Les taux de crédit immobilier restent stables en juillet

Selon l’Observatoire Crédit Logement du Financement des marchés résidentiels, les taux moyens des prêts se sont établis à 3.90% en moyenne le mois dernier.

Les taux de crédit immobilier sont restés quasi stables en juillet. Selon l’Observatoire Crédit Logement, les taux des prêts se sont établis à 3.90% en moyenne le mois dernier. C’est un peu plus qu’en juin, lorsque les taux s’établissaient à 3.86%.

Le rythme de hausse – de 4 points de base - se maintient à un niveau identique à celui de juin, bien inférieur à celui observé entre novembre 2010 et mars 2011, lorsque les taux des prêts augmentaient à un rythme moyen de 10 points de base. La nette baisse des taux de l’OAT depuis la mi-avril n’a ainsi pas eu d’impact sur le marché des prêts à l’habitat. Les taux restent à un niveau proche de celui qui était le leur en septembre 2009 ou encore au niveau de l’été 2006. « La demande de crédits et l’activité des marchés immobiliers restent de ce fait soutenues » note Crédit Logement.

La moitié des prêts accordés à moins de 4%

Si le taux moyen continue de progresser, la part de la production réalisée à un taux inférieur à 4.0 % a légèrement progressé, pour s’établir à 49.1 %, après être revenue à 45.5 % en juin. Ce niveau reste néanmoins bien loin des 95.0 % atteints en 2010. Dans le même temps, la production réalisée à un taux supérieur à 4.5 % progresse à une part de 8.8 % en juillet, contre 8.1 % en juin et 0.2 % en 2010. Autre fait du mois : la rechute des prêts à taux variables : ceux-ci ne représentaient plus sur le mois que 7.6 % de la part en production en juillet, contre 9.4% un mois plus tôt.

La durée des prêts, elle, en revanche, baissait de 215 à 212 mois. Un phénomène saisonnier selon Crédit Logement : « le recul des durées se constate habituellement à cette période de l’année, quelle que soit la tendance générale » note l’Observatoire. Concernant les prêts à l’accession, la part de la production accordée sur des maturités de 20 à 30 ans recule à 49.2%, contre 53.7% un mois plus tôt, un repli qui s’est fait au profit des prêts de moins de 15 ans, qui représentent 23% de la production en juillet, contre 20.1% un mois plus tôt.

Une solvabilité à la hausse

Le coût relatif moyen des opérations réalisées s’établit quant à lui à 3.88 années de revenus en juillet, soit un chiffre bien supérieur à sa situation de 2009, mais inférieur à son niveau de novembre dernier, lorsqu’il atteignait 3.97%. « Si les revenus des emprunteurs augmentent maintenant plus vite qu’auparavant (+ 3.0 % sur un an, depuis le début de l’année 2011 contre + 0.3 % en 2010), les tensions sur le coût relatif demeurent » note Crédit Logement.

L’indicateur de solvabilité, pour sa part, confirme sa remontée, avec une amélioration « nette et rapide » en juillet, due notamment à une hausse de 11.8% de l’apport personnel sur un an, une situation qui, selon Crédit Logement, « transforme l’équilibre des plans de financement des opérations immobilières ».

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Des taux de crédit immobilier stables en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les taux n’ont pas bougé en cette rentrée par rapport à la période estivale. Dans les prochains mois, les taux d’usure vont remonter, ce qui pourrait améliorer le financement des emprunteurs modestes.


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.