Cafpi tacle Crédit Logement

Pour le courtier en crédit immobilier, les taux ne montent pas et les banques continuent de prêter.

Cafpi ne croit pas aux conclusions des études de Crédit Logement. C’est en tout cas ce qu’il a indiqué en début de semaine dans un communiqué. « De façon très surprenante, l’organisme annonce, par la voix de Michel Mouillart, une hausse des taux et un effondrement de la demande » indique Cafpi. Or selon Philippe Taboret, le Directeur Général Adjoint de Cafpi, « les taux ne montent pas et les banques continuent de prêter ».

Selon lui, Crédit Logement s’était trompé dans ses prévisions, en prévoyant une chute de l’activité, alors même que le courtier tablait sur une hausse de celle-ci. « Pour le dernier trimestre 2011, Crédit Logement annonçait une baisse d’activité alors que Cafpi prévoyait une hausse », constate Philippe Taboret.

Baisse de prix

Même si le courtier admet que la suppression du PTZ+ dans l’ancien devrait exclure du marché un certain nombre de primo-accédants, cette désolvabilisation devrait être temporaire, et compensée par une baisse des prix, qui aurait même déjà commencé selon le courtier. « Le scénario de 2009 se reproduit : l’offre s’ajuste à la demande » note Cafpi.

Il s’inscrit de plus en faux sur l’idée que les banques ne prêteraient plus. « C’est la demande qui baisse pour l’instant. Les banquiers ont chacun leur politique de risque face à la crise et à leurs nouvelles contraintes, mais elles prêtent sans réserve jusqu’à 100 % du prix d’achat et jusqu’à 30 ans, voire plus pour les banques spécialisées » indique ainsi Philippe Taboret. Ce dernier pense que les taux pourraient rester stables dans les prochaines semaines, du fait notamment de l’arrivée des salons de l’immobilier et du premier temps fort de l’année immobilière, qui est plus que jamais l’occasion de recruter de nouveaux clients.

« Même si les volumes sont moins importants cette année compte tenu du contexte économique, il reste de bonnes raisons d’être optimiste », conclut Philippe Taboret.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Effectivement, les banques continuent de prêter c’est le volume des transactions qui baisse. Il ne faut pas se tromper de cible. D’ailleurs l’étude de crédit logement indique bien pour l’instant un retour des ménages les plus aisés avec des apports plus importants ce qui va dans le sens d’un indicateur de solvabilité qui globalement se maintient.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.