« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.

Comment se porte le marché immobilier roannais, quelques semaines après la fin du confinement ?

Nous sommes très clairement dans un marché où la demande est très forte. Il y a actuellement une petite baisse car Roanne se dépeuple traditionnellement pendant les vacances, mais nos stocks se sont très clairement vidés. Aujourd’hui, il y a un besoin de rentrer des mandats, car nous n’avons plus rien à vendre.

Cette situation concerne uniquement Roanne intramuros ou Roanne Agglomération?

Cela se constate sur Roanne Agglomération et le bassin roannais J’ai vendu pas mal de maisons sur l’extérieur de Roanne, comme à Lentigny, Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, Saint-Vincent-de-Boisset… Tout est un peu demandé. L’effet du confinement fait que les gens sont peut-être davantage motivés; cela a relancé des projets en attente. Très clairement, on est à la recherche de terrain. Mais on a aussi des demandes d’appartements…

Avez vous constaté une évolution en matière de typologie de biens par rapport à la situation antérieure?

La demande se porte plutôt sur de la maison avec extérieur, sur des appartements avec extérieur, mais aussi sur de l’appartement investisseur. Concernant les très grands appartements en résidence principale, c’est aujourd’hui plus compliqué. J’ai quelques très grands appartements avec 200 m² habitables et à des prix très raisonnables, mais où ça peine davantage.

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous

LIRE AUSSI
» «Le télétravail est une bonne chose pour Roanne»
» «Le projet Foch Sully est vertueux»






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Immobilier : vers une nouvelle baisse des ventes en 2021

C’est ce que prévoit la FNAIM, qui organisait ce mardi à Paris sa traditionnelle conférence de presse de début d’année.


Saint-Étienne : les prix de retour sur le seuil des 1.000 € le m²

nullDans leur dernière note de conjoncture trimestrielle, les notaires de la Loire ont fait part de hausses de prix substantielles sur l’ensemble du département, dont Roanne et Saint-Étienne.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


En Auvergne-Rhône-Alpes, les prix des appartements montent de 7,1% sur un an

C’est ce que montrent les indices INSEE-Notaires des prix des logements anciens publiés ce jeudi


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.


Immobilier: premières baisses de prix à Lyon

Le constat a été dressé dans la dernière note immobilière de conjoncture immobilière des notaires de Rhône-Alpes publiée chaque trimestre.


Immobilier neuf : les prix en forte hausse dans le Rhône sur un an


Plusieurs acteurs du secteur ont publié lundi le 1er baromètre digital de l’immobilier neuf.


«Il ne se passe plus rien, on a posé les stylos»

Nicolas Bouscasse est le président de la Chambre du Rhône de la FNAIM. Il évoque avec Lyon Pôle Immo l’impact du second confinement sur le marché immobilier, en l’absence de possibilité de visites.