Le DPE de nouveau opérationnel après la correction des anomalies | Lyon Pôle Immo

Le DPE de nouveau opérationnel après la correction des anomalies

Le ministère a rappelé que, depuis le 1er novembre, les diagnostiqueurs peuvent éditer les diagnostics de performance énergétique selon la nouvelle méthode de calcul intégrant les corrections nécessaires.

Le diagnostic de performance énergétique est de nouveau opérationnel depuis le 1er novembre 2021 après la correction des anomalies. Depuis le 1er novembre, les diagnostiqueurs peuvent éditer les DPE selon la nouvelle méthode de calcul intégrant les corrections nécessaires qui avaient fait l’objet d’un consensus avec les professionnels.

Plus d'anomalies

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a en effet réuni ce jeudi les représentants des professionnels de l’immobilier, des propriétaires et des bailleurs sociaux, des diagnostiqueurs, des éditeurs de logiciels et des notaires, pour faire un bilan un mois après l’entrée en vigueur de la méthode corrigée du diagnostic de performance énergétique. Ces nouveaux DPE réalisés depuis cette date, environ 160.000, ne présentent plus d'anomalies. Les représentants des diagnostiqueurs ont confirmé que cela correspondait à leur retour du terrain.

« L’analyse des nouveaux DPE édités selon la méthode corrigée fera l’objet d’une communication régulière auprès des différents professionnels afin de s’assurer qu’aucune nouvelle anomalie n’apparaisse », précise le ministère de la Transition écologique.

Réédition des diagnostics

Les diagnostiqueurs se sont engagés à rééditer, sans frais pour les propriétaires, avant le 28 février 2022 les DPE réalisés sur des bâtiments avant 1975 entre le 1er juillet et le 1er novembre 2021 qui avaient été classés F ou G, de façon automatique, avec la nouvelle méthode. Le nombre de DPE concernés est de 94 000. Ils se sont engagés à rééditer, de la même façon, les DPE réalisés sur des bâtiments avant 1975 entre le 1er juillet et le 1er novembre 2021 qui avaient été classés D ou E, à la demande des propriétaires, avec la nouvelle méthode. Le nombre de DPE concernés est de 129 000.

La ministre a confirmé que les diagnostiqueurs qui auront réédités des DPE classés D, E, F ou G sur des bâtiments avant 1975 seront indemnisés à hauteur de 60€ par diagnostic, sur la base du nombre de DPE réédités. Le ministère précise que les diagnostiqueurs concernés pourront demander l’indemnisation une fois la période de réédition passée, soit après le 28 février 2022.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Orpi élue marque préférée des français

La marque du réseau coopératif a obtenu cette distinction dans la catégorie « agences immobilières».


Vers la création d’une «charte investisseurs»

La Métropole de Lyon veut, dans les prochains mois, voir éclore une forme de secteur de mixité sociale à l’échelle de l’immeuble, via les transactions des fonds d’investissement.


Les transactions n’ont jamais pris autant de temps, selon Drooms

A 342 jours de transaction moyenne, le baromètre annuel des transactions immobilières Drooms 2023 souligne que les ventes n’ont jamais pris autant de temps pour se conclure.


La refonte du DPE fait débat

La question de la refonte du DPE s’est invitée mardi à la conférence de présentation des chiffres de la promotion immobilière en région lyonnaise.


Christophe Béchu dévoile une refonte du DPE pour les petites surfaces

nullLe ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires a dévoilé de premières pistes pour le logement, dans une interview au quotidien « Le Parisien ».


«Le propriétaire se paupérise»

nullSylvain Grataloup est le président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) France. Il adressait, en cours de semaine dernière, les vœux à la Chambre de Lyon. Nous évoquons dans cet entretien sa récente nomination à la tête de l’organisation au niveau national, mais aussi les sujets de fiscalité, d’attractivité et de rénovation des logements.


Virginie Thollon-Bayeul, nouvelle directrice générale déléguée de SLCI

nullElle sera en charge des activités de promotion immobilière et construction.


L’Alliance pour le logement tire la sonnette d’alarme

Le collectif regroupant les principales fédérations de la filière organisait ce mercredi une conférence de presse.


2024, une « nouvelle année charnière pour l’immobilier »

nullLe réseau coopératif a en effet fait un bilan des tendances de l’année 2023 en matière d’immobilier résidentiel et émis de premières prévisions pour 2024.


Nette hausse des ventes de logements étiquetés F et G

nullLes notaires de France ont fait part en fin de semaine dernière de l’étude « la valeur verte des logements en 2022 ». Les logements étiquetés F ou G représentent plus de 10% du parc dans certaines villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier en Auvergne : la profession s’interroge sur la sortie de crise

Lors de la conférence de l’OEIL, les promoteurs se sont montrés réservés sur de possibles solutions liées à l’accession abordable, telles que le BRS. Les autres acteurs du secteur, publics comme privés, semblent aussi dans l’expectative.


PTZ : Orpi salue des mesures «cruciales»

La prolongation du taux zéro jusqu’en 2027 et la révision de plusieurs mesures d’accessibilité ont satisfait le réseau.


Face à la crise, les fédérations promeuvent l’«Alliance pour le logement»

La chute des ventes de logements neufs et anciens incite une dizaine de fédérations à défendre ensemble la politique du logement.


L’Ordre des géomètres-experts se penche sur l’impact du nouveau DPE

À l’occasion des universités d’été de la profession, l’Ordre a décidé de s’attaquer au sujet du nouveau diagnostic de performance énergétique, et des risques sur le marché immobilier.


Le nombre de défaillances en hausse dans l’immobilier et la construction

nullLa Banque de France a fait état de ses statistiques de défaillances d’entreprises au titre de mai. Selon elle, leur nombre continue à progresser, mais reste sous son niveau moyen pré-pandémique.