Loi ALUR : les professionnels mettent la pression

Fédérations, réseaux d’agences : nombre d’acteurs de la chaine immobilière poussent pour une modification de la loi ALUR.

La FNAIM et le SNPI, deux organisations représentatives des réseaux d’agences immobilières, ont, à deux jours de la présentation par Sylvia Pinel de ses mesures pour relancer la construction de logements, communiqué ensemble contre la Loi ALUR.« La loi ALUR fait enfin l‘unanimité... contre elle et sur le constat de ses effets dévastateurs et bloquants au regard de la fluidité du marché de l’immobilier avec pour conséquence principale la fuite des investisseurs français et étrangers de ce secteur d’activité.Dans les prochains jours, le Gouvernement devrait publier deux décrets ; le premier concernera la constitution du Conseil National de la Transaction et de la Gestion Immobilières (CNTGI), le second fixera les conditions financières des honoraires de location payés par les candidats locataires » ont indiqué la SNPI et la FNAIM dans un communiqué commun.

Sur ce dernier point, les deux organisations sont particulièrement inquiètes. « Les chiffres qui circulent actuellement sur le montant des honoraires de location, même s'ils sont plus importants qu’au début des négociations, sont malgré tout toujours trop faibles pour assurer une rentabilité suffisante aux professionnels. La conséquence première sera le recours à de nombreux licenciements au sein des agences immobilières dès la rentrée de septembre.Cette volonté gouvernementale d’intervenir directement pour définir les marges économiques de nos métiers n'existe nulle part ailleurs dans l'univers des commerçants... et sera très préjudiciable à tout notre secteur d'activité. Nous rappelons que le recours à un professionnel n’est pas obligatoire et que le consommateur a donc le choix de payer ou non un service de qualité » ont indiqué le SNPI et la FNAIM dans leur communiqué. Indiquant en outre que « tout le monde s’accorde à dire que sur le plan financier cette loi est une hérésie, y compris dans certains cabinets ministériels ».

"Nier la valeur ajoutée"

Même les réseaux d’agences sont toujours vent debout contre cette loi, à l’image de Laforêt. « Si certaines mesures répondent à des objectifs de professionnalisation du métier d’agent immobilier, et doivent donc être soutenues, le plafonnement des honoraires pour l’activité de location revient tout simplement à nier la valeur ajoutée de notre profession, à affaiblir un grand nombre d’agences et à détruire des emplois » s’indigne Elix Rizkallah, le président du Réseau. « Tout comme l’encadrement des loyers ou la Garantie Universelle de Loyers, le plafonnement des honoraires de location met en péril le fonctionnement des agences immobilières dans leur majorité, déjà affaiblies dans un contexte économique difficile. Par ailleurs, le recours à un agent immobilier restant facultatif, il n’y a aucune raison pour que les honoraires ne soient plus déterminés librement par le jeu de la concurrence» indique le dirigeant dans un communiqué.

La Chambre des propriétaires s'est également fendue d'un communiqué avant la présentation des 50 mesures demain. Elle propose notamment l’instauration d’un « pacte de responsabilité » entre l’Etat et les propriétaires, dont l'un des points essentiels serait l’aménagement des mesures de la loi ALUR jugées par la Chambre comme les plus « anti-propriétaires », comme l'encadrement des loyers ou la restitution du dépôt de garantie. Reste à savoir si la nouvelle ministre entendra propriétaires et professionnels. Réponse demain.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Opac du Rhône : Xavier Inglebert succède à Michel Micoulaz


Suite au départ à la retraite de Michel Micoulaz, celui qui avait été préfet délégué à l’égalité des chances dans le département du Rhône devient le nouveau directeur général de l’office public de l’habitat.


Les loyers pourront augmenter de 0,46%


L’indice de référence des loyers, qui régit la révision des loyers en cours de bail, progresse légèrement, mais dans des proportions bien moindres qu’en 2019.


L’UNIS souhaite un observatoire des charges de copropriété

Relations partenariales avec les professionnels et les élus, encadrement des loyers, éco-rénovation : les sujets sont nombreux dans les prochains mois pour l’UNIS Lyon-Rhône.


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


L’encadrement des loyers au centre d’intenses débats à la Métropole

Le conseil de la métropole de ce lundi a mis en lumière d’importantes divisions en matière de vision sur le logement entre les différents groupes politiques.


L’encadrement des loyers voté pour Lyon et Villeurbanne


La Métropole de Lyon a voté ce lundi le dépôt d’une candidature pour l’expérimentation de l’encadrement des loyers dans ces deux villes.


Un barème qui sera défini par arrêté préfectoral

La demande d’encadrement des loyers qui devrait être votée ce lundi vise notamment à réguler les loyers des petites surfaces. Après validation par le ministère, le barème serait ensuite défini par le préfet.


La Métropole de Lyon va s’engager sur l’encadrement des loyers


Lors de son conseil métropolitain ce lundi, la Métropole de Lyon devrait voter une demande d’expérimentation du dispositif d’encadrement des loyers.


Bruno Arcadipane reste président d’Action Logement

Le conseil d’administration du groupe, qui se réunissait mercredi, l’a renouvelé dans ses fonctions.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


L’UNPI se met en retrait de Clameur

null
L’Union nationale des propriétaires immobiliers a indiqué se désolidariser « de certains syndicats de professionnels de l’immobilier face à leurs positionnements anti-propriétaires ».


Le marché locatif se rééquilibre


La crise du coronavirus a eu pour effet de rééquilibrer le marché locatif, auparavant perturbé par les locations de courte durée de type Aibnb. C’est ce que montre une récente étude du groupe Seloger.


La réforme des APL sera mise en œuvre au 1er janvier 2021

La ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, l’a confirmé dans le journal « Le Parisien ». Elle a également évoqué d’autres mesures, notamment en faveur de la rénovation énergétique.


Les loyers ont continué de grimper à Paris, en dépit de l’encadrement

L’observatoire des loyers de l’agglomération parisienne a publié en fin de semaine dernière les résultats définitifs de son enquête annuelle.