Légère hausse des taux de crédit immobilier sur certaines durées

Les taux de prêt immobilier ont progressé sur 15 et 25 ans, selon le courtier en crédit immobilier Cafpi.

Les taux de crédit immobilier restent stables, selon Cafpi. Pour le courtier en crédit immobilier, certaines durées de prêt enregistrent néanmoins des hausses mesurées des taux, comme pour les emprunts à 15 ans et 25 ans. A l’inverse, les taux sur les emprunts à 20 ans restent eux parfaitement stables. Un emprunteur disposant d’un excellent dossier pourrait ainsi prétendre à des taux de 3,80 % sur 15 ans, à 4 % sur 20 ans et à 4,25 % sur 25 ans.

Le courtier fait état de nettes différences entre régions : « les nuages s’assombrissent en Bretagne, en Auvergne et dans l’Est de la France, alors qu’au Nord et dans le Sud, les conditions d’emprunt restent assez stables » note Cafpi.

Le mouvement de hausse des taux est lié, selon l’intermédiaire, à Bâle III qui oblige les banques à reconstituer leurs marges. Récemment, l’autorité de contrôle de la Banque de France avait d’ailleurs recommandé aux banquiers une certaine prudence, notamment par la réduction des taux d’effort, la limitation de la durée des prêts et le durcissement des exigences en matière d’apport personnel, rappelle-t-il. Des recommandations qui visent à éviter une hausse trop forte des prix de l’immobilier.

Perte du Triple A : des difficultés à emprunter pour les banques

Le courtier en crédit immobilier a en outre exploré les possibles conséquences de la perte du Triple A par la France. Si ce risque ce matérialisait, explique Cafpi, « les banques auront plus de difficultés à emprunter et se refinanceront à des conditions moins favorables, entraînant une hausse des taux de crédit pour les particuliers. Ce qui risque d’exclure nombre d’acquéreurs, notamment les primo accédants, d’autant que cette clientèle ne disposera plus, en 2012, des aides susceptibles de les solvabiliser », le PTZ+ ayant disparu dans l’ancien.

Mais Cafpi pense que les banques ne pourront pas se passer du crédit immobilier pour leur activité. « On peut donc s’attendre à ce qu’elles limitent l’effet de cette éventuelle hausse et qu’elles fassent des efforts sur leurs grilles de taux afin de maintenir leur activité dans ce domaine » table-t-il, tout en précisant que les prix pourraient également servir de variable d’ajustement. « Si les taux remontent, les prix de l’immobilier devront s’ajuster à la baisse. C’est d’ailleurs déjà le cas dans un certain nombre de régions. Ce qui profite, pour l’heure aux acquéreurs qui bénéficient donc de taux encore attractifs et d’une correction des prix à la baisse » indique Cafpi.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.


258 milliards d’euros de nouveaux crédits à l’habitat en 2019

La Banque de France a publié mercredi son point mensuel sur les crédits aux particuliers.


Des taux stables en janvier

L’observatoire Crédit Logement/CSA a fait part mardi de son point mensuel.


Auvergne-Rhône-Alpes : la hausse des taux se poursuit

Selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct, les taux de crédit immobilier ont de nouveau augmenté en janvier dans la région.


CSA/Crédit Logement confirme une légère hausse des taux en décembre


L’observatoire organisait mardi matin une conférence de presse, afin de présenter ses chiffres du mois de décembre et du quatrième trimestre 2019.