Les prix de l’immobilier surévalués de 25% selon Crédit Agricole

La banque prévoit une baisse des prix de l’immobilier de 5% à 6% l’an prochain.

Le Crédit Agricole prévoit une baisse substantielle des prix de l’immobilier en 2012. C’est ce qu'indique la dernière note de conjoncture d’Olivier Eluere, l’économiste en charge de l’immobilier au Crédit Agricole.

Selon lui, les prix pourraient même reculer de 5 à 6% l’an prochain, et ce après une année 2011 qui se traduira sans nul doute par une baisse des transactions dans le neuf et dans l’ancien, et un ralentissement des prix. L’économiste prévoit ainsi une baisse de prix au quatrième trimestre par rapport au troisième, avec des mises en chantier qui commencent à s’infléchir, et des encours de crédit qui ralentissent.

Un ajustement logique

« Après dix ans de hausse continue (1998-2007) et un rebond marqué en 2010, un ajustement du marché semblait logique » note Crédit Agricole, celui-ci étant dû à la conjonction de quatre facteurs négatifs. Tout d’abord un contexte économique dégradé, marqué par une baisse de la croissance et un taux de chômage élevé. Ensuite, la banque met en avant la hausse progressive des taux de crédit habitat, liée à la hausse des taux de marché au premier semestre 2011, qui a désolvabilisé une partie des acquéreurs potentiels.

En outre, Crédit Agricole estime que les prix sont surévalués : +25% en moyenne dans l’ancien début 2011. Enfin, les mesures de resserrement budgétaire comme la nette diminution de l’abattement sur les plus-values immobilières hors résidences principales et la réduction d’impôt Scellier pourrait avoir un impact négatif en 2012.

Pas d’effondrement

SI la banque prévoit une baisse des prix, un effondrement du marché lui parait toutefois peu probable. « Le marché français n’est pas dans un schéma de bulle immobilière spéculative/bulle du crédit, les facteurs de soutien structurels continuent à jouer et l’effet « valeur refuge » devrait demeurer présent ».

Les transactions de logements devraient, selon la banque, diminuer de 8 % en 2012 dans l’ancien, et de 8% dans le neuf. Côté prix, ceci se traduirait par des prix dans l’ancien en baisse de 5 à 6 % en moyenne en 2012.

»






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Encore en augmentation de 0,73% sur octobre (indice SeLoger/LaVieImmo.com/JDD), les prix à Lyon, malgré la raréfaction des acheteurs, n’en finissent plus de monter sur le tout dernier barreau de l’échelle, d’où la chute sera plus sévère.

Signaler un abus

L’augmentation 0,73% n’est que spéculation, la bulle immobilière ! J’aurai été fier d’être resté locataire.

Signaler un abus

25%, cest un minimum! Cest une banque qui dit cela, cest a dire quelqu’un qui a pourtant intéret a la montée des prix!

Donc cest dire ce qui nous attend! Une chute brutale!

Il est urgent d’attendre! Il ne faut surtout pas acheter en ce moment!

Les prix vont chuter de 20,000 euros au moins en quelques moins! Ce qui est bcp plus que ce l’on perd en loyer!

Chers acheteurs soyez patients, et si vraiment vous etes pressés d’acheter, ne soyez pas stupide! faites des tentatives à moins 20,000, moins 30,000 euros!

Demandez à l’agence avant de signer un bon de visite si cest negociable! Si l’agence refuse des offres en dessous du prix, évitez la, car ce sont des escrocs, et contournez la en recherchant vous meme le bien! Une AI se doit d’accepter des offres en dessous du prix!

Chers acheteurs, le pouvoir est entre vos mains: soyez moins pigeons, bref utilisez votre cerveau et negocier!

Signaler un abus

Tony je suis ta logique et tu as parfaitement raison, il faut attendre quitte à attendre 2013 !! L immobilier c’est sur le long terme. La patience est une vertue !!! On a changé d’époque. fini l’époque 2002 ou les appartements étaient vendus au plus offrant ! BULLE IMMOBILIERE !!!

Signaler un abus

Le marché immobilier français n’a pas de « BULLE » dans le sens qu’il n’y a pas une proportion importante d’argent fictif sous la forme de crédits hors de controles comme cela c’est passé aux USA(sous GW. BUSH ces crédits foireux datant de Clinton ont été repassés au monde entier sous le terme « supers investissements »…).
Par contre….
Avec les absurdités(pour la France) de lois de defiscalisation d’investissement locatifs dans le neuf(et autres defiscalisations), là c’est les primos accedants petits revenus qui se retrouvent face à des prix délirants pour un appart et autres. Car en fait, même le prix de l’ancient a été tiré vers le haut par aspiration(bulle) grace à ces lois: regardez les apparts neufs moches et mals situés se vendant à €€€€, pourquoi de l’ancient bien situé se vendrait moins? Si il y a « bulle », tant pour les loyers que les prix de l’immobilier, c’est grace à la speculation à la defiscalisation… En plus quand vous achetez, investissez dans du locatif déconnecté(sans gérer vous même, sans y travailler un peu, sans être à coté de temps en temps), doutez vous bien que cela a un cout tant pour vous que les locataires et votre investissement.

Il était temps qu’il y ait un coup de rabot(le gouvernement « Sarkozy » n’a pas fait que du n’importe quoi… probablement pression étrangère…).

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.