« Les prix ont du mal à se mettre à la vraie valeur »

Martine Basili, négociatrice leader de l'Agence Centrale nous parle du marché immobilier de Meyzieu.

Quel est votre sentiment sur le marché immobilier de Meyzieu depuis le début de l’année ?

On est sur un marché difficile. On a l’avantage, sur Meyzieu, de tirer notre épingle du jeu, de par les nombreuses infrastructures, comme le Rhônexpress, le tram, qui font que notre marché n’a jamais subi réellement de grosses baisses. Néanmoins, on ressent tout de même cette faiblesse. On a des prix qui ont du mal à se mettre à la vraie valeur. On a des taux qui augmentent, et ceci a une incidence sur la transaction en général. On a donc un travail beaucoup plus intense pour une activité qui reste la même.

Vous parliez des taux… Ressentez-vous que les emprunteurs ont de plus en plus de mal à boucler leurs financement ?

On se rend compte que si les taux augmentent, ils restent relativement bas d’un point de vue historique. On a connu des taux beaucoup plus hauts. Néanmoins, les prix des maisons et des appartements sont assez importants, donc même avec des taux à 4.3%, 4.5%, on arrive à des mensualités qui limitent les possibilités d’acquisitions. En l’occurrence, on se rend compte qu’on a très peu de primo accédants.

Avec le PTZ+, vous n’avez pas senti d’amélioration en termes de financement ?

On sent quand même une amélioration. Certaines personnes qui ont quitté le système de la location pendant deux ans sont considérés comme étant des primo-accédants. Des gens propriétaires de leur résidence principale, qui ont vendu leur propriété, et qui sont restés par la suite en location, accèdent de nouveau à la propriété via un PTZ+. Là où le bât blesse, c’est plutôt sur le diagnostic de performance énergétique. Le PTZ+ est arrêté en fonction du DPE, et on s’aperçoit que la fiabilité des DPE laisse toujours à désirer. Or lorsqu’on sait que le financement du bien du client dépend de ce DPE, c’est dérangeant.

Meyzieu est en outre une zone très pavillonnaire. Ce qui demande une mobilisation importante en termes de financement…

Meyzieu n’est pas réservé à une certaine clientèle. Des parties de Meyzieu sont très accessibles pour les primo-accédants, et d’autres sont réservées à une clientèle un peu plus restreinte, comme la zone du Grand Large. La commune permet à des petits comme à des gros budgets d’accéder à la propriété. Le fait que nous voyons peu de primo-accédants est plutôt dû au fait de prix relativement hauts. Or les primo-accédants ont toujours moins d’apport personnel. Je me souviens qu’il y a quelques années de cela, on faisait du 110% : très facilement, la banque finançait ainsi le bien et les frais d’acquisitions. Aujourd'hui, si la personne arrive sans apport personnel, il est quasiment impossible d’accéder à sa demande, à part pour un T2 ou un petit T3. De ce point de vue, la commune de Meyzieu est assez hétéroclite et il est assez intéressant de pouvoir travailler sur des petits budgets, comme sur les Plantées, ou encore des gros budgets dans la zone du Grand Large. Sur ces derniers, des clients de l’ouest lyonnais, pour qui Meyzieu était autrefois une cité dortoir, viennent s’implanter pour des raisons d’accès autoroutiers, à l’aéroport, ou encore au tramway. Reste à savoir si le Grand Stade de l’OL va se réaliser ou pas, et si cela va avoir un impact positif ou négatif sur le marché.

Quels sont les éléments qui ont valorisé ce marché ?

Le plus gros pas qu’a fait Meyzieu en termes d’augmentation de population et de prix de vente est sans conteste la Rocade Est de Lyon. A partir du moment où la Rocade est arrivée, Meyieu a connu un essor fabuleux. L’arrivée du tramway a également été importante : Meyzieu est désormais, grâce à lui, à 20 minutes de la Part-Dieu. Plus récemment, Rhônexpress, qui fonctionne depuis un an et qui dessert Part Dieu, Meyzieu et l’aéroport Saint-Exupéry a donné une impulsion. Tous les cadres qui sont amenés à utiliser fréquemment l’avion sont également tentés par Meyzieu. Après, on observe également de plus petites améliorations, comme récemment, une clinique qui en train de s’installer. Un des manques jusqu’ici perceptible à Meyzieu se situait au niveau de l’habitat collectif. Or le centre-ville est en train de changer. Une vingtaine de petits immeubles neufs ont été construits sur deux ans. Ceci a amené une clientèle que l’on avait pas trop jusqu’ici.

Ce développement du neuf est donc quelque chose de relativement récent…

Si l’on analyse les résidences présentes sur Meyzieu, on se rend compte qu’il y a eu beaucoup de résidences des années 70-80, très peu de résidences des années 90 avant une nouvelle vague de construction de résidences récentes à partir de 2005-2006. Le centre-ville, qui avait plutôt un aspect ancien, a laissé la place à des immeubles de type commerces et R+3.

Quels sont les prix sur la commune ?

Sur les prix du neuf, on est plutôt sur du 3000-3500 euros du mètre carré. Après, tout dépend de la localisation et des prestations. Vous pouvez avoir sur Meyzieu des appartements de 140.000 euros pour du 64m2, soit 2187 euros du mètre carré sur la zone des Plantées, comme vous pouvez avoir des appartements de 250.000 euros pour du 75m², soit du 3333 euros du mètre carré. Pour le neuf, on sera plus proche des 3500 euros du mètre carré.

Le secteur du Grand Large est le secteur le plus prisé de Meyzieu…

C’est un secteur très touristique. C’est un lac artificiel traversé par le Rhône, doté d’un centre nautique, d’un petit port avec des voiliers, et d’une base de canoë-kayak. Il existe en outre une piste cyclable qui part de Meyzieu pour aller jusqu’au parc de la tête d’Or. On a parfois l’impression dans cette zone d’être dans le midi de la France.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.