Encadrement des loyers : la FNAIM dénonce «une absence de vue globale»

La fédération nationale de l'immobilier a fustigé l'absence de vision globale sur le problème du logement.

L’officialisation par décret du gouvernement de l’application du dispositif d'encadrement des loyers prévu à l'article 140 de la loi ELAN sur certains territoires des Métropoles de Lyon, Montpellier et Bordeaux a suscité l’ire de professionnels de l’immobilier.

C’est notamment le cas de la Chambre FNAIM du Rhône, a tenu à réagir via un communiqué. « Depuis la campagne des élections métropolitaines et municipales nous n’avons eu de cesse de demander la suspension d’un tel encadrement qui, à notre sens, comme à celui de notre Fédération nationale, est d’une totale inefficacité», rappelle la Chambre.

Celle-ci rappelle que plusieurs villes de France sont malheureusement touchées par cette disposition, et ce « bien que l’exemple parisien démontre l’inefficience de cet encadrement ». « De plus, le gouvernement réfléchit actuellement à étendre la phase initiale de test afin de permettre à d’autres villes de pouvoir faire acte de candidature », déplore-t-elle.

La crainte d'un contrôle sur les seuls professionnels

La FNAIM pointe notamment le risque que cet encadrement des loyers risque de ne pas être suivi par la population des bailleurs gérant directement leurs biens. « Les professionnels, quant à eux, respecteront la règlementation comme ils l’ont toujours fait. Mais sans contrôle des bailleurs s’auto-gérant l’encadrement des loyers risque de ne pas être appliqué par près de 63% du marché contre 37% pour le marché intermédié », alerte la fédération.

Cette dernière se réjouit néanmoins qu’une « brigade ait été créée pour vérifier l’application de l’encadrement » mais tempère immédiatement en indiquant que les moyens juridiques dont dispose la Métropole ne le permettent pas. « C’est d’ailleurs un point qui a été récemment souligné à Paris, par Anne Hidalgo, rendant responsable le gouvernement du laxisme dont faisaient preuve les propriétaires», indique la fédération, qui craint que l’objectif visé soit celui de contrôler les seuls professionnels ayant pignon sur rue. « La FNAIM restera très vigilante sur ce point », alerte l’organisation.

La FNAIM déplore en outre l’absence de volonté marquée de la collectivité en matière de construction. « L’encadrement des loyers ne répondra donc pas favorablement à la volonté de maitriser les loyers et ne solutionne pas le manque de constructions de logements qui est à l’origine même des niveaux de loyers demandés en Métropole. Il serait extrêmement dommageable qu’il y ait une absence de volonté politique de construire plus.»

La FNAIM regrette que certaines idées qu’elle porte soient mises de côté, et aurait notamment souhaité « la création d’un bail vertueux par lequel le propriétaire s’engage à entreprendre des travaux d’éco-rénovation lui permettant de sortir des dispositions de l’encadrement des loyers ». Pour la fédération, « l’encadrement des loyers est un nouveau signe négatif envoyé aux investisseurs dont nous avons tant besoin pour participer à l’acte de construire mais plus généralement envoyé à tous ceux qui logent les Français alors qu’un accord vertueux favorisant l’éco-rénovation en contrepartie de l’abandon de l’encadrement aurait été un signe beaucoup plus positif et une disposition beaucoup plus efficace ».

Nouvelles contraintes

Enfin, le président de la Chambre, Nicolas Bouscasse, note l’apparition de nouvelles contraintes financières impliquées par la loi « Climat et Résilience ». Il rappelle que la nouvelle réglementation sur le DPE sur les biens notés avec une lettre E, F et G seront interdits à la location à compter de 2023, et que cette nouvelle réglementation risque de faire sortir 1,7 millions de logements du parc locatif.

« Or, selon les calculs de notre Fédération transformer les 7,4 millions de logements très énergivores (F/G) en logements classés D coûtera 100 milliards d’euros. Les transformer en logements basse consommation coûtera 150 milliards d’euros et le gouvernement offre une enveloppe de 4,5 milliards. L’encadrement des loyers rendra encore plus difficile l’investissement dans l’éco-rénovation, dans un marché locatif qui sera de plus en plus tendu. »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


A Lyon, une longue attente avant qu’un achat immobilier soit rentable

null
Cafpi a fait part de sont étude annuelle sur l’opportunité d’acheter par rapport à la location.


Coliving : Colonies et CDC Habitat annoncent un partenariat

Les deux entités ont fait part d’un partenariat portant sur un investissement cible de 200 millions d’euros pour développer des résidences de coliving en zones tendues.


Pas d’explosion, pour l’heure, des impayés de loyers

nullLe ministre chargé de la Ville et du Logement a réuni l’observatoire national des impayés locatifs.


Logement : Gérard Collomb fustige la politique de la Métropole

Dans un tweet écrit avant l’ouverture du 82e congrès HLM à Lyon Eurexpo, Gérard Collomb a commenté sur twitter « la chute » en matière de production de logements.


Le 82e congrès HLM s’ouvre ce mardi à Lyon

Le congrès organisé par l’Union sociale pour l’habitat se tiendra sur trois jours à Eurexpo. Il accueillera ce mardi le ministre du logement, Olivier Klein.


Encadrement des loyers : Villeurbanne veut sanctionner les contrevenants

nullLe maire de Villeurbanne a demandé des sanctions envers les contrevenants aux règles d’encadrement des loyers mises en place dans la ville.


Immobilier neuf : le marché lyonnais devrait passer sous les 3.000 ventes en 2022

La FPI et le CECIM ont présenté les chiffres de réservations de logements neufs en région lyonnaise. L’occasion de tirer la sonnette d’alarme sur une production trop faible.


Un partenariat renouvelé entre Action Logement et la Métropole

Courant juillet, à quelques semaines du congrès HLM de l’Union sociale pour l’habitat qui se tiendra à Lyon fin septembre, l’organisme paritaire et la Métropole de Lyon organisaient une présentation de leur convention cadre de partenariat.


Les loyers sont désormais bloqués pour les passoires thermiques

Un an après la publication de la loi de lutte contre le dérèglement climatique, les propriétaires ne peuvent plus augmenter les loyers des logements aux DPE classés F ou G.


Lyon dans le top 3 des villes où trouver une colocation est le plus difficile

C’est l’enseignement de l’étude annuelle de LocService.fr. Le loyer moyen d’une chambre en colocation atteint 439€.


Hausse du coût de la vie étudiante, toujours portée par le logement

nullLa FAGE et l’UNEF ont fait part de leurs indicateurs portant sur le coût de la vie étudiante, et notamment le logement.


Des loyers étudiants de 568€ à 674€ à Lyon, selon Fatlooker

L’agence en ligne a réalisé une étude sur les loyers observés en 2022 sur les portails immobiliers. Celle-ci prend pour base un studio de 25 m² loué meublé.


Le plafonnement de l’IRL à 3,5% adopté en 1ère lecture

L’Assemblée nationale a approuvé le plafonnement de la hausse des loyers à 3,5 % pendant un an ainsi qu’une revalorisation de 3,5 % des APL, dans le cadre de l’examen du projet de loi en faveur du pouvoir d’achat. En première lecture, le projet de loi en faveur du pouvoir d’achat était examiné ce jeudi […]


Des organisations opposées au plafonnement de l’ILC

nullL’UNPI, la FEI et le CNCC se disent, dans un communiqué commun, opposées à l’adoption d’une mesure de plafonnement de l’indexation des baux commerciaux.


L’arrêté d’encadrement des loyers suspendu partiellement

Le Tribunal administratif de Paris a rendu sa décision suite à la requête de l’UNPI contre l’encadrement des loyers dans la capitale. Selon l’UNPI, ceci démontre à nouveau l’instabilité juridique du dispositif.