Ain : la fracture immobilière se creuse entre Bresse et Genevois

Les notaires de l’Ain ont fait état de leurs chiffres sur le département. Le Genevois fait, une fois de plus, la course en tête en termes de prix.

Les notaires de l’Ain ont tiré, à l’occasion du salon de l’immobilier organisé à Bourg en Bresse, un bilan de l’immobilier dans le département au titre de l’année 2011. Et une fois de plus, le département est plus que jamais écartelé entre trois grandes zones, Bourg en Bresse et sa périphérie, le Bugey et le Genevois français.

Et c’est bien sur ce dernier secteur que les prix de l’immobilier atteignent des sommets. Avec une progression de 11.1%, les prix au mètre carré ont atteint 3 641 euros sur le pays de Gex, un niveau qui fait monter la moyenne départementale, qui s’établit pour 2011 à 2 222 euros, soit une baisse de 0.1%. Et il n’y a guère que la Plaine de l’Ain Côtière, au nord de Lyon, qui s’approche très péniblement de cette moyenne, avec un mètre carré à 1 912 euros (+2.8%).

La Bresse et les Dombes à la hausse en 2011…

Car sur les autres secteurs, les niveaux de prix étaient nettement moindres. A Bourg en Bresse et dans sa périphérie, les prix s’établissaient respectivement à 1 561 euros (+2.8%) et 1 720 euros (+3.9%). Les Dombes étaient, elles aussi, à la hausse, avec des prix proches de Bourg (1607 euros). Dans le Bugey, au Nord (1 403 euros) autour d’Oyonnax comme au Sud (1 293 euros) autour de Hauteville Lompnes, les prix s’orientaient également à la hausse, de 3.9% et 9.7%. Seul le secteur de la Haute Bresse s’affichait nettement à la baisse en 2011, avec un prix au mètre carré de 1 269 euros, en repli de 4.6%. Soit le niveau le plus bas du département.

Mais à la baisse en 2012…

Or si l’année 2012 semble avoir marqué une rupture sur le marché immobilier en France comme en région lyonnaise, l’Ain ne semble pas déroger à la règle. Les notaires ont, parallèlement aux chiffres 2011, donné les premières tendances pour l’année 2012. Et là encore, l’écart semble encore se creuser entre le Genevois, la Bresse et le Bugey. Si bien qu’on peut presque parler de fracture immobilière dans le département…

Car d’un côté les prix du secteur du Pays de Gex sont une fois de plus orientés à la hausse, notamment sous l’effet de la force du franc suisse, qui rend attractif l’immobilier côté français. Le prix du mètre carré dans les appartements anciens atteint ainsi, selon les dernières tendances des notaires, 3 828 euros, soit une hausse de 5.1%. De l’autre côté, à l’ouest, les prix dans le secteur de Bourg en Bresse baissent en cette année de 3%, à 1 513 euros. Même chose pour les prix dans la périphérie, qui chutent de 4.1% à 1 649 euros.

Même écart sur les maisons

Les Dombes suivent la même trajectoire : après une hausse en 2011, les prix des appartements ont baissé de 2.2% à 1 572 euros dans le secteur. Sur la plaine de l’Ain Côtière, les prix se sont également stabilisés, à 1 922 euros. De manière plus atypique, on relèvera une asymétrie importante entre la trajectoire des prix du nord Bugey (-3.2% à 1358 euros), et du Sud Bugey (+5.5% à 1364 euros).

Du côté des maisons anciennes, les prix reculent de 0.5% à 225.300 euros dans le département, au vu des premières tendances 2012. A Bourg en Bresse, ces dernières font état d’un repli important des prix, de 10.2% à 198.100 euros. Une tendance qui ne se vérifie toutefois pas sur la plaine de l’Ain côtière (1.4% à 227.700 euros), et encore moins dans le Pays de Gex (+6.2% à 592.100 euros), qui fait - naturellement, serait-on tenté de dire - la course en tête en ce début d'année.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.