Les prix des vignobles baissent, sauf pour les grands crus

Selon la dernière étude Agrifrance, l’hectare de vigne se négocie entre 10.000 et 15.000 euros dans le Beaujolais, et à 20.000 euros en Côtes du Rhône.

Les prix des vignobles ont souffert en 2009, selon la dernière étude réalisée par la filiale de BNP Paribas Wealth Management, Agrifrance, qui nous livre quelques exemple de prix des vignobles. Seule exception à ce mouvement : quelques grands crus d’exception, dont les prix ont peu varié.

Parmi ceux-là, on trouve notamment certains Bourgogne, où des mini-parcelles atteignent des prix records, comme sur le Meursault, qui cote 1,9 million d’euros l’hectare. Des prix supérieurs, mais proches de la Champagne (1 million d’euros l’hectare) ou de certains grands crus de Bordeaux, comme les appellations Pauillac (1.5 million d’euros) le Pomerol (1.4 million d’euros) ou Saint Estèphe (1 million d’euros).

15.000 euros l’hectare de Beaujolais

Reste que les grands crus ne représentent qu’une partie infime du total des vignobles bordelais. Le Bordeaux générique est lui descendu à 15.000 euros l’hectare, et suit la tendance à la baisse constatée sur l’ensemble des vignobles.

Le vignoble de Côtes du Rhône générique est lui descendu à 20.000 euros l’hectare, le Côte du Rhône Village cotant pour sa part au mieux 40.000 euros. Reste que dans l’appellation, les écarts de prix restent important entre le Ventoux (15.000 euros /ha), le Tavel (80.000 euros /ha), le Gigondas (150.000 euros/ha) ou le Chateauneuf du Pape (390.000 euros/ha).

Quant au Beaujolais, qui s’était vendu jusqu’à 45.000 euros l’hectare, les prix sont redescendus à 10.000-15.000 euros l’hectare. Même si certains crus comme le Moulin à Vent ou le Saint Amour font exception, avec des prix de 70.000 à 100.000 euros.

(Photo: Wikimedia Art Libre /Sarkana)

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Isère : une dynamique des prix de l’immobilier affirmée sur un an

null
La Chambre des notaires de l’Isère présentait, il y a quelques jours, son observatoire des chiffres de l’immobilier du département. Dans le Nord-Isère, les prix des maisons et des appartements sont nettement orientés à la hausse.


Les prix de l’immobilier également en hausse dans le Voironnais et la Bièvre

La Chambre des notaires de l’Isère présentait récemment son observatoire des chiffres de l’immobilier du département. Entre Grenoble et Lyon, la hausse des prix des maisons et des appartements est bel et bien là.


Loire : les prix des maisons augmentent davantage que les appartements

null
C’est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture des notaires de France portant sur le département.
» Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les dernières statistiques des notaires font état d’une augmentation des prix des appartements de près de 5% dans le département.