« Sur Lyon et sur Villeurbanne, nous sommes à six mois de stock » | Lyon Pôle Immo

« Sur Lyon et sur Villeurbanne, nous sommes à six mois de stock »

Hervé Simon est le président de la fédération des promoteurs immobiliers en région lyonnaise. Nous évoquons avec lui les récents chiffres publiés par la fédération au niveau national.

Le dernier observatoire de la FPI au niveau national montre un tassement des ventes, et une moindre dynamique de l’offre commerciale au niveau national. C’est le cas aussi sur Lyon ?

Si je compare les 10 premiers mois de l‘année 2017 aux 10 premiers mois de l‘année 2016, on observe un retrait en collectif, avec 4245 réservations, contre 5.100 l’an dernier. Cette baisse est observée pour partie sur les ventes en bloc, mais aussi sur l’investisseur privé.

Il y a, à mon sens, 3 explications pour ce retrait des investisseurs sur la Métropole de Lyon. L’offre, tout d’abord, se retreint : il y a moins de choix. Deuxièmement, les prix continuent de monter, notamment sur la zone A – Lyon et Villeurbanne. Enfin, il y a eu un peu d’attentisme vis-à-vis du devenir des dispositifs fiscaux, et sur la façon dont ils allaient évoluer. Cela a un peu freiné les investisseurs.

Sur l’offre, nous avions, à la même période l’année dernière, 4636 lots à vendre. Cette année, nous en avons 3829.

Ceci représente une diminution de près d’un cinquième de l’offre…

Oui. Et sur Lyon et sur Villeurbanne, nous sommes même à six mois de stock !

Y-a-t-il un écart, en termes d’offre et de demande, entre les communes de la zone A – Lyon et Villeurbanne – et les autres communes de la Métropole classées en B1 ?

En termes de stock, nous sommes plutôt, sur les autres communes de la Métropole entre 9 et 10 mois de stock. C’est lié à l’attrait de la zone A, mais aussi au fait que nous n’arrivons pas à remettre des programmes sur le marché. Concernant les mises en vente, nous avions mis 5100 nouveaux appartements à la vente sur la Métropole. Cette année, nous en sommes à 3578… C’est plus de 1.500 lots de moins.

D’où vient cette baisse ? Des propriétaires fonciers hésitent-ils à vendre relativement au PLU ?

Non, les propriétaires fonciers profitent de l’embellie, car les prix d’achat des terrains continuent de monter. Je pense que nous sommes, aujourd’hui, à une période charnière entre un ancien document d’urbanisme et un nouveau. Les services instructeurs ne savent plus sur quel pied danser. Ils ont contribué à l’élaboration d’un PLU qui a déjà quelques mois et qu’ils aimeraient bien appliquer. Ils font un peu d’anticipation dans l’application de certaines règles, mais ces règles-là ne sont pas connues… Cela oblige à prendre plus de temps à formaliser les permis. Cette frilosité sur les permis freine…

Il y a toujours le phénomène de recours, mais ce n’est pas cela qui fait que la situation s’aggrave. Les recours bloquent une partie de la production, mais n’ont pas augmenté. J’ai, en revanche, récemment alerté une partie de mes confères sur l’augmentation des prix en zone A qui est significative et qui fait que l’investisseur qui veut défiscaliser se pose des questions. Si nous achetons des terrains trop chers, nous n’arriverons plus à vendre.

L’investisseur commence à s’interroger sérieusement sur la zone A. Nous commençons à voir des investisseurs aller sur de la B1, c’est-à-dire aller sur des villes comme Saint-Priest ou Vaulx-en-Velin…

Voire même des communes hors Métropole ?

Cela dépend si elles sont localisées en zone B1 ou B2. En B2, le dispositif Pinel va s’arrêter. Nous avons des investisseurs sur Vienne. Ce n’est pas un marché profond, mais il y en a un peu.

Nous avons un écart de prix qui se creuse entre Lyon et la périphérie. Les prix en zone A continuent de monter. En dehors de la zone A, dans la Métropole, ça augmente aussi, mais nous vendons plus à l’extérieur de la zone A qu’en intramuros.

Pourtant, les prix diffusés par la FPI au titre du troisième trimestre montrent une stabilité des prix, à près de 4.100 euros du m²…

Il y a un an, nous vendions, en prix moyen, à 4.100 euros sur les 10 premiers mois de l’année. Là, nous sommes plutôt à 4.200 euros du m². Si nous allons plus finement dans les arrondissements de Lyon, ils dépassent les 5.000 euros le m². Et ils continuent de monter, car tous les nouveaux programmes mis en vente sont nettement supérieurs au prix moyen annoncé aujourd’hui. L’augmentation du prix moyen va se poursuivre. Ils progressent de 100 euros en un an, mais ce n’est pas fini. C’est un indicateur de segmentation de marché, voire de déséquilibre. Certaines populations sur Lyon ou Villeurbanne ne pourront plus être propriétaires.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Clermont Auvergne Métropole : un nouveau contrat de Ville approuvé

Le Conseil de Clermont Auvergne Métropole s’est réuni le 16 février et a approuvé un nouveau contrat de ville 2024-2030.


Réservations de logements neufs en repli, annulations en hausse

nullLes mises en vente ont également reculé au quatrième trimestre 2023, selon la dernière enquête trimestrielle sur la commercialisation de logements neufs (ECLN).


Moins de 100.000 logements collectifs neufs vendus en 2023


La fédération des promoteurs immobiliers a présenté ce jeudi de son point d’activité sur les ventes de logements neufs au quatrième trimestre et sur l’ensemble de l’année dernière.


La CAPEB et la FFB plutôt satisfaites de leur entrevue avec les ministres

Selon la CAPEB, Christophe Béchu et Guillaume Kasbarian ont fait le choix «de s’appuyer sur les TPE du bâtiment pour accélérer la rénovation énergétique».


Des promoteurs font l’objet d’intimidations dans des communes carencées

La préfète du Rhône a récemment retiré à certaines communes de la Métropole la compétence d’instruction des permis de construire. Ce qui n’empêcherait pas certains élus d’intimider des promoteurs…


22 «territoires engagés pour le Logement» et des mesures de simplification

nullGabriel Attal a fait un certain nombre d’annonces en matière de logement lors d’une visite de chantier à Villejuif, dans le Val-de-Marne. Parmi les 22 premiers territoires qui s’engagent à faire sortir de terre environ 1.500 logements chacun, deux sont en Auvergne-Rhône-Alpes.


Le «choc d’offre» passera aussi par la maison individuelle

Gabriel Attal a indiqué vouloir continuer à permettre le développement de la maison individuelle en France. Des propos bien accueillis par les professionnels.


Bercy annonce des mesures de soutien aux entreprises du BTP

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, a annoncé mardi des mesures en direction des entreprises du bâtiment et des travaux publics.


2023, année noire pour la promotion immobilière à Lyon

null1.420 réservations de logements neufs ont été enregistrées l’an dernier dans la Métropole, soit à peine plus d’un quart des réservations enregistrées en 2016. La hausse des ventes en BRS reste pour l’heure trop modeste pour compenser la chute des ventes en TVA normale. Les prix, eux, se stabilisent.


La CAPEB demande à Guillaume Kasbarian des arbitrages

La confédération demande au nouveau ministre « de prendre les arbitrages que le secteur attend avec grande impatience ».


Réservations en baisse et prix en hausse sur Annecy et le Genevois en 2023

La FPI Alpes a fait état de son analyse du marché du logement collectif neuf sur le Grand Annecy et le Genevois en 2023.


Guillaume Kasbarian, nouveau ministre délégué au Logement

Le nouveau ministre succède à Patrice Vergriete, qui devient, lui, ministre délégué chargé des transports.


Chute des ventes de logements neufs sur Chambéry et Grand Lac en 2023

Les réservations dans l’agglomération et sur le secteur du Grand Lac se sont effondrées en 2023 par rapport à 2022.


Rillieux-La-Pape : Ogic lauréat de la consultation organisée par la SERL

nullLe projet «L’Echo» a été choisi pour devenir le porte-drapeau de la réinvention de la ville nouvelle de Rillieux-la-Pape, au cœur de la ZAC «Les balcons de Sermenaz».


Des gisements de réversibilité dans l’Est lyonnais

Adéquation et La place de l’immobilier ont analysé les zones présentant un fort potentiel de transformation de bureaux en logements.