La Métropole de Lyon met en place une aide exceptionnelle aux dépenses de logement

Il s’agit là d’une évolution du fonds d’urgence pour les impayés de loyers et de charges de copropriété vers une aide totalisant un million d’euros pour l’année 2021.

L'an dernier, à l'occasion de la crise sanitaire, une aide de la Métropole avait été mise en place pour soutenir les catégories de ménages les plus modestes. La crise expose en effet au risque de précarisation des ménages actifs qui ne relèvent souvent pas des dispositifs de soutien de droit commun.

« Sollicité par 1.080 ménages, le fonds d’urgence créé en juin 2020 a déjà permis d’aider plus de 500 ménages à faire face à leurs dettes de logement. Toutefois, de nombreux ménages ont priorisé le paiement de leurs loyers ou de leurs charges, afin de ne pas constituer de dette et se retrouvent en grandes difficultés financières sur d’autres volets (énergie, alimentation, santé...). N’entrant pas dans le cadre établi en 2020, ils n’ont pas pu être soutenus par ce fonds », explique la Métropole.

Evoluer du fonds d’urgence vers une aide exceptionnelle

Aussi, face à l’installation de la crise dans la durée, dans un contexte de fin de la trêve hivernale au 1er juin, et dans le souci de prévenir les expulsions locatives, le fonds d’urgence va évoluer vers une aide exceptionnelle aux dépenses de logement (ADEL).

La collectivité précise qu’il s’agit par ce biais de permettre aux locataires, sous-locataires, copropriétaires et propriétaires occupants, ayant connu une baisse significative de ressources (perte d'emploi, baisse de salaire, chômage, chômage partiel) liée aux conséquences socio-économiques de la crise sanitaire, de faire face à leurs dépenses de logement passées et à venir («aide à la quittance» notamment), et contribuer ainsi à l’amélioration de leur situation.

Les ménages ayant déjà bénéficié du fonds d’urgence pour les impayés de loyer ou de charges de copropriété mis en place par la Métropole en 2020 sont éligibles à cette nouvelle aide, si leur situation économique à l’égard de leurs dépenses de logement ne s’est pas améliorée. Seront ainsi pris en charge, en fonction de la situation du ménage, soit des impayés de dépenses de logement, soit des dépenses de logement à venir, grâce à une aide dotée d’un budget d’un million d’euros.

« La crise sanitaire impacte fortement les ménages les plus fragiles de notre territoire, notamment dans les coûts des impayés de loyer et des charges énergie... Il est primordial que la Métropole de Lyon soit à leurs côtés en cette période, et les accompagne : c’est pour cela que nous avons décidé de faire évoluer le Fonds d’urgence vers une aide exceptionnelle aux dépenses de logement», a indiqué Renaud Payre, vice-président à la Métropole de Lyon en charge de l’habitat, de la politique de la ville et du logement social dans un communiqué.

Fonctionnement

Les dépenses de logement prises en compte par cette aide exceptionnelle sont le loyer (aides au logement déduites), les charges de copropriété, toutes dépenses relatives au logement (assurance, fluides...). Les mensualités de prêts bancaires sont exclues du dispositif.

Dans le cadre de la prévention de l’impayé, pour les locataires, l’aide portera sur 3 mois de dépenses de logement, soit 3 fois le montant du dernier loyer résiduel. Pour les copropriétaires occupants, elle portera sur 3 mois de dépenses de logement, soit le montant du dernier appel de charges. Pour les propriétaires occupants de maison individuelle, une aide forfaitaire de 1.000€ est prévue. En cas d’impayés, l’aide portera sur 100% de la dette, dans la limite de 3.000€ par ménage. Pour être prises en charge, les dettes constituées avant avril 2020 ne doivent pas dépasser 1.500€, précise la Métropole.

Demande d’aide exceptionnelle aux dépenses de logement

La Métropole précise que la saisine se fait par l’envoi d’une demande d’aide, composée d’un formulaire et de pièces justificatives, par courrier, ou portail Toodego. La saisine de cette aide peut se faire sans évaluation sociale, soit directement par les ménages, soit par le biais de leur bailleur social ou privé, par une association tutélaire ou par un référent social, en accord avec le ménage. Cette aide peut être demandée du 15 mai au 31 décembre de cette année. Les dossiers seront instruits dans la limite des fonds disponibles.

En parallèle du vote du dispositif d’ADEL, la Métropole se propose « de poursuivre la coordination des actions dédiées au traitement des impayés à l’échelle de son territoire, et mises en place avec les partenaires lors de la création du fonds d’urgence pour les impayés de loyer et de charges de copropriété ».

La tenue des comités de suivi se poursuivra donc, ceux-ci étant pilotés par la Métropole de Lyon et composés des principaux acteurs intervenant au titre du maintien dans le logement (État, Caisse d’allocations familiales, Action logement, association d’insertion par le logement, ADMIL, représentants de bailleurs sociaux et privés, CCAS, Maison de la Métropole et Maison de la Métropole pour les solidarités). Ce comité de suivi permettra d’évaluer le dispositif afin d’en tirer les enseignements, et, le cas échéant, adapter les dispositifs de droit commun, notamment le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) pour la Métropole.

Cette instance de suivi aura également pour mission de recenser les aides ou dispositions exceptionnelles mises en place par les différents acteurs sur la période et suivre leur mise en œuvre, mais aussi d'échanger sur les besoins des ménages et le cas échéant les besoins non couverts, mais aussi d'assurer, si besoin, la coordination des financeurs pour proposer des ajustements aux dispositifs dans un souci d’efficience collective.

La Métropole indique que l’évolution du fonds d’urgence vers le dispositif d’une ADEL « va permettre d’amortir les conséquences socio-économiques de la crise sanitaires auprès de ménages, dont certains peu ou pas du tout connus des services sociaux, n’émargeant habituellement pas aux aides du FSL, et notamment le publics actif fragilisé par la crise ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


9.460 logements sociaux mis en service dans la région l’an dernier

nullLe SDES a fait part, comme chaque année, de son répertoire des logements locatifs sociaux, tant en France qu’en Auvergne-Rhône-Alpes.


Un projet de réhabilitation des grandes cités TASE à Vaulx-en-Velin

nullCe projet de requalification au cœur du Carré de Soie, concerne près 299 logements locatifs sociaux Le montant de celui-ci s’élève à 26.1 millions d’euros.


La Métropole de Lyon soutient le projet des « Grandes voisines »

Ce projet alliant hébergement et insertion est situé sur les communes de Francheville et Craponne, sur le site de l’ancien hôpital gériatrique Antoine Charial.


Fermeture des 2 foyers Aralis de travailleurs migrants à Vaise et Vénissieux

C’est ce qu’a indiqué la fondation, qui réinvente son offre de logement accompagné.


1e pierre d’un Intermarché au sein de la résidence «Le Liberty»

Le commerce s’implantera en rez-de-chaussée de la future résidence en cours de réalisation à Pierre-Bénite.


Oullins : inauguration de la résidence « Les Saulées »

Lyon Métropole Habitat a inauguré la réhabilitation de cette résidence vendredi, au 38 avenue Jean-Jaurès.


Partenariat entre Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels et CRESERFI

Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels et CRESERFI nouent un partenariat pour faciliter l’accession à la propriété des foyers à revenus modestes.


Jean Castex était en visite vendredi dans la Métropole de Lyon

Le Premier ministre était en déplacement ce vendredi dans la Métropole de Lyon sur le thème de la politique de la Ville. Le chef du gouvernement s’est successivement rendu à La Duchère, Vénissieux, Vaulx-en-Velin et Villeurbanne.


« Tout outil qui me permet de réguler, je le prends »

null
Renaud Payre est le vice-président de la Métropole de Lyon en charge du logement. Nous évoquons avec lui la politique de la collectivité en la matière, et échangeons sur les grandes évolutions de l’habitat dans la ville.


Seyssuel : pose de la première pierre d’ «Esprit Village»

Au sein de ce programme développé par le promoteur viennois Biens Surs, Advivo a acheté en VEFA 25 logements collectifs


Vers la création d’une SAC entre les OPH de la Métropole de Lyon

nullLes trois offices publics de l’habitat pourraient s’associer au sein d’une société de coopération, pour s’unir notamment en matière d’aménagement. L’idée a été évoquée par Renaud Payre lors des rencontres « En aparté » organisées par l’AURA HLM.


Lyon 3 : fin des travaux de réhabilitation de la résidence Dauphiné

GrandLyon Habitat a achevé les travaux de cet ensemble datant des années 30, composé de 218 logements et 2 locaux commerciaux.


Charbonnières-les-Bains : pose de la première pierre de « L’Éloge »

nullLe groupe Alila a posé mardi la première pierre d’une future résidence en présence d’élus et partenaires.


Projet de loi de finances 2022 : hausse du budget dédié au logement

Le ministère chargé du Logement voit son budget rehaussé de 1 milliard d’euros, pour atteindre 17,15 milliards d’euros.


Jean Castex valide les propositions de la commission Rebsamen

nullEn ouverture du congrès de l’USH, le Premier ministre a annoncé la compensation de l’exonération de TFPB, mais aussi une réforme du dispositif Cosse, un recensement des ressources foncières publiques, et la mise en place de contrats de relance du logement.