Lyon : trou d’air pour l’immobilier au premier trimestre

Les notaires ont fait part lundi matin d'une forte hausse des prix de l'immobilier en 2010. Toutefois, sur la base des avants contrats, ils ont annoncé avoir constaté une baisse des prix pour les appartements anciens de janvier à mars, avant une remontée en avril.

Les notaires de France ont fait état ce matin des chiffres de ventes des biens au titre de l’année 2010. Si l’année dernière a été marquée par une hausse des prix substantielle sur Lyon (+8.1% sur un an), le début d’année a été plus poussif. Les prix enregistrés de janvier à mars sur la base des avants contrats des notaires ont en effet reculé de plus de 3.5%. Néanmoins, les notaires notent que cette baisse ressemble plus, pour l’heure, à un trou d’air. Les chiffres de l’évolution annuelle de février à avril sont, eux, de nouveau orientés à la hausse, avec une hausse de 1.1% à 3140 euros.

Les notaires du Rhône confirment ainsi la tendance générale à l’accalmie observée les derniers mois par les réseaux d’agences et notaires de France. D’autant que les volumes ont dans le même temps, fortement baissé, reculant de 34% par rapport à la même période de 2010 dans l’ancien, soit des baisses relativement proches de celles enregistrées dans le neuf (-48%). En cause, le débat sur les plus-values sur la résidence principale pourrait avoir joué défavorablement sur le marché selon les professionnels, l’incertitude législative tendant par nature à déstabiliser les acheteurs.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Après une baisse de 48 % dans le neuf au premier trimestre 2011 par rapport au premier trimestre 2010, doublée d’une baisse de 3,5% dans l’ancien, il semble que l’on ait assisté à une baisse générale. L’avenir nous dira s’il s’agit d’un simple trou d’air. Plusieurs autres indices – baisses dans certaines régions françaises, assagissement de la hausse à Paris – peuvent laisser à croire que l’on assiste peut-être au début d’un renversement de tendance, qui se traduirait par une baisse des prix continue pendant sans doute plusieurs années. Toutes les bulles finissent ainsi.

Signaler un abus

Pour être plus précis par rapport au commentaire ci-dessus, la baisse de 48% dans le neuf concerne les volumes de vente, alors que la baisse de 3,5% dans l’ancien concerne le prix au m². Mais ces précisions ne changent rien sur le reste : Trou d’air ou début de renversement de tendance…

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.