« Les prix ont du mal à se mettre à la vraie valeur »

Martine Basili, négociatrice leader de l'Agence Centrale nous parle du marché immobilier de Meyzieu.

Quel est votre sentiment sur le marché immobilier de Meyzieu depuis le début de l’année ?

On est sur un marché difficile. On a l’avantage, sur Meyzieu, de tirer notre épingle du jeu, de par les nombreuses infrastructures, comme le Rhônexpress, le tram, qui font que notre marché n’a jamais subi réellement de grosses baisses. Néanmoins, on ressent tout de même cette faiblesse. On a des prix qui ont du mal à se mettre à la vraie valeur. On a des taux qui augmentent, et ceci a une incidence sur la transaction en général. On a donc un travail beaucoup plus intense pour une activité qui reste la même.

Vous parliez des taux… Ressentez-vous que les emprunteurs ont de plus en plus de mal à boucler leurs financement ?

On se rend compte que si les taux augmentent, ils restent relativement bas d’un point de vue historique. On a connu des taux beaucoup plus hauts. Néanmoins, les prix des maisons et des appartements sont assez importants, donc même avec des taux à 4.3%, 4.5%, on arrive à des mensualités qui limitent les possibilités d’acquisitions. En l’occurrence, on se rend compte qu’on a très peu de primo accédants.

Avec le PTZ+, vous n’avez pas senti d’amélioration en termes de financement ?

On sent quand même une amélioration. Certaines personnes qui ont quitté le système de la location pendant deux ans sont considérés comme étant des primo-accédants. Des gens propriétaires de leur résidence principale, qui ont vendu leur propriété, et qui sont restés par la suite en location, accèdent de nouveau à la propriété via un PTZ+. Là où le bât blesse, c’est plutôt sur le diagnostic de performance énergétique. Le PTZ+ est arrêté en fonction du DPE, et on s’aperçoit que la fiabilité des DPE laisse toujours à désirer. Or lorsqu’on sait que le financement du bien du client dépend de ce DPE, c’est dérangeant.

Meyzieu est en outre une zone très pavillonnaire. Ce qui demande une mobilisation importante en termes de financement…

Meyzieu n’est pas réservé à une certaine clientèle. Des parties de Meyzieu sont très accessibles pour les primo-accédants, et d’autres sont réservées à une clientèle un peu plus restreinte, comme la zone du Grand Large. La commune permet à des petits comme à des gros budgets d’accéder à la propriété. Le fait que nous voyons peu de primo-accédants est plutôt dû au fait de prix relativement hauts. Or les primo-accédants ont toujours moins d’apport personnel. Je me souviens qu’il y a quelques années de cela, on faisait du 110% : très facilement, la banque finançait ainsi le bien et les frais d’acquisitions. Aujourd'hui, si la personne arrive sans apport personnel, il est quasiment impossible d’accéder à sa demande, à part pour un T2 ou un petit T3. De ce point de vue, la commune de Meyzieu est assez hétéroclite et il est assez intéressant de pouvoir travailler sur des petits budgets, comme sur les Plantées, ou encore des gros budgets dans la zone du Grand Large. Sur ces derniers, des clients de l’ouest lyonnais, pour qui Meyzieu était autrefois une cité dortoir, viennent s’implanter pour des raisons d’accès autoroutiers, à l’aéroport, ou encore au tramway. Reste à savoir si le Grand Stade de l’OL va se réaliser ou pas, et si cela va avoir un impact positif ou négatif sur le marché.

Quels sont les éléments qui ont valorisé ce marché ?

Le plus gros pas qu’a fait Meyzieu en termes d’augmentation de population et de prix de vente est sans conteste la Rocade Est de Lyon. A partir du moment où la Rocade est arrivée, Meyieu a connu un essor fabuleux. L’arrivée du tramway a également été importante : Meyzieu est désormais, grâce à lui, à 20 minutes de la Part-Dieu. Plus récemment, Rhônexpress, qui fonctionne depuis un an et qui dessert Part Dieu, Meyzieu et l’aéroport Saint-Exupéry a donné une impulsion. Tous les cadres qui sont amenés à utiliser fréquemment l’avion sont également tentés par Meyzieu. Après, on observe également de plus petites améliorations, comme récemment, une clinique qui en train de s’installer. Un des manques jusqu’ici perceptible à Meyzieu se situait au niveau de l’habitat collectif. Or le centre-ville est en train de changer. Une vingtaine de petits immeubles neufs ont été construits sur deux ans. Ceci a amené une clientèle que l’on avait pas trop jusqu’ici.

Ce développement du neuf est donc quelque chose de relativement récent…

Si l’on analyse les résidences présentes sur Meyzieu, on se rend compte qu’il y a eu beaucoup de résidences des années 70-80, très peu de résidences des années 90 avant une nouvelle vague de construction de résidences récentes à partir de 2005-2006. Le centre-ville, qui avait plutôt un aspect ancien, a laissé la place à des immeubles de type commerces et R+3.

Quels sont les prix sur la commune ?

Sur les prix du neuf, on est plutôt sur du 3000-3500 euros du mètre carré. Après, tout dépend de la localisation et des prestations. Vous pouvez avoir sur Meyzieu des appartements de 140.000 euros pour du 64m2, soit 2187 euros du mètre carré sur la zone des Plantées, comme vous pouvez avoir des appartements de 250.000 euros pour du 75m², soit du 3333 euros du mètre carré. Pour le neuf, on sera plus proche des 3500 euros du mètre carré.

Le secteur du Grand Large est le secteur le plus prisé de Meyzieu…

C’est un secteur très touristique. C’est un lac artificiel traversé par le Rhône, doté d’un centre nautique, d’un petit port avec des voiliers, et d’une base de canoë-kayak. Il existe en outre une piste cyclable qui part de Meyzieu pour aller jusqu’au parc de la tête d’Or. On a parfois l’impression dans cette zone d’être dans le midi de la France.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


5 villes d’Auvergne dépassent les 500 ventes en 2021

Clermont-Ferrand, Vichy, Montluçon, Aurillac et Chamalières sont les villes qui ont été les plus actives de 2021 en termes de transactions, selon la FNAIM.


Immobilier : des records en 2021, mais des incertitudes pour 2022

nullLa FNAIM a retracé une immobilière marquée par un record de ventes et de prix. Mais des incertitudes pèsent sur 2022, et notamment du point de vue des élections, des taux, et de l’impact de la rénovation énergétique.


«Les périphéries voient les ultra-urbains arriver avec un fort pouvoir d’achat»

Yann Jéhanno est le président de Laforêt France. Nous évoquons avec lui l’évolution du marché immobilier en 2021, ainsi que les enjeux de 2022.


« Mon pronostic est que l’on fera moins de ventes en 2022 qu’en 2021 »

nullLaurent Vimont est le président de Century 21 France. Nous évoquons avec lui les grands chiffres du marché de l’immobilier ancien en 2021 et ses perspectives d’évolution en 2022.


2021, année exceptionnelle pour l’immobilier selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées a présenté lundi son bilan annuel du marché. Si l’année écoulée a été très bonne sur le front de l’activité, les prix, toujours en hausse, commencent à désolvabiliser certains ménages.


Un marché immobilier record en 2021, selon Laforêt

L’année écoulée a été très positive pour l’activité immobilière avec un record en termes de transactions. Selon le réseau d’agences franchisées, 2022 sera une année « entre menaces et opportunités ».


Le marché immobilier a bien résisté en 2021, selon la FNAIM

nullLa FNAIM a, quelques jours avant sa conférence de presse portant sur l’année 2021, révélé les principales tendances du millésime écoulé. Les prix sont toujours en forte hausse, avec toutefois des disparités suivant les territoires.


Marché immobilier : des signes de faiblesse selon Immonot

Selon le portail immobilier du groupe Notariat Services, quelques informations laissent penser que les ventes pourraient se dégrader et les prix reculer.


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.