ex. RDC ou 1er étage, absence d’ascenseur etc). Pour ce qui est des syndics on souhaiterait plus de transparence et une lecture plus claire des frais car les contrôles s’avèrent très délicat.

Signaler un abus

Vendre ou louer un bien 10 fois plus cher qu’un autre est 10 fois plus dur, c’est pour cela que la rémunération est toujours en proportion.
Combien de fois l’agent immobilier se déplace, fait des rendez-vous et conseille ses clients pour QUEDALLE!!!! Alors qu’un plombier facture 100€ de déplacement.
Les agents immobilier ne facturent que quand ils font affaire, c’est un peu simple de se dire « il fait une visite et prends un mois de loyer » combien de rendez-vous pour rien etc.
Trouver un bon locataire cela prend du temps et plusieurs rendez-vous de visites, tout travaille mérite salaire, et là Madame Duflot veut que l’on bosse pour rien, dans un pays ou beaucoup de gens sont payés à rien foutre.
Occupez vous des vendeurs de listes qui facturent 200€ une liste d’annonces périmées

Signaler un abus

Il serait donc normal que tout un chacun paye un forfait de visite à l’AI pour faire baisser les autres frais , ça permettrait de filtrer davantage les gens qui vous balade, les gens non motivés et vous auriez davantage de travail.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La Ville de Lyon a présenté sa PPI 2021-2026

nullLe projet de programmation pluriannuelle des investissements 2021-2026 a été présenté ce jeudi devant le conseil municipal. Il comprend notamment des élements en matière de logement.


Reconfinement : les visites restent autorisées pour les résidences principales

null
Si les agences restent fermées dans les 16 départements concernés par le reconfinement, les pouvoirs publics ont décidé d’autoriser plus largement les visites que lors des premiers confinements.


Relèvement des objectifs pour l’aide « logement jeune actif »

Lancée le 18 février dernier par Action Logement, celle-ci sera finalement versée a 50.000 bénéficiaires.


« Il faut que l’on ait une vision sur les prix de sortie »

null<
Raphaël Michaud est l’adjoint au maire de Lyon délégué à l’urbanisme, à l’aménagement, à l’habitat et au logement. Nous évoquons avec lui les inflexions initiées par la nouvelle majorité sur la politique du logement de la Ville de Lyon. Notamment sur les opérations publiques de type ZAC
» Encadrement des loyers : «On aidera à faire de la conciliation»
» «Nous espérons une signature de cette charte avant l’été»
» «Garder ce savoir-faire de la SACVL, qui est de pouvoir construire à prix coutant»


Encadrement des loyers : «On aidera à faire de la conciliation »

Raphaël Michaud est l’adjoint au maire de Lyon délégué à l’urbanisme, à l’aménagement, à l’habitat et au logement. Lors de notre entretien, nous avons également évoqué avec lui la mise en place de l’encadrement des loyers.


« Garder ce savoir-faire de la SACVL, qui est de pouvoir construire à prix coutant »

Raphaël Michaud est l’adjoint au maire de Lyon délégué à l’urbanisme, à l’aménagement, à l’habitat et au logement, et préside également la SACVL. Nous évoquons le rôle de cette dernière dans l’accompagnement de la politique de l’habitat de la Ville de Lyon.


Renouvellement du partenariat French Proptech/Procivis

French Proptech et Procivis ont indiqué que ce partenariat prendrait « une nouvelle dimension à l’occasion de son renouvellement afin de poursuivre la transition numérique du réseau immobilier ».


Michèle Picard veut interdire les expulsions locatives en 2021

Michèle Picard, maire de Vénissieux et vice-présidente de la Métropole de Lyon, a adressé en ce sens au Premier Ministre, Jean Castex, le 5 Février dernier.


Action Logement poursuit son soutien aux salariés

Le groupe a décidé de prolonger jusqu’à la fin de la crise sanitaire l’aide lancée au mois de juin dernier.


Parties communes : la SACVL passe au renouvelable

Le bailleur de la Ville de Lyon a indiqué passer aux énergies renouvelables pour l’électricité des parties communes de ses résidences.


La trêve hivernale ne se terminera pas au 31 mars

Du fait de la situation sanitaire, les expulsions locatives ne pourront pas reprendre à partir de cette date, comme c’était le cas jusqu’en 2019. La fin de la trêve est reportée au 1er juin.


Prévention des expulsions locatives : Wargon a reçu le rapport Démoulin

Emmanuelle Wargon a dans un communiqué, remercié le député Nicolas Démoulin pour son rapport sur la question.


Aide au logement : Foncia et Action Logement s’engagent

Les deux entités s’unissent pour faciliter l’accès et le maintien dans le logement des salariés du secteur privé, grâce aux aides et aux services proposés par Action Logement.


Gérard Collomb avertit sur un effondrement du marché immobilier

L’ancien président de la Métropole de Lyon a commenté lundi le budget primitif 2021 de la collectivité et la programmation pluriannuelle d’investissements (PPI).


La Métropole de Lyon a voté sa PPI 2021-2026

null
La programmation pluriannuelle des investissements totalise 3,6 milliards d’euros, dont 944,6 millions dédiés à l’urbanisme.