La préfecture fait le point sur la sécurité dans les sites Seveso du Rhône

Les inspecteurs de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes ont effectué de nombreux contrôles inopinés sur des sites Seveso, dont 12 dans le Rhône.

La préfecture a fait le point sur la sécurité dans les sites Seveso du Rhône. Les inspecteurs de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes ont effectué de nombreux contrôles inopinés sur des sites Seveso, dont 12 dans le Rhône. Ces contrôles préventifs renforcés sont exercés sur des sites d’installations Seveso, par les inspecteurs des installations classées de l’État. Ceci fait suite à la suite de l’accident industriel de Lubrizol le 26 septembre 2019.

12 contrôles dans le Rhône

En 2020 et 2021, les inspecteurs de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes ont effectué de nombreux contrôles inopinés sur des sites Seveso, dont 12 dans le Rhône (3 en 2020 et 9 en 2021). Ces contrôles ont été conduits en heures non ouvrées (en soirée ou le dimanche), mobilisant 2 à 6 inspecteurs selon les sites et ont permis de déclencher des exercices de gestion de crise. Ils ont concerné des sites de diverses natures : usines de production de produits chimiques, dépôts de liquides inflammables, entrepôts logistiques ou de produits chimiques, centres de tri – transit – regroupement et traitement de déchets dangereux.

Ces exercices inopinés sont menés en conditions réelles, avec les agents présents sur le site Seveso et/ou en appelant les personnels d’astreinte. Ils permettent de tester l’intégralité de la procédure de l’entreprise en cas d’accident (ex : fuite de produits toxiques, déclenchement d’une alarme, non démarrage de moyens de secours...) et le respect de l’organisation de crise, telle que définie dans son plan d’opération interne (POI). Durant 2 à 3 heures, les inspecteurs placés à des endroits stratégiques contrôlent la circulation de l’information, la rapidité d’intervention des secours, la mise en sécurité du site et des salariés, jusqu’à la maîtrise de l’évènement.

Des objectifs pleinement atteints

Les objectifs de ces exercices ont été pleinement atteints. Le retour d’expérience met en évidence que la majorité des exploitants est en mesure d’intervenir avec efficacité et réactivité. Des progrès sont néanmoins nécessaires pour certains, avec plusieurs points d’attention qui se dégagent, dont le contenu du POI rédigé par l’exploitant : celui-ci doit prendre en compte la survenue d’un évènement en heures non ouvrées, être précis quant à la définition de ses critères de déclenchement et être à jour sur les modalités d’alerte des services de secours et d’intervention mais aussi de la préfecture.

Les mesures pour gérer efficacement l’évènement sont un autre point d’attention : la capacité de l’exploitant à gréer rapidement son poste de commandement pour coordonner les moyens sur site et répondre de manière précise aux sollicitations des services d’intervention (état des stocks, nature des composés chimiques impliqués dans l’évènement, caractéristiques physico-chimiques…).

Enfin, l’autre point d’attention est le caractère opérationnel des moyens à mettre en œuvre : communications, cohérence des informations au niveau des plans, identifications in situ des dispositifs et des organes de sécurité à activer.

L’inspection des installations classées suit avec attention les mesures de correction ou d’amélioration prises par chaque exploitant. Par ailleurs, la préfecture note que Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et préfet du Rhône, adressera prochainement un courrier à l’ensemble des exploitants des sites Seveso du Rhône pour faire part de ce retour d’expérience et appeler leur attention sur les points majeurs identifiés, pour prise en compte dans leur propre organisation. Ces inspections hors heures ouvrées, avec déclenchement des plans d’opérations internes des sites Seveso, seront poursuivies en 2022.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Il y a une demande qui reste non satisfaite»

nullCédric Serre est le responsable de la FNAIM Auvergne Entreprises. Nous évoquons avec lui le marché de l’immobilier d’entreprise sur Clermont Auvergne Métropole, au travers du bilan annuel du marché dévoilé par l’organisation en début de mois.


La phase règlementaire du PLUI de Clermont Auvergne Métropole est lancée

nullLes élus de la Ville et de la Métropole présentaient en cours de semaine dernière la concertation à venir autour du projet du plan local d’urbanisme intercommunal du territoire.


Décret tertiaire : comment la start-up lyonnaise Lowit veut prendre la main

nullL’entrepreneur Thomas Lagier, qui avait déjà cofondé en 2014 la société de modélisation urbaine Forcity (disparue en 2019), a récemment saisi l’opportunité du décret tertiaire pour créer une nouvelle start-up à Lyon. Lowit propose un diagnostic automatique, des recommandations de travaux et un suivi des performances.


Label bas carbone pan-européen : Bureau Veritas rejoint l’initiative

Ce futur label bas carbone pan-européen annoncé à l’occasion du MIPIM vise à promouvoir la réduction de l’empreinte carbone des bâtiments sur l’ensemble de leur cycle de vie.


Immobilier logistique : Auvergne-Rhône-Alpes, 1er marché de France au T1

C’est ce qu’a récemment souligné JLL dans une note qui portait sur le marché français de l’immobilier logistique au premier trimestre.


2L Logistics choisit Quincieux

La filiale Lyonnaise Livet du Groupe 2L Logistics, aujourd’hui nommée 2L Rhône-Alpes, est désormais implantée à Quincieux.


1ère pierre de l’extension d’un site de Kuehne + Nagel à Beaune

null6e Sens Immobilier et Kuehne + Nagel ont posé une 1ère pierre à Vignoles.


«Une attractivité de plus en plus forte des régions, des territoires, des métropoles»

nullLaurent Vallas est directeur de JLL à Lyon, et des activités en régions. Nous évoquons avec lui la montée en puissance des métropoles régionales au sein du marché tertiaire français.


Leroy Merlin et Id Logistics inaugurent une plateforme à Villette-d’Anthon


Construite par les promoteurs lyonnais 6e Sens et APRC, opérée par Id Logistics, la nouvelle plateforme régionale de Leroy Merlin, située à Villette-d’Anthon, vient d’être inaugurée. Un bâtiment de 36.000 m² qui concrétise la nouvelle stratégie logistique du géant du bricolage.


Le MIPIM 2022 ouvre ses portes ce mardi

Le salon international à destination des professionnels de l’immobilier ouvre ses portes ce mardi à Cannes. Edouard Philippe en sera l’un des invités de marque.


Bruno Bernard et Grégory Doucet en déplacement au MIPIM

nullLes deux élus participeront, durant les prochains jours, à ce grand rendez-vous de l’immobilier.


« Grenoble Alpes » sera présent au MIPIM 2022

Plusieurs acteurs de l’aire métropolitaine grenobloise seront présents sous cette bannière au salon international de l’immobilier.


« Il y a une inertie des mouvements »

nullOlivier Durif est le directeur France « Transactions Supply Chain & Logistics Solutions » de JLL, et est en charge des équipes transactionnelles « Industrie et Logistique » basées sur les grands pôles de la dorsale. Nous évoquons avec lui les problématiques actuelles sur le marché des locaux industriels et de la logistique.


Brice Robert Arthur Loyd : chiffre d’affaires record sur l’année écoulée

La société a connu une année 2021 record.


Entrepôts : vers une extension du partenariat entre Ocado et Casino

nullLe groupe Ocado et le groupe Casino ont annoncé ce jeudi la signature d’un protocole d’accord en vue d’étendre leur partenariat.