La FNAIM s’inquiète de « nouvelles largesses à la SAFER »

Pour la fédération de l’immobilier, de nouvelles largesses à la SAFER sont contenues dans le projet de Loi d’Avenir Agricole.

La FNAIM hausse le ton face aux SAFER. Contenues dans le projet de Loi d’Avenir Agricole en cours d’adoption au Parlement, certaines mesures inquiètent en effet la fédération. La Commission des Affaires rurales et Forestières de cette dernière a en effet alerté les pouvoirs publics en indiquant qu’elles « ne résoudront pas les graves dysfonctionnements actuels de la SAFER, pourtant  dénoncés par la Cour des Comptes et qui constituent des actes de concurrence déloyale  vis-à-vis des agences immobilières».

La FNAIM rappelle « les dérives pointées par la Cour des Comptes » dont le coût, pour la collectivité,  des opérations de la SAFER exonérées de droits d’enregistrement. « Cette exonération s’applique  bien au-delà des cas de préemptions, qui ne représentent plus que 8% de ses opérations. Elle est, en effet, étendue à des ventes déjà ‘conclues sur le principe’ entre l’acquéreur et le vendeur, dans lesquelles la SAFER intervient néanmoins ». Une pratique de « substitution » qui a coûté, en 2012,  plus de 46 millions d’euros de pertes de recettes fiscales pour les collectivités territoriales, dénonce la fédération.

« L’utilisation de cet avantage fiscal est injustifiée pour des opérations dans lesquelles le rôle de la SAFER se limite parfois à celui d’un intermédiaire, certaines opérations n’ayant, en outre, qu’un lointain rapport avec l’activité agricole lorsqu’il s’agit, par exemple, de biens à usage résidentiel» , indique la FNAIM, pour qui « cet organisme privé doté d’une mission de service public cherche avant tout à générer  du chiffre d’affaires en s’éloignant de plus en plus des objectifs qui lui ont été fixés par la loi ».

La FNAIM indique que le fait d’étendre le droit de préemption aux cessions de parts de sociétés agricoles et aux cessions d’usufruit, « ne fera que renforcer la tentation monopolistique  de cet organisme ». Elle préconise « de réserver l’exonération de droits d’enregistrement aux seules opérations de préemption, afin de supprimer cette situation  de concurrence déloyale de la SAFER envers les agences immobilières ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Reconfinement : les visites restent autorisées pour les résidences principales

null
Si les agences restent fermées dans les 16 départements concernés par le reconfinement, les pouvoirs publics ont décidé d’autoriser plus largement les visites que lors des premiers confinements.


L’État investit pour des habitations plus adaptées aux risques naturels

Dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, le ministère de la Transition écologique augmente les financements pour aider les territoires à s’adapter aux conséquences du dérèglement climatique.


La FNAIM juge le nouveau DPE « plus fiable et plus lisible »

La fédération de l’immobilier s’est félicitée du nouveau diagnostic de performance énergétique annoncé par les ministres de l’Ecologie et du Logement.


Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon présentent le nouveau DPE

Ce nouveau diagnostic de performance énergétique des logements a pour but de lutter contre les passoires énergétiques.


La FNAIM alerte sur les agences immobilières de montagne

La fédération a sensibilisé le gouvernement sur la situation des agences immobilières de montagne.


Accord Century 21 / Action Logement pour le logement des jeunes

Les deux acteurs ont renouvelé leur partenariat visant à accompagner les jeunes actifs.


Square Habitat rejoint la FNAIM

null
Le réseau compte 510 agences et 3.200 collaborateurs.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


2020, un tournant dans l’immobilier selon PAP

L’année a été marquée par la survenue de la crise sanitaire, impliquant de nouvelles pratiques comme le télétravail, qui ont eu des implications structurantes sur les recherches immobilières des français.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


La reprise des visites de biens immobiliers confirmée par Jean Castex


Le Premier ministre dévoilait ce jeudi, au cours d’une conférence de presse, les détails de la réouverture progressive des commerces dès le samedi 28 novembre.


Les professionnels de l’immobilier poussent pour une autorisation des visites

Les principales fédérations ont, en amont de l’intervention de Jean Castex, communiqué sur la nécessité de « déverrouiller la chaine du logement », via des visites soumises à un strict protocole sanitaire.