Lyon : les prix se sont inversés en fin d’année 2012

Les prix de l’immobilier ont progressé de 5% en 2012, selon les derniers chiffres de la FNAIM. Mais sur la fin de l’année, la tendance s’est inversée, avec des prix en recul de 4.5% au quatrième trimestre.

Les prix de l’immobilier ont progressé de 5% en 2012. A l’occasion du salon de l’immobilier, Gilles Cecere, le président de la FNAIM a dressé le bilan d’une année 2012 0en demi-teinte, marquée, certes, par une progression de 5% des prix de l’immobilier, mais par un violent retournement en fin d’année.

Sur l’année, les prix ont progressé de 1.5% en Rhône-Alpes. « Mais la hausse est surtout tirée par Lyon » indique Gilles Cecere. Les prix ont en effet progressé de 5% en 2012 sur la capitale régionale. « Mais ça risque de ne pas durer au vu des prix du quatrième trimestre » note Gilles Cecere.

Prix en baisse au quatrième trimestre

Car au 4ème trimestre, les prix ont diminué de 4.5% par rapport au troisième. « C’est vraiment significatif de la situation sans laquelle nous trouvons » indique-t-il évoquant « une rupture du marché ». « -4.5% ce n’est même plus une érosion », tempête Gilles Cecere, qui pense que la situation risque de perdurer au premier trimestre.

Si bien que la hausse de l’année 2012 pourrait bien ne pas être suivie par une hausse. « On a peur que la tendance en 2013 soit totalement inversée » concède-t-il. Paradoxe, l’offre est toujours extrêmement rare, souligne Gilles Cecere, qui estime que certains biens, comme par exemple les T3 non énergivores dans des quartiers attractifs, sont quasiment introuvable sur l’agglomération. Malgré tout le marché commence à changer de psychologie, surtout côté vendeurs. « Quand on démarche une maison, ils commencent à nous écouter » note Gilles Cecere.

Des mandats rentrés à un bon prix

Face à une raréfaction des acheteurs, le rééquilibrage tend à s’affirmer. « On commence à rentrer des mandats à des bons prix » indique Gilles Cecere, qui indique que de plus en plus de vendeurs sont prêts à baisser leurs prix. 29% sont prêts à baisser leurs prix et 48% disent qu’il sont prêts à le faire si c’est indispensable. Preuve en est, selon l’étude IFOP récemment commandée par la fédération, 70% des 400 agents immobiliers interrogés pensent que les prix vont baisser, contre 1% qui pensent que les prix vont augmenter (29% stables).

Parmi les causes évoquées par la FNAIM, les reports des décisions d’achat sont majoritaires, tout comme les conditions d’obtention des crédits plus difficiles. Mais la FNAIM, cite également, sondage IFOP à l’appui, des prix perçus comme étant trop élevés, et une dégradation de la situation de la dégradation de la situation de l’emploi ou encore la réforme des plus-values immobilières.

Des perspectives baissières

« Lyon reste un marché relativement attractif » affirme le président local de la FNAIM, qui estime malgré tout que les chiffres de la fin 2012 sont « un peu inquiétants ». « Sur le terrain, on constate une difficulté à commercialiser les biens des immeubles des années 70 » indique Jacques Clavier, de la commission transactions de la FNAIM. Les acquéreurs sont en effet craintifs quant aux conséquences de la RT2012 sur les obligations en matière énergétiques, et du prix des travaux afférents.

Cette hausse de 5% de l’année 2012 est à mettre en perspective vis-à-vis de la hausse des années 2000. Entre 2002 et 2012, la hausse de l’immobilier a ainsi été de 8.3% selon la FNAIM. Mais sur les 5 dernières années, cette progression est ramenée à 3.2%. Et sur les prochaines années, tout indique que ceci pourrait aller dans l'autre sens. « On va assister une érosion des prix » martèle Gilles Cecere. « Il y a un delta impressionnant par rapport aux prix d’il y a une dizaine d’année, avec des prix en nette hausse. Mais dans 10 ans ce ne sera pas la même !» prédit le président du Rhône de la FNAIM, qui pense que cette érosion pourrait durée: « On s’inscrit dans la durée(…). On ne reviendra pas sur des hausses de 5%, 7%, 10%. On a pris tout ce qu’il y avait à prendre pour les dix prochaines années. Pour moi, c’est mission impossible ! »






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

un moins 5M% en 4 mois!

ca fait tres tres mal!

les vendeurs pas pressés , têtus et cupides vont s’arracher les cheveux les uns apres les autres

Signaler un abus

Les prix Lyonnais sont faussés car ce sont les biens spécifiques que partent, mais la baisse est bien plus forte et s’amplifie. Dès cet été nous serons revenus aux prix 2009, surtout si la mairie met en vente ses nombreux logements vides dans les 6 et 8èmes arrondissements.

Signaler un abus

Effectivement le marché Lyonnais est au bord d’une sévère correction. A part quelques biens spécifiques achetés par des Parisiens, il n’est pas rare de voir des annonces pour le même bien (en changeant les textes et les photos) depuis plus d’un an. Les vendeurs souhaitant vraiment vendre doivent accepter les offres qui se présentent sous peine de perdre beaucoup plus.

Signaler un abus

« On a pris tout ce qu’il y avait à prendre pour les dix prochaines années »

dit-il, vive la cupidité

Signaler un abus

C’est une bonne nouvelle que cette baisse des prix, j’espère qu’elle sera assez forte car je souhaite acheter. Je pense qu’à Lyon aucun bien ne devrait dépasser 2500 euros du M2, comme il y a quelques années. Ça nous permettrait d’acheter et de consommer par ailleurs.

Signaler un abus

Ca il a fallut un changement de président pour s’en apercevoir, alors qu’il aurait fallut s’en soucier nettement plus tôt au lieu de déverser des subventions à tout va.

Signaler un abus

Je trouve que le fait de se réjouir des prix élevés des logements est tout à fait indécent quand on voit tous ces jeunes qui ne peuvent pas se loger. Il est grand temps que les prix deviennent acceptables pour tous.

Signaler un abus

À Lyon quand 1 appart est au prix du marché il part et en règle général plutôt rapidement, le marché est sain les vendeurs gourmands ne vendent pas et c est tant mieux
Pour preuve sur Lyon et le grand Lyon dans le neuf il n y a pas de stocks les rares lots livrables en 2013 ont de gros défaut la majeur partie du stock est sur 2014 voir 2015
Les vaches regardent passer le train …

Signaler un abus

A Lyon, les vendeurs qui y arrivent sont ceux qui acceptent de baisser leurs prix tout de suite de manière significative, les autres voient leurs biens trainer depuis plus d’un an et dès lors deviennent invendables. Il faut se mettre en tête que les prix d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier et ceux de demain seront encore plus bas. Comme le dit ce fameux adage, il vaut mieux perdre la main que le bras.

Signaler un abus

Wait and see !!
Le retournement de situation est enclenché !!!

Signaler un abus

Oh les acheteurs frustés qui attendent depuis qu ils sont en âge d acheter la BAISSE , qui depuis auraient pu avoir un parcours résidentiel classique petit appart puis plus grand puis maison … Mais non ces personnes attendent la Grande Baisse comme cela ils pourront acheter leur villa à St. Didier au mont d or , arrêtez de rêver, même en cas de baisse vous n en profiterez pas, car vous êtes paralysé par le passage à l acte ….

Quand on est pauvre d esprit on le reste …

Signaler un abus

Oh le vendeur frustré qui n’arrive pas à écouler son bien !

Signaler un abus

Et qui recherche l’argent facile des plus-values sans travailler, sur lesquelles des gens s’endettent pendant des décennies de remboursement ( on a acheté des taux bas sur 30 ans pas un bien hein), qu’il ne faudrait surtout pas taxer par dessus le marché : vive le monde merveilleux de l’ump qui nous a mis droit dans le mur.

Signaler un abus

Ce qui nous a mis au mur ce sont toutes les aides versées effectivement durant ces dernières années et qui ont contribué à l’augmentation du prix des logements.
Le prix des logements s’est complètement décorrélés du coût de la vie.
Pour payer un loyer ou des mensualités élevées (sachant que les charges augmentent sans cesse en plus), il faut se priver sur le reste .
Résultat dans mon cas j’ai pas de voiture ; souvent l’envie d’avoir une voiture me titille énormément mais je sais que seule je n’y arriverai pas en cumulant le tout ou je passe au régime « pates »… Voici la réalité. Je ne suis pas a plaindre car je gagne plus que le smic (d’ailleurs je me demande comment fait une personne seule au smic pour avoir un logement décent , du moins sur lyon c’est plus trop possible vu les tarifs exorbitants pour des biens pourris souvent. Et parlons pas de Paris)
Et oui génération légèrement sacrifiée par rapport à nos ainés

Signaler un abus

Et qui était au pouvoir ces dernières années?
Qui se présente en sauveur de la France aujourd’hui pour les élections de 2017?

Signaler un abus

@ sigrfried
Mon appartement n est pas à vendre, mais le jour ou je souhaiterai le vendre je sais qu il partira au prix auquel je le mettrai car je ne suis pas gourmand ( quand on est au prix les biens partent)
Par contre je cherche à m agrandir mais je suis confronté à un vrai problème, la rareté de l offre, je parle des offres à prix cohérent ( pas les prix d il y a 10 ans ni même 2/3 ans) les prix de maintenant …

Signaler un abus

Et oui c’est là que les gens commencent à comprendre : quand on veut racheter plus grand on est marron, parce que les autres biens aussi sont plus chers: ça fait du bien à ceux qui n’ont rien vu d’autre que la valeur de leur bien qui montait dans le temps.
En même temps demander au français moyen de voir plus loin que le bout de sa barbe c’est pas gagné.

Signaler un abus

Les prix ne vont pas baisser.
Ceux qui ont acheté cher ne voudront pas perdre, ceux qui voudraient vendre pour d’autres projets ne vont pas le faire en raison des impôts et où mettre son fric, je vous le demande …. Bref peu de transactions dans les années à venir et stabilité des prix.
Rappelons nous que l’humain crée plus de biens agricoles qu’il n’en a besoin et pourtant des millions de gens ne mangent pas a leur faim…

Signaler un abus

Hahaha, les prix ne pourront pas baisser… Voilà bien un commentaire de quelqu’un qui vient d’acheter ! Renseignez vous un peu sur le marché actuel, la bulle, la crise, le chômage augmentant, les banques qui ne prêtent plus, la fin de la baisse des taux, le retournement prochain de la pyramide des ages et du ratio vendeurs/acheteurs offre/demande… Ouvrez les yeux et acceptez la réalité. Plus personne n’est solvable à ces prix là et les banques ne prêtent plus. Les vendeurs forcés vont être obligés de baisser leur prix s’ils veulent vendre à tout prix…
C’est d’ailleurs une très bonne nouvelle pour l’économie. L’argent immobilisé dans la pierre va pouvoir redevenir actif ! Pas une solution à la crise mais une belle ouverture pour investir dans d’autres secteurs… l’emploi et les entreprises par exemple !

Signaler un abus

Sauf que je vois toujours pas pourquoi on ne taxerait pas l’argent qui tombe qui ciel sans travailler, qui se fait sur le dos d’une autre population alors qu’on le fait avec les revenus, il faut nous expliquer là, on attend l’explication : pour qui, pourquoi ça devrait échapper à l’impôt?

Signaler un abus

« Ceux qui ont acheté cher ne voudront pas perdre »

Ce que vous n’avez pas compris c’est que c’est la loi du marché qui s’applique, donc ces gens là ne pourront pas obtenir ce qu’ils veulent: ils n’ont qu’à louer.

Signaler un abus

La fnaim dit ça pour faire plaisir, les prix baissent pas mais comme il n’y à plus de volumes, ils sont en train de crever et maintenant jouent la baisse des prix, ils nous refont la même dans l’autre sens. Allez dire à quelqu’un que son appartement vaut 300000€ en 2007 à l’achat et qu’en 2013 il faut baisser son prix de vente….
N’importe quoi, ils prennent vraiment les gens pour des dindons.
Orpi à fait la même chose, ils nous disaient que les prix baissaient pas …et puis six mois plus tard, une fois qu’on a épuisé tous les bas de laine des pigeons et racler les fonds de tiroirs de la grand mère, … Ils nous disent que les prix sont trop haut. Envie de vomir.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


«On est en train de faire une région parisienne bis. Ce n’est pas notre modèle»


Renaud Payre, est le candidat de la Gauche Unie à la présidence de la Métropole de Lyon. Nous évoquons avec lui son programme, qui intègre des métros légers de surface, l’abandon de l’Anneau des sciences, de nouvelles relations avec les territoires environnants, mais aussi une coopérative pour la rénovation énergétique et l’encadrement des loyers.


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.