Les prix des vignobles baissent, sauf pour les grands crus

Selon la dernière étude Agrifrance, l’hectare de vigne se négocie entre 10.000 et 15.000 euros dans le Beaujolais, et à 20.000 euros en Côtes du Rhône.

Les prix des vignobles ont souffert en 2009, selon la dernière étude réalisée par la filiale de BNP Paribas Wealth Management, Agrifrance, qui nous livre quelques exemple de prix des vignobles. Seule exception à ce mouvement : quelques grands crus d’exception, dont les prix ont peu varié.

Parmi ceux-là, on trouve notamment certains Bourgogne, où des mini-parcelles atteignent des prix records, comme sur le Meursault, qui cote 1,9 million d’euros l’hectare. Des prix supérieurs, mais proches de la Champagne (1 million d’euros l’hectare) ou de certains grands crus de Bordeaux, comme les appellations Pauillac (1.5 million d’euros) le Pomerol (1.4 million d’euros) ou Saint Estèphe (1 million d’euros).

15.000 euros l’hectare de Beaujolais

Reste que les grands crus ne représentent qu’une partie infime du total des vignobles bordelais. Le Bordeaux générique est lui descendu à 15.000 euros l’hectare, et suit la tendance à la baisse constatée sur l’ensemble des vignobles.

Le vignoble de Côtes du Rhône générique est lui descendu à 20.000 euros l’hectare, le Côte du Rhône Village cotant pour sa part au mieux 40.000 euros. Reste que dans l’appellation, les écarts de prix restent important entre le Ventoux (15.000 euros /ha), le Tavel (80.000 euros /ha), le Gigondas (150.000 euros/ha) ou le Chateauneuf du Pape (390.000 euros/ha).

Quant au Beaujolais, qui s’était vendu jusqu’à 45.000 euros l’hectare, les prix sont redescendus à 10.000-15.000 euros l’hectare. Même si certains crus comme le Moulin à Vent ou le Saint Amour font exception, avec des prix de 70.000 à 100.000 euros.

(Photo: Wikimedia Art Libre /Sarkana)

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Le marché immobilier demeure dynamique, selon Laforêt

Le réseau d’agences franchisées a fait part vendredi de son point marché trimestriel.


La baisse des prix de l’immobilier semble se préciser à Lyon

La FNAIM a fait part, dans sa note de conjoncture, de prix en baisse pour Lyon et Paris. Les autres villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, elles résistent mieux.


Meilleursagents prévoit une baisse des prix à Paris et Lyon d’ici un an

nullSi le spécialiste de l’estimation immobilière en ligne anticipe une prévision de l’ordre d’1,1 million de ventes d’ici fin 2022, le cabinet anticipe pour 2023 un retournement du marché immobilier.


Immobilier : un volume de transactions en légère érosion en France

L’INSEE a fait part de ses indices des prix des logements anciens réalisées avec les notaires au titre des logements anciens.


Immobilier : des ventes en recul, mais des prix toujours en hausse

nullLe volume de transactions est en chute de plus de 7% en rythme trimestriel glissant, mais ceci n’impacte pas les prix, selon LPI Seloger. Ceux-ci restent en hausse, surtout en dehors de l’Ile-de-France.


Accalmie du marché immobilier, selon Immonot.com

Le site a fait part de son enquête réalisée en juillet 2022 sur la tendance du marché immobilier auprès d’études notariales réparties sur toute la France. Celle-ci confirme un ralentissement des ventes.


Les prix en baisse dans les arrondissements centraux de Lyon

Selon le baromètre mensuel de LPI-Seloger, les villes moyennes voient leur prix toujours en nette progression. Mais la hausse est moins marquée à Lyon, où les prix reculent même dans l’hypercentre.


Les notaires de France évoquent une stabilisation du marché immobilier

Dans leur dernière note de conjoncture, les notaires indiquent même qu’une décrue est enclenchée.


Les prix de l’immobilier reculent à Lyon

nullC’est ce qu’a indiqué la FNAIM dans son dernier baromètre mensuel de l’immobilier.


Guy Hoquet décrit « une période charnière » pour le marché immobilier

Le réseau a fait part cette semaine de son baromètre trimestriel. Il a notamment détaillé les principales tendances observées dans les marchés de la région, dont Lyon, Grenoble, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand et Annecy.


Les villes moyennes, moteur de la hausse des prix de l’immobilier

nullC’est le constat dressé par Orpi à l’occasion de son état des lieux du marché immobilier de ces 6 derniers mois.


La FNAIM évoque une « zone de turbulences » pour l’immobilier

nullLa fédération nationale de l’immobilier a tiré un bilan du marché immobilier sur la première partie de l’année. Si les prix sont en hausse dans la plupart des villes de France, ils reculent à Lyon et Paris.


Century 21 fait état de prix de l’immobilier records en France

Le réseau d’agences franchisées a fait part de son point trimestriel sur le marché immobilier national.


Lyon : les prix de l’immobilier en baisse

nullLPI-Seloger a communiqué son baromètre des prix de l’immobilier au titre du mois de mai. Ceux-ci reculent globalement dans la ville, et dans 4 arrondissements sur 9.


Les prix de l’immobilier progressent de 7%

L’INSEE a fait part vendredi de ses indices de prix des logements neufs et anciens au titre du premier trimestre 2022.