Le manque d’offre grippe le marché des logements neufs

Le nombre de logements en projet continue de baisser drastiquement en France, selon la FPI. Les prix de l'immobilier neuf continuent, eux, de progresser drastiquement, à Lyon comme au niveau national.

La fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a publié ce jeudi les chiffres de réservations au titre du troisième trimestre au niveau national. Et l’évolution déjà observée au cours des trimestres précédents tend à se confirmer : le manque d’offre s’accentue. Les mises en vente de nouveaux programmes immobiliers sont notamment toujours en net repli.

Au troisième trimestre 2019, les promoteurs n’ont mis en vente que 20.000 logements soit 5.000 de moins qu’à la même période de l’année 2018. L’offre à la vente de logements neufs recule de 14%, avec un stock est inférieur à 9 mois de vente dans plusieurs métropoles majeures, comme en Ile-de-France (7,4 mois),à Rennes (7,9), à Nantes (8,2) et à Strasbourg (8,6). « Il y avait 60 000 logements en projets début 2018 ; il n’y en a plus que 45 000 aujourd’hui », se désole l’organisation professionnelle.

Des prix en hausse de 4,7%

Pour explique cette tendance la FPI met en avant deux grandes explications : tout d’abord la période préélectorale, qui accentue un peu plus la chute de délivrance de permis de construire dans le collectif, mais aussi, lorsque les permis sont délivrés, des freins multiples, comme «les coûts de travaux trop élevés, la disponibilité de plus en plus réduite des entreprises du bâtiment ou encore les recours de voisinage ».

De fait, cette forte baisse des mises en chantier s’accompagne d’une tension sur les prix des logements neufs qui augmentent en moyenne de 4,7% au niveau national par rapport au troisième trimestre 2018, « dans un secteur de l’immobilier où, globalement, les prix progressent plus vite que l’inflation, notamment du fait de la faiblesse des taux d’intérêt », note la FPI. La hausse est assez nettement supérieure à cette moyenne dans certaines métropoles comme Brest, Angers, Aix-Marseille, Nantes, Montpellier ou Lyon. Dans cette dernière, ils augmentent ainsi de 6% sur un an.

« Le logement neuf en 2019, c’est l’histoire d’une opportunité manquée, celle de la production, de la croissance, des emplois et de la satisfaction des besoins de logements. Contraints par le manque de PC et la difficulté croissante de mener des opérations à leur terme, nos programmes sortent peu, et trop lentement. Nous avions 60.000 logements en projet début 2018, nous n’en avons plus que 45 000. C’est un sentiment de gâchis qui nous habite. Le Congrès des Maires la semaine prochaine sera pour moi l’occasion de les sensibiliser», a indiqué Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France dans un communiqué.

Les promoteurs puisent dans leurs stocks

Malgré cette offre contrainte, la demande reste toutefois bel et bien présente. « Cette frustration est d’autant plus vive que, face à cette offre contrainte, la demande est globalement stable au T3 2019 par rapport au T3 2018, et si elle baisse de 3 % sur 9 mois, elle reste à un niveau élevé », souligne la FPI. Le total des réservations brutes au niveau national s'élevait, sur le premier semestre, à 65.584 unités.

Des dynamiques différentes sont perceptibles selon les marchés, avec des ventes aux particuliers en repli de seulement 4,2% sur le troisième trimestre, « durablement portées par l’accession à la propriété qui confirme mois après mois sa solidité », quand l’investissement des particuliers fléchit plus nettement, avec une chute de 7,2%. « Alors que les conditions d’emprunt restent très favorables et que la pierre reste attractive, c’est bien la réduction de l’offre de logements neufs et la hausse des prix qu’elle génère qui conduisent à une baisse des ventes aux particuliers », indique la FPI.

Fait positif, les ventes en bloc se reprennent avec une hausse de 22% ce trimestre. Elle restent toutefois en baisse sur les neuf premiers mois de l’année, de l’ordre de 4,3%. « Les ventes aux organismes HLM continuent de subir les effets de la réorganisation du secteur, mais les ventes aux opérateurs de logement intermédiaire et aux investisseurs institutionnels commencent à monter en puissance et à prendre le relais. Cette tendance reste à confirmer dans la durée », souligne la FPI.

« Nous ne réussissons à satisfaire une demande qui reste forte qu’en puisant dans les stocks, sans réussir à les reconstituer rapidement faute de permis de construire. Les contraintes sur l’offre de logements neufs font craindre une nette baisse des ventes et des chantiers en 2020. Le rapport Lagleize arrive à point nommé pour lever les freins à la construction, nous attendons beaucoup de sa mise en œuvre », conclut Alexandra François-Cuxac.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Artisanat du bâtiment : ralentissement au 4e trimestre

La CAPEB a publié ce vendredi sa note de conjoncture sur le trimestre écoulé au niveau national. L’artisanat du bâtiment affiche une croissance annuelle de 1,5%. 2020 pourrait être encore moins dynamique.


Bérengère Servat nommée DG des entités CIS Promotion et CIS Habitat

Elle est, depuis début janvier, la nouvelle directrice générale des deux entités.


Collomb se targue d’être « le seul à défendre l’Anneau des sciences »


Le maire de Lyon et candidat à la présidence de la Métropole passait ce mercredi son grand oral devant les acteurs du BTP : BTP Rhône, mais aussi la FFB et la FPI.


Le site d’Orange Dauphiné vit ses dernières heures

La restructuration immobilière d’Orange en région lyonnaise avance. Tandis que de nombreuses équipes ont déjà rejoint l’immeuble Sky 56, le nouveau quartier général Lacassagne, avec ses 25.000 m², sera mis en service en 2020, entraînant la restructuration des anciens sites comme celui de la rue du Dauphiné par exemple.


Les mises en chantier de logements toujours en repli

Les dernières données du SDES montrent une baisse des mises en chantier sur un an, malgré un rebond des permis observé sur trois mois.


Béatrice Vessiller veut bâtir rapidement une école sur la ZAC Grandclément

La candidate écologiste à la mairie de Villeurbanne présentait mercredi dernier ses propositions en matière d’éducation.


Inscriptions record aux sélections régionales Worldskills

Le bâtiment en Auvergne-Rhône-Alpes totalise 343 inscrits des 1088 candidats.


Le PTZ maintenu dans le neuf en zone B2 et C

L’Assemblée nationale a voté définitivement ce jeudi le projet de loi de finances pour 2020, qui intègre la mesure.


Inauguration du programme « Les Balcons de l’Aviation »


Arcole Développement a inauguré vendredi dernier à Bron cette résidence de 42 logements, en présence d’Annie Guillemot, sénatrice du Rhône et de Jean-Michel Longueval, maire de la ville.


Nexity signe un partenariat en vue de la zéro artificialisation nette

Le promoteur a signé une convention avec Humanité et Biodiversité. Ceci amènera notamment Nexity à lancer un audit sur sa propre empreinte sur l’artificialisation des sols.


PTZ neuf en zone B2 et C : la FFC se félicite des avancées

Le maintien du PTZ neuf en zone B2 et C est, selon l’organisation, en bonne voie. Elle se félicite de la position du gouvernement, qui a indiqué ne pas vouloir revenir sur le maintien du dispositif.


Capelli clôture sa première opération de tokenisation

Le groupe immobilier Capelli a annoncé mardi avoir clôturé celle-ci avec la plateforme Wecan Tokenize.


« Nous voulons une régularité de l’action publique »

null
Samuel Minot est le président de BTP Rhône et Métropole.


BTP Rhône et Métropole exprime ses craintes pour 2020

Si l’activité demeure à un bon niveau en cette fin 2019, la fédération BTP du Rhône organisait vendredi une conférence de presse afin d’alerter sur un essoufflement possible de l’activité en 2020.


La FFB prévoit un ralentissement pour 2020

La fédération française du bâtiment a fait part ce jeudi de son bilan 2019 et de ses perspectives pour l’année à venir.
» Des heures travaillées en baisse de 4% sur les chantiers du BTP au 3e trimestre