« On va se priver d’un potentiel de construction neuve »

Ludovic Scarpari est le président de la LCA-FFB Auvergne-Rhône-Alpes. Nous évoquons avec lui le plan logement présenté la semaine dernière par le gouvernement.

Quelle est votre ressenti suite aux annonces gouvernementales effectuées mercredi dernier ?

Tout d’abord, tant dans le secteur de la maison individuelle que dans l’aménagement ou la promotion immobilière, il nous manque encore le projet de loi de finances pour avoir une vision globale des impacts possibles sur notre secteur d’activité. Celui-ci nous permettra, lorsqu’il sera connu, d’avoir une vision plus large sur ce qui nous attend demain.

Sur ce que l’on nous propose, nous nous félicitons de la prolongation du dispositif Pinel sur 4 ans, parce que cela donne de la visibilité. Emmanuel Macron reste, en cela, fidèle à ce qu’il avait promis. Nous avons besoin de visibilité pour que les gens investissent, mais aussi pour que nous puissions sortir nos dossiers. En promotion immobilière, il nous faut, en général, un an pour monter une opération. Si nous n’avons pas un peu de visibilité, nous ne pouvons pas nous positionner sur des fonciers et développer des dossiers sur ceux-ci.

Cette prolongation est donc une bonne chose, même si l’on peut regretter que le dispositif soit restreint aux zones tendues. Le Pinel ne sera plus possible en zone B2. Pour le renouvellement urbain des villes moyennes, c’est un coup dur.

Montélimar et Valence ne seront, par exemple, plus concernées par ce dispositif…

Oui, elles sont en zone B2. On va se priver d’un potentiel de construction neuve qui aurait surement trouvé preneur. Vous avez toujours des investisseurs locaux qui veulent investir près de chez eux. Si vous leur proposez un investissement dans leur ville en profitant du dispositif Pinel, ça les intéresse. Beaucoup de gens se positionnent aujourd’hui en se disant que, dans 10 ou 15 ans, leur investissement pourra se muer en une résidence principale. Dès l’instant où ils ne peuvent plus le faire près de chez eux, dans la région dans laquelle ils veulent continuer à vivre, on les dissuade d’investir.

L’autre aspect, c’est que le coût de construction constitue un minimum. Quand bien même le terrain ne serait pas cher car situé à Montélimar ou Valence, ce coût est incompressible. Ces gens-là ne réaliseront pas d’investissement sans un coup de pouce fiscal comme le dispositif Pinel qui pousse à la décision.

L’autre restriction concerne aussi le PTZ, qui ne sera plus possible à terme dans le neuf au sein de certaines zones…

Sur les zones B2 et C, c’est là où l’on trouve le plus de candidats à l’acquisition d’un logement neuf, sous forme de maisons neuves. Dans ces zones-là, l’apport que représentait le PTZ, mentionné dans le montage financier sous forme d’un apport ne va plus exister. Cela avait bien redémarré avec le PTZ+ fin 2014. On va encore subir un coup de frein. Pour un certain nombre de personnes, localement, il ne sera pas possible d’acheter une maison.

Ce n’est pas bon pour la fracture territoriale. On ne va pas favoriser le développement de ces territoires. Les gens ne parfois vont pas trouver à s’y installer de manière durable, de la manière dont ils veulent le faire, à savoir construire une maison individuelle à un coût qu’ils peuvent assumer. Dans ces zones-là, où le bâtiment représente une partie non négligeable des emplois par rapport à des industries lourdes qui ne sont souvent pas présentes, cela peut être un coup dur pour l’emploi.

Ce fléchage des aides – PTZ et Pinel - vers les zones tendues ne pourrait-il pas avoir un impact haussier sur les prix au sein des grandes métropoles ?

Il peut avoir un impact sur les prix puisqu’il va concentrer aides sur les zones tendues. D’un autre côté, c’est dans ces zones y a le plus de besoin en logements. Or tant que le foncier n’est pas abondant, on a le risque de rareté de ce dernier. Et compte-tenu du fléchage sur ces zones-là, on va avoir une demande plus forte sur le foncier, qui va peut-être avoir tendance à le surenchérir. A moins que les mesures annoncées par le gouvernement entourant la fiscalité des plus-values à un horizon 3 ans puissent produire leur effet pour rendre le foncier plus disponible et plus abondant.

Sur bon nombre d’agglomérations, les « grenellisations » successives des PLU se sont traduites par une raréfaction du foncier. Ce phénomène et la fin du PTZ dans les zones dites non tendues peuvent-ils représenter un danger ?

Cela peut représenter un danger. Si du foncier n’est pas mis sur le marché soit par des propriétaires tentés par la nouvelle mesure de diminution temporaire de la fiscalité sur les plus-values, soit par la production de foncier de type ZAC par les collectivités locales, il existe un risque de surcout du foncier.

Quels sont les points positifs du plan logement ?

La mise à disposition de foncier public est une bonne chose, même si celle-ci avait déjà été promise par Cécile Duflot lorsqu’elle était ministre. La production de logement issue de ce foncier n’a malheureusement pas été suffisante, et il ne faudrait donc pas que cette situation se reproduise. A la lumière de cette première expérience, je pense que des enseignements seront tirés.

Je note la volonté de mettre un coup d’arrêt pour freiner les recours abusifs. En attendant de connaitre la méthode, je pense que c’est une bonne chose. Ensuite, il y a la volonté de freiner l’inflation normative, voire d’engager une déflation normative. Lorsque l’on évoque la hausse des couts de construction, les normes y sont pour beaucoup. L’aspect environnemental est devenu très lourd dans le développement des dossiers, notamment dans le cadre d’aménagements de foncier, de création de terrains à bâtir.

Les annonces concernant le renouvellement urbain sont aussi positives ?

Oui, car il faut revitaliser l’ANRU, qui est passée dans une phase basse depuis quelques temps. Il faut donner des moyens au NPNRU. Beaucoup de quartiers ont amorcé une mue. Il faut la poursuivre.

Les mesures visant à fluidifier les parcours des occupants dans le parc social est aussi un élément majeur. Il faut que le logement social retrouve sa fonction première, à savoir de loger des gens dont les moyens correspondent aux niveaux de revenus pour lesquels ces logements sont destinés. Aujourd’hui, le fait que la zone soit tendue incite les gens à rester dans leur logement. Il y a de fait un manque de fluidité : on ne débloque pas de nouveaux logements occupés pour de nouveaux locataires potentiels qui ont parfois des revenus plus faibles que les personnes qui ont vu leurs revenus augmenter depuis le temps où ils sont entrés dans le logement.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Pour l’instant, il n’y a pas de suroffre»

null
Cédric Serre est le président de l’observatoire évolutif de l’immobilier local (OEIL) Auvergne et responsable de la FNAIM Auvergne Entreprise. Nous évoquons avec lui les chiffres du premier trimestre en matière de réservations de logements.


Activité soutenue au 1er trimestre pour l’artisanat du bâtiment

La CAPEB, confédération de l’artisanat des petites entreprises du bâtiment, a fait un premier bilan portant sur les trois premiers mois de l’année au niveau national. En Auvergne-Rhône-Alpes, la croissance est également présente, mais la prudence reste de mise.


La crise sanitaire a eu un impact limité sur l’activité de Vicat

Le chiffre d’affaires consolidé au 31 mars 2021 du groupe basé à L’Isle d’Abeau est en hausse de 22,1%.


Xerfi trace des perspectives de rebond pour la promotion à horizon 2023

nullXerfi a fait état de la publication d’une étude intitulée : « Quelles stratégies de rebond pour les groupes de promotion immobilière ? ».


Léger mieux pour la construction de logements au 1er trimestre

Les logements autorisés ont progressé de 1% par rapport au dernier trimestre 2020, alors que les mises en chantier de logement sont estimées en hausse de 3,2%.


«La hausse des prix va continuer, c’est mathématique»

nullINTERVIEW – Philippe Layec est le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché du logement neuf dans la Métropole, la nouvelle offre en BRS, mais aussi la modification n°3 du PLU-H.


Charly : inauguration de «Prélude»

nullGrandLyon Habitat et Alila ont inauguré ce mercredi cette résidence entièrement dédiée au logement social.


À Lyon, baisse des ventes de logements neufs et nette hausse des prix

nullLa FPI en région lyonnaise a présenté les chiffres des ventes dans le collectif neuf pour le premier trimestre 2021. Les réservations reculent de 18%. Les prix dépassent les 6.000€ le m² à Lyon.


Les perspectives restent toujours bonnes dans le bâtiment

En avril, les perspectives personnelles d’activité dans le bâtiment restent élevées, selon la dernière enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie du bâtiment publiée par l’INSEE.


La hausse des prix des matériaux fait craindre des retards sur les chantiers

null
Samuel Minot, président de la fédération BTP Rhône et Métropole, tenait une visioconférence de presse pour alerter sur les conséquences de la hausse majeure des prix des matériaux. Laquelle pourrait à terme impacter les marges des entreprises du secteur et certains chantiers du territoire de la Métropole de Lyon.


Alila vise une nouvelle année de croissance en 2021

Le promoteur spécialisé dans la construction de logements abordables organisait mardi 13 avril une conférence de presse. Il a fait part au cours de celle-ci de ses chiffres 2020 et de ses ambitions pour 2021.


La CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes alerte sur la flambée des prix des matériaux

null
Selon la confédération, l’artisanat du bâtiment est « en danger ».


Les fédérations évoquent un « succès collectif » sur la RE2020

null
Un accord a été trouvé sur la RE2020 dans le cadre du CSCEE du 13 avril. Les organisations signataires se sont félicitées de celui-ci.


GrandLyon Habitat a été agréé en tant qu’OFS

L’office public de l’habitat métropolitain a obtenu en février les agréments préfectoraux en tant qu’organisme foncier solidaire.


Bâtiment : renforcement de la collaboration de la FFB et de Pôle emploi

nullLa FFB et Pôle emploi renforcent leur collaboration pour accompagner les entreprises dans leurs besoins en recrutement