Renault Trucks va construire une plate-forme logistique à Saint-Priest | Lyon Pôle Immo

Renault Trucks va construire une plate-forme logistique à Saint-Priest

Le groupe a annoncé ce jeudi la construction d’un nouveau bâtiment à énergie positive au cœur de son site de Lyon Saint-Priest. Il s’étendra sur 46.000 m².

Renault Trucks a annoncé ce jour la construction d’un nouveau bâtiment à énergie positive au cœur de son site de Lyon Saint-Priest, qui s’étendra sur 46.000 m². Le bâtiment, qui ouvrira ses portes en 2028, accueillera le centre mondial de distribution des pièces de rechange de la marque.

Ce projet de construction d’un nouveau centre mondial de distribution de pièces de rechange se développera sur son site historique de Saint-Priest, en remplacement d’installations anciennes. L’investissement global par le constructeur français, et le groupe Volvo dont il fait partie, dans la réalisation de cette nouvelle plate-forme logistique est de 132 millions d'euros. Ils entendent ainsi « démontrer leur engagement en faveur de la durabilité des moyens de production et réaffirment le fort ancrage territorial de Renault Trucks dans la métropole de Lyon ».

Réimplantation stratégique

Le groupe explique cet investissement par une réimplantation stratégique et par une optimisation des opérations. Il note que l’actuel bâtiment centenaire du centre de distribution, situé à Vénissieux, n’est plus adapté aux exigences environnementales et opérationnelles des activités de logistique, Renault Trucks a étudié toutes les options, y compris le transfert de l’activité vers un autre site. Le constructeur a finalement fait le choix de réimplanter sa plate-forme logistique sur le site de Saint-Priest, à l'emplacement actuel de son usine de fabrication de ponts et d’essieux. Cette dernière s’apprête par ailleurs à déménager à Vénissieux, commune voisine, au plus près de l’usine de fabrication des moteurs. Ainsi, au cours des trois prochaines années, des travaux d’envergure seront menés en vue de la réimplantation de la plate-forme logistique sur le site de l’ancienne usine, nécessitant au préalable la destruction du bâtiment existant et la dépollution des sols. La réhabilitation de cette friche industrielle respectera le principe de zéro artificialisation des sols.

Le bâtiment accueillera plus de 500 salariés. Il sera composé d'un entrepôt flexible et évolutif de 46.000 m² intégrant un stockage standard, une zone entièrement automatisée dédiée aux petites pièces, ou encore un espace réservé au stockage des batteries. Le groupe indique que son futur centre de distribution « répondra aux normes de sécurité et les plus rigoureuses, avec notamment une séparation totale des flux piétons, camions et autres véhicules ».

« D’importants efforts seront par ailleurs déployés pour améliorer l’ergonomie et le confort de travail des opérateurs, incluant la robotisation de certaines opérations et l’optimisation des racks de stockage. De surcroît, les nouvelles procédures seront conçues en étroite collaboration avec les collaborateurs. Enfin, une zone de bureaux de 4 000 m² favorisera le travail collaboratif et assurera l'efficacité opérationnelle. »

Renault Trucks

Un immeuble qui se veut vertueux

Le groupe évoque un bâtiment « sans énergie fossile et à énergie positive », ce projet illustrant la volonté de Renault Trucks de décarboner ses activités, marque une nouvelle étape dans la transition vers la production d'énergie renouvelable.

Le nouveau centre de distribution est conçu pour être un bâtiment à énergie positive, et sera équipé de panneaux photovoltaïques sur l’ensemble de la toiture. Il produira ainsi de l'électricité renouvelable couvrant ses propres besoins (y compris pour le chauffage du bâtiment, les chariots élévateurs ou encore la recharge des véhicules électriques), mais également les besoins des bâtiments voisins. « 100 % sans énergie fossile, toutes les installations de ce bâtiment fonctionneront grâce cette électricité renouvelable », souligne Renault Trucks, qui s'engage également à végétaliser le site en plantant 400 arbres, contribuant ainsi à améliorer la biodiversité et la qualité de vie sur le lieu de travail.

Exploitation planifiée en 2028

Après un dépôt du permis de construire en 2024, l'activité de l'usine Ponts & Essieux à Vénissieux sera transférée en 2025, permettant la démolition du bâtiment existant et la dépollution des sols. La construction démarrera en 2026, avant l’installation des équipements fin 2027. Le transfert de l’activité est planifié début 2028 avant une exploitation du nouveau centre de distribution à la mi-2028.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier logistique : 635.500 m² commercialisés au 1er trimestre

nullJLL a commenté les chiffres du premier trimestre en matière d’immobilier logistique. Ceux-ci portent sur les entrepôts de plus de 5.000 m².


L’investissement immobilier toujours en retrait

CBRE et l’ADI ont commenté les chiffres de l’investissement immobilier du premier trimestre.


L’Hôtel Logistique Urbain a été inauguré

nullCe nouvel ensemble immobilier localisé dans le Port Edouard Herriot, dans le 7e arrondissement de Lyon, a été inauguré ce lundi.


Locaux d’activité en régions : un marché jugé «très résilient»

null2,25 millions de m² ont été commercialisés et 630 millions d’euros ont été investis, rapporte BNP Paribas Real Estate Transaction. Le marché des utilisateurs résiste bien, porté par les locaux neufs.


BTP Rhône et Métropole partenaire du CIEL 2024

La fédération des entreprises du BTP du Rhône et le CIEL s’associent pour dynamiser l’immobilier d’entreprise.


Saint-Vulbas : le groupe SPI lance la construction de son 14e site

nullLe groupe a officialisé la construction d’une nouvelle plateforme de dernière génération dans la plaine de l’Ain.


Grégory Doucet et Bruno Bernard se rendent au MIPIM

Le maire de Lyon, Grégory Doucet, sera présent pendant deux jours à Cannes, pour le MIPIM. Le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, y restera, lui, pendant trois jours.


JLL accompagne Renault Trucks sur le centre logistique de Saint-Priest

Le groupe, qui a annoncé la construction d’un nouveau bâtiment de 46.000 m² et d’une surface de bureaux de 4.000 m² sur son site de Lyon Saint-Priest, est accompagné par le conseil dans l’identification du site et l’aménagement.


Le marché des bureaux en régions a ralenti en 2023

1,65 million de m² ont été commercialisés et 6,2 milliards d’euros ont été investis, note BNP Paribas Real Estate Transaction dans une analyse.


2023, un point bas pour l’investissement en régions

C’est le constat dressé par JLL dans une récente analyse.


Bénédicte Faurisson, directrice juridique Immobilier de Dentressangle

nullLe groupe a promu cette professionnelle de 40 ans, arrivée en 2022 au sein de l’entité.


Renault Trucks va construire une plate-forme logistique à Saint-Priest

Le groupe a annoncé la construction d’un nouveau bâtiment à énergie positive au cœur de son site de Lyon Saint-Priest. Il s’étendra sur 46.000 m².


Le cout l’immobilier résidentiel nuit à l’attractivité de Lyon

Si la ville n’accède cette année qu’à la deuxième place du classement Arthur Loyd des très grandes Métropoles, c’est en particulier dû au coût du logement, qui affecte le classement global.


Lyon passe derrière Toulouse au palmarès des agglomérations les plus attractives

La 7e édition du baromètre Arthur Loyd a été publiée ce mardi. Pour la première fois, Lyon ne figure pas en première position sur le podium des très grandes métropoles.


Le CIEL 2024 aura lieu les 12 et 13 juin

La sixième édition du carrefour de l’immobilier d’entreprise lyonnais aura lieu, comme c’est habituellement le cas, en juin.