Reprise de la demande et des transactions immobilières, selon Laforêt

Selon le dernier point du réseau Laforet sur le marché immobilier national, la demande s’est reprise en ce début d’année 2014.

Le réseau Laforêt constate une hausse de la demande. « Historiquement soutenue au premier trimestre, la demande reprend en 2014. Les acquéreurs reviennent de manière sensible » note ainsi le réseau d’agences franchisées.

« Paris intramuros reste dynamique et voit sa demande progresser de 34% en ce début d’année. L’Ile-de-France hors Paris progresse de 2,5% et les régions de 3% ». Et le nombre de visites n’est pas le seul à progresser, les transactions progressant également. « Il reste des curieux et des opportunistes attirés par les baisses de prix annoncées ».

Retour des primo-accédants

Selon le réseau, les franchisés font en effet remonter un retour de primo-accédants cherchant à se loger, « motivés par des taux d’intérêts restés bas, malgré des annonces de retour à la hausse ». Mais des disparités sont observées quant à ce constat, les zones urbaines étant pour eux « plus attirantes que les zones rurales ». Il observe également un maintien d’investisseurs patrimoniaux même si « leur objectif n’est pas la rentabilité locative, mais la volonté de se constituer un patrimoine procurant une rente pour la retraite ».

Côté offre, en revanche, les mises en ventes montrent toujours une retenue dans la dynamique. Le stock de biens à la vente reste en effet stable. Seuls l’Ile-de-France et Paris font exception, avec une hausse de 3% et 10% des mises en vente. Au niveau global, le réseau indique que celles-ci sont « dictées par la nécessité ». Les biens les plus onéreux restent, selon le réseau, en stock, faute de demande.

Transactions en hausse…

La hausse de la demande a eu un impact positif sur les transactions, qui ont progressé de 2%, avec toutefois d’importantes disparités au niveau géographique. A Paris, l’évolution est de +11% et en Ile de France, la hausse est de 9%. Les transactions sont en revanche stables en région. « Les zones rurales souffrent d’une demande raréfiée » note le réseau. Dans l’ensemble les transactions sont le fruit de fortes négociations, les acquéreurs ayant désormais le pouvoir plus d’emprise au sein de celles-ci. Le réseau note malgré tout que, sur le trimestre, les négociations entre prix affichés et prix actés se stabilisent, à 6,5%, tout comme les délais de vente (104 jours). « Chaque transaction se réalise au prix de nombreuses tractations, visites… Les acquéreurs détiennent le pouvoir de faire fléchir les vendeurs. Les biens qui ont des défauts sont marchandés» note Laforêt.

… et prix en baisse

Le réseau constate une baisse des prix de 3% par rapport au 4ème trimestre 2013, à 2783 euros du m2. Un phénomène qui contribue selon le réseau « au soutien des transactions ». La baisse des prix est sensible à Paris (-1,5%, prix moyen de 8 099€/m²), en région parisienne (-4% au 1er trimestre, à 3 560 €/m²), mais aussi en régions (-3%, prix moyen de 1 930 €/m²). « Les disparités sont nombreuses entre les villes moyennes qui fléchissent au-delà de 10% et les grandes villes qui résistent mieux » résume Laforêt.

Pour Elix Rizkallah, président de Laforêt, « l’adoption de la loi ALUR peut bouleverser certains paramètres, en renforçant le recul des investisseurs et aussi en augmentant les mises sur le marché de petites surfaces (faisant peut être le bonheur des primo-accédants, mais ne résolvant pas la crise du logement). Le maintien des taux d’intérêts compense l’assombrissement du paysage économique, mais pour combien de temps encore… ».

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

La reprise des transactions immobilières s’effectue principalement sur les marchés parisiens et franciliens, elle se caractérise par des prix en baisse pour les biens vendus. Cette reprise tend à s’étendre aux métropoles régionales avec des prix stables pour la plupart d’entre elles alors que dans les villes moyennes et dans les petites villes les prix sont en baisse voire en forte chute en raison du ratio défavorable acquéreurs/cédants.
Il y a donc des opportunités à saisir ce qu’ont bien compris les primo-accédants qui sont de retour sur le marché, tandis que les propriétaires souhaitant acheter un logement plus grand sont de plus en plus nombreux à se porter acquéreurs. Le nombre de particuliers souhaitant acquérir un bien immobilier locatif dans le cadre du dispositif loi Duflot augmente également depuis l’entrée en vigueur de la stabilisation du plafonnement des loyers qui donne une meilleure visibilité sur la rentabilité à moyen terme de son investissement.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.