Des taux de crédit immobilier stables en janvier

Les intermédiaires ont fait état de leurs premiers baromètres 2018 au niveau national.

Les taux de crédit immobilier restent stables en ce début d’année, de l’avis des courtiers ayant fait part de leurs premiers baromètres 2018 au niveau national. Mais les taux n’ont pas véritablement évolué d’un mois sur l’autre en janvier : « le mois de janvier présente un baromètre des taux similaire à celui du mois de décembre », note Empruntis dans son baromètre mensuel.

Pourtant, sur les 26 nouvelles grilles bancaires reçues au total par le courtier, 15 sont en baisse. Empruntis fait pour autant état d’un « statu quo sur les taux les plus demandés par les emprunteurs, puisque les taux sur 15 et 20 ans sont stables ».

Selon Cécile Roquelaure, directrice des études et de la communication d'Empruntis, les banques attendent de voir comment va évoluer la demande avec les nouvelles conditions de marché avec les réformes du PTZ, de l'APL accession, mais aussi la hausse des prix de l'immobilier. Et la décision du Conseil constitutionnel sur l'amendement Bourquin concernant la résiliation annuelle de l'assurance emprunteur pour les crédits souscrits avant le 22/02/2017 et l'évolution haussière récente des OAT pourraient faire évoluer celles-ci

L’activité a été en hausse en 2017 chez le courtier, qui recense 23% de projets en plus par rapport à 2016. Mais l’intermédiaire fait état d’une année écoulée en deux temps, avec un fort début d’année, suivi d’une accalmie.

« Nous avons relevé que les nouveaux projets lancés par les emprunteurs (ceux dont le dossier est finançable et avec promesse de vente signée) ont baissé de 6% par rapport à 2016. De même, les intentionnistes sont eux-aussi moins nombreux : -21% », indique le courtier.

Pour expliquer cette situation, le courtier invoque la légère hausse des taux, qui ont écarté du marché certains ménages modestes, la hausse prix de l'immobilier mais aussi la pénurie de biens. Selon Cécile Roquelaure, « si la construction a soutenu la demande, elle reste insuffisante. Et les secundo-accédants sont bien moins nombreux à avoir l'intention de vendre ».

Le constat est le même chez Emprunt Direct, où les taux n’ont guère évolué en ce tout début d’année, au vu des premiers barèmes transmis par les établissements financiers partenaires du courtier.

« Si une majorité d’organismes bancaires ont laissé leurs taux inchangés, quelques uns ont opté pour de légères baisses sur les dossiers les plus qualitatifs. Les seules baisses constatées montrent toujours une certaine sélectivité de la part des banques, avec des baisses concentrées uniquement sur les emprunteurs dotés d’un excellent dossier ou d’un profil qualitatif propre à chaque établissement. Inversement, les taux sont plutôt stables pour les autres catégories d’emprunteurs », explique l’intermédiaire.

Hausse au sein de certains barèmes

Il note toutefois des hausses de la part de certaines banques. Pour Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct, «la quasi stabilité des taux masque un partage plus net chez certaines banques. Chez un établissement majeur au niveau national, on a ainsi clairement choisi de jouer cette sélectivité, en baissant les taux pour les meilleurs dossiers, et en les relevant, inversement, pour le reste des emprunteurs», ajoute-t-il.

Plusieurs facteurs pourraient, selon le spécialiste, jouer sur l’année à venir. « En 2018, les dispositifs d’aide à l’accession et à l’investissement seront plus focalisés sur les zones tendues. Ceux-ci devraient continuer à soutenir la dynamique haussière des prix constatée dans les grandes métropoles, où la hausse de ces derniers a déjà très clairement fait reculer le nombre de m² finançables pour un emprunteur sur un an. Une part des primo-accédants seront exclus du marché du fait de ces prix élevés et de l’amoindrissement évoqué des aides à l’accession à destination des ménages les plus modestes. La fin de l’APL accession dans le neuf et le recentrage du PTZ vont, en effet, sortir de facto du marché un nombre substantiel d’emprunteurs aux revenus les plus bas», a-t-il ajouté. « Ceux-ci pourraient être contraints d’abandonner leurs projet ou se porter sur des marchés de report, à la périphérie des grandes métropoles», note Alban Lacondemine.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.