Des hausses de prix de 16% dans la presqu’île de Lyon

Le dernier baromètre LPI-Seloger de décembre a fait état de hausses significatives dans les 1er et 2e arrondissement de Lyon. 

La pression haussière sur les prix de l’immobilier continue à se faire sentir dans l’hypercentre de Lyon. Le dernier baromètre LPI-Seloger du mois de décembre, portant sur les prix du mois de novembre, a fait état de hausses de 16% dans deux secteurs de la ville : le 1er et le 2e arrondissement de Lyon. Dans le 1er arrondissement, les prix signés sont en hausse de 16,2% à 4.792 € le mètre carré. Et la pression est également forte du côté des prix affichés, avec une hausse de 15,9 %.

Dans le 2e arrondissement, la situation est quasiment identique. Les prix sont, là aussi, en hausse de 16,2 % à 5.717 € le mètre carré. Mais la pression est, dans ce secteur, un peu moins forte sur les prix affichés, avec une hausse de « seulement » 7,2%.

D'autres arrondissements en tension

Un autre secteur est également particulièrement en tension : il s'agit du 7e arrondissement, où les prix frisent les 4.000 € le mètre carré. Ceux-ci ont, sur un an, progressé de 14,5%, à 3.996 € le mètre carré. Et les vendeurs restent gourmands. Les prix affichés augmentent de 11,5 % sur un an dans ce secteur. Phénomène plus traditionnel en période de tension : le 6e est également en forte hausse, avec une progression des prix signés de 10,6 % sur 1 an à 5.608 € le mètre carrés. Les prix affichés sont, eux, en hausse de 11,2%.

On constate, dans les autres arrondissements, de moindres hausses. La progression reste tout de même significative dans le 3e, où les prix signés augmentent de 8,1% à 4.374 € le mètre carré. L’augmentation s’étale entre 3% et 5% dans les 5e, 8e, et 9e arrondissement. Les prix affichés y progressent dans une ampleur relativement comparable.

Un arrondissement fait exception : le 4e arrondissement. Les prix y sont en recul de 1,7 % à 4.185 € le mètre carré. Les prix affichés sont aussi en repli, de 2,3 % sur un an. Le baromètre note que la marge de négociation s’est établie à 4 % en moyenne, avec une marche plus forte pour les maisons que pour les appartements (5,1 % pour les maisons, contre 3 % pour les appartements).

Ralentissement de la hausse au cours des 3 derniers mois

Cette hausse des prix de l’ancien est toutefois à tempérer, du fait d’un ralentissement de cette dernière au cours des 3 derniers mois. Au niveau national, les prix sont en effet en recul de 0,4% sur cette période, à 3.422 € le mètre carré. « Déjà durant l’été, alors que l’activité se relâchait, la pression sur les prix s’était fait moins forte. Et en novembre, la baisse des prix est de 0,7 % », indique Michel Mouillart, porte-parole du baromètre, dans sa note.

« Sur un marché dominé par l’affaiblissement de la demande, le ralentissement de la hausse des prix signés s’accompagne maintenant d’une lente remontée des marges. Certes, sur le marché des appartements, les marges restent stables depuis la fin de l’été (comme cela s’observe d’ailleurs sur les prix) : ils s’établissent à 25% sous leurs moyennes de longue période, un niveau jamais observé jusqu’alors. En revanche, sur le marché des maisons, les marchés reculent, plus rapidement qu’à l'habitude durant l'automne : la demande se fait moins pressante et ses capacités de négociation se renforcent, dans le contexte d’une baisse des prix signés », observe Michel Mouillart.

Hausse presque généralisée en Auvergne-Rhône-Alpes

Cette baisse des prix signés sur 3 mois n’est toutefois pas constatée dans les villes d’Auvergne Rhône-Alpes. À Lyon, les prix signés moyens sont en hausse, sur 3 mois, de 4,7% à 4.613 € le mètre carré. À Saint-Étienne, ils augmentent même de 9,2% à 1.441 € le mètre carré. À Grenoble, la hausse est également assez sensible, de l’ordre de 10,8% à 2.758 € le mètre carré.

Sur ces trois villes, les prix signés sont également à la hausse sur un an, avec des progressions de 8,5% à Lyon à 4327€ le mètre carré, de 6,7 % à Saint-Étienne, à 1.415€ le mètre carré, et de 0,9 % à Grenoble, à 2.559 € le mètre carré. Parmi les 4 métropoles de la région, seule Clermont-Ferrand fait exception, avec une baisse des prix sur un an de l’ordre de 1,5 % à 2.076 € le mètre carré. Les prix affichés sont également en baisse de 1,5 %.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Nous aurons un atterrissage fin 2018 en matière de hausse de prix»

Jean-Marc Torrollion est le président de la FNAIM. A l’occasion d’une récente réunion des adhérents à Clermont-Ferrand, Lyon Pôle Immo a évoqué avec lui la dynamique du marché immobilier au niveau national, mais aussi au niveau régional.


Immobilier : des volumes de vente toujours élevés selon les notaires

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950.000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois. Dans la région, les dynamiques de prix sont très contrastées.


Légère hausse des volumes de transaction selon Orpi

Sur 9 mois, le réseau coopératif note une augmentation du volume de ventes à hauteur de 3% par rapport au troisième trimestre 2017 et de 0,3% sur 9 mois.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2,6% en France, selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a fait part mardi de son point trimestriel sur le marché immobilier français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2,8% sur un an

Les notaires de France et l’INSEE ont publié ce jeudi les indices de prix des logements anciens au titre du deuxième trimestre 2018 au niveau national.


Les prix devraient monter de 5% à Lyon sur 12 mois, selon Meilleursagents

null
Le site publiait ce mardi son baromètre mensuel d’analyse du marché immobilier résidentiel à Paris, en Île-de-France et dans les grandes villes de France.


Les prix toujours en forte hausse à Lyon selon LPI-Seloger

null
LPI-Seloger a fait état, dans son baromètre mensuel sur les prix de l’immobilier, d’une baisse de prix dans de nombreuses villes. L’orientation reste haussière à Lyon.


Selon Immonot, « les prix devraient commencer à s’étioler »

L’arrivée des vacances devrait se traduire par une forte baisse de l’activité.


Les prix de l’immobilier flambent à Lyon, et chutent à Grenoble

null
Les notaires ont fait état de leur note de conjoncture portant sur les prix au m² des logements au premier trimestre, et notamment de ceux des appartements. Le prix du m² continue également de baisser à Saint-Étienne.


Les prix de l’immobilier toujours en hausse affirmée à Lyon

Les dernières publications nationales et régionales, dont celles de Century21, Orpi, et la FNAIM, confirment une augmentation généralisée des prix au niveau national, et notamment dans les grandes métropoles, dont Lyon.


Petite baisse du moral des professionnels de l’immobilier

null
Si une majeure partie de ceux-ci demeure optimiste, on observe une légère baisse de professionnels positifs sur le marché de l’immobilier dans les douze prochains mois.


Un infime tassement des ventes de logements

Les notaires de France ont présenté leur note de conjoncture au titre du 1er trimestre 2018, avec les volumes à fin février, et les évolutions de prix définitives en 2017 dans les grandes villes, dont Lyon.


Une capacité d’acquisition immobilière des ménages élevée

BNP Paribas Real Estate a publié pour la première fois son indicateur de capacité d’acquisition immobilière.


Immobilier : stabilisation des prix en France, envolée à Paris

null
Les prix ont augmenté de 5,9% à Paris, mais restent quasi stables au niveau national, selon le dernier point du réseau d’agences franchisées Century 21.
» Laurent Vimont, président de Century 21 : “L’immobilier est un intégrateur social fantastique”
» Century 21 a organisé, les 11 et 12 mars, sa convention à Lyon


Petite baisse des prix de l’immobilier sur trois mois à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI – Seloger publié en cours de semaine dernière montre toujours une hausse des prix sur un an, mais un affaiblissement des prix sur trois mois.