Cafpi se veut prudent pour 2019

L’intermédiaire en crédit immobilier est notamment inquiet quant à la poursuite d’un fléchissement dans l’immobilier neuf, où la fin de plusieurs dispositifs d’aides étatiques va intervenir.

Cafpi a fait état, en ce début d’année, de son baromètre sur les taux. Selon l’intermédiaire, les banques n’ont pas « fermé le robinet du crédit » en fin d’année en dépit de la forte production de l’année. Les taux restent très bas et sont en baisse en ce mois de janvier, de l’ordre de 0,10 point en moyenne sur 15, 20 et 25 ans par rapport au mois de décembre. « Ainsi les taux négociés par Cafpi en ce début d’année atteignent 0,70% sur 10 ans, 1,00% sur 15 ans, 1,15% sur 20 ans et 1,35% sur 25 ans », note-t-il.

« Les taux, qui restent bas, nous ont permis d’avoir une hausse des nouvelles demandes de 13% en ce mois de décembre par rapport à décembre 2017 », note Laurent Desmas, président du directoire de Cafpi. Au final, la demande a reculé de 4% en 2018 par rapport à 2017, ce qui reste selon le courtier « raisonnable après un début d’année difficile ». « Sur l’année, nous enregistrons une forte baisse du rachat de crédit, qui passe de 30% en 2017 à 10%, poursuit-il. Ces chiffres montrent la forte activité de l’accession à la propriété pendant l’année 2018 », poursuit Laurent Desmas.

Maintien du pouvoir d'achat immobilier

La stabilisation des prix de l’immobilier a permis un maintien du pouvoir d’achat immobilier des ménages dans la quasi-totalité des grandes villes, note Cafpi. « Par rapport au mois de novembre, les surfaces accessibles pour un prêt sur 20 ans avec une mensualité de 1 000 € ont peu évolué en décembre, avec des écarts de moins de 1 m² », souligne Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi.

Le niveau actuel des taux permet en outre, selon lui, une occasion d’alléger la charge des prêts des ménages mal ou trop endettés . « En regroupant ses crédits, et en négociant un nouveau taux de crédit, il est possible de retrouver un équilibre financier, une bulle d’air, pour gérer au mieux son endettement, et envisager l’avenir et de futurs projets plus sereinement », explique Philippe Taboret.

Prudence pour l'année à venir

Pour 2019, Cafpi reste très prudent quant au maintien des conditions de crédit actuellement très favorables. Concernant le marché immobilier, il note en outre que si l’année écoulée a été très bonne dans l’immobilier existant « avec des volumes de ventes en hausse par rapport à 2017, et un nombre de transactions record », il n’en va pas de même pour l’immobilier neuf, où les réservations sont moins bien orientées.

Cafpi est en outre inquiet quant à la poursuite d’un fléchissement. « En janvier, entrent en application la suppression des APL Accession et la baisse de la quotité du PTZ à 20% en zones B2 et C dans le neuf, note Philippe Taboret. La situation pourrait donc s’accentuer, détournant encore plus les primo-accédants de l’immobilier neuf ».« Face à cette situation des mesures s’imposent pour éviter tout délitement du marché immobilier, précise-t-il. Il n’est pas trop tard pour le Gouvernement de revenir sur certaines décisions inadaptées au vu de la situation ».

Il plaide en outre pour un retour des APL Accession et du PTZ dans le neuf en zones détendues. « Le Gouvernement pourrait aller plus loin, et rétablir le PTZ ancien, sous conditions de travaux, dans les zones tendues. Cela permettrait aux primo-accédants d’intégrer les centres-villes tout en participant à l’effort de réhabilitation des logements vétustes et énergivores », note Philippe Taboret.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Une baisse de la production de crédit en mars


La Banque de France a fait état ce jeudi de son enquête mensuelle sur les crédits aux particuliers. Celle-ci confirmait dans les chiffres les analyses de l’observatoire CSA/Crédit Logement et de certains courtiers parues ces dernières semaines.


Les porteurs d’un projet immobilier souhaitent le poursuivre

Selon Empruntis, une majeure partie de ses clients souhaite poursuivre les projets immobiliers initiés avant le confinement.


Bruno Rouleau, nouveau président de l’APIC

L’association professionnelle des intermédiaires en crédits a procédé récemment à l’élection de son bureau. Le porte-parole d’In&Fi Crédits succède à Philippe Taboret, lequel reste membre du conseil d’administration.


Banque Populaire AURA: Denis Gillier devient directeur expérience client

L’établissement a précisé qu’il intégrait le comité de direction de la banque.


L’intermédiation en crédit nettement impactée par le Covid-19

La CNCEF Crédit organisait il y a quelques jours une visio-conférence de presse, pour faire un point sur les perspectives en matière de financement.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Les interrogations de la CNCEF sur « Prêt atout »

La Chambre Nationale des Conseils Experts Financiers (CNCEF) a pris connaissance du dispositif de BPIFrance. Elle s’interroge sur le fait que certaines entreprises d’intermédiation financière en seraient exclues.


Crédit immobilier : l’APIC appelle à des mesures de soutien

L’association professionnelle des intermédiaires en crédit a rédigé une lettre ouverte au gouvernement.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.