Réforme des autoentrepreneurs : la FEDAE dénonce « un bricolage »

Le président de la FEDAE, Grégoire Leclercq, a dénoncé des mesures en désaccord complet avec les préconisations de l’IGF et de l’IGAS.

Les fédérations du bâtiment ont-elles enfin eu la peau de l’autoentreprise ? La réforme du régime, envisagée par la ministre de l’artisanat Sylvia Pinel, semble en effet calibrée pour répondre en partie aux revendications des fédérations du bâtiment, qui s’élèvent contre ce régime depuis sa création.

La ministre de l’artisanat, souhaite en effet limiter dans le temps le régime, qui permet une simplification déclarative. Pour Grégoire Leclercq, Président de la Fédération des Auto-Entrepreneurs, cette mesure va ainsi à l’encontre des préconisations de l’IGF et de l’IGAS.

Celui-ci pense ainsi que le projet signe « la mort du régime » du fait des deux mesures phare de la réforme, que la FEDAE juge « dangereuses pour la liberté d’entreprendre et l’emploi », à savoir un régime non limité pour des activités complémentaires et surtout la limitation dans le temps pour les activités à plein temps. Aucun délai n’est toutefois avancé, histoire sans doute de se laisser un point dans les négociations avec les fédérations d’autoentrepreneurs.

"Un retour en arrière"

Sur ce dernier point « c’est un retour en arrière » note la FEDAE. « C’est aussi une erreur politique majeure puisque le régime a boosté la création d’entreprises. (80 % des entreprises créées en 2012 ont été lancées sous le régime). Il est à craindre un retour à l’économie illicite et des pertes de ressources pour l’Etat » indique-t-elle.

Surtout, le président de la FEDAE s’insurge contre une réforme concoctée dans le dos des autoentrepreneurs : « la réforme avance sans calendrier cohérent, dans un simulacre de concertation » note la FEDAE. « Comment peut-on inviter les représentants des auto-entrepreneurs à se mettre autour de la table alors que tout est ficelé » s’étonne Grégoire Leclercq, qui indique qu’en outre que rien n’a filtré sur la CFE, et qu’aucun fléchage des crédits à la formation à destination des auto-entrepreneurs n’a été préconisé bien que la Fédération milite pour une professionnalisation de ses ressortissants.

La FFB a, elle, salué la prise de conscience du gouvernement, tout en critiquant le fait que le secteur bâtiment n’ait pas été exclu du statut. « Le gouvernement a pris des mesures pour limiter le statut de l’auto-entrepreneur. Mais depuis 2009, la FFB demande avec insistance l’exclusion du Bâtiment du statut afin de permettre au secteur de jouer pleinement son rôle dans l’économie du pays. Nous regrettons de ne pas avoir été entendu, une nouvelle fois !». Toutefois, la limitation dans le temps du statut proposée par le gouvernement va, pour elle, « dans le sens d’une protection du secteur en cette période de ralentissement économique ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Le projet Foch Sully est vertueux»

Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui le programme Action Coeur de Ville développé sur Roanne, le projet Foch Sully, ainsi que le dispositif Denormandie.


La Métropole de Lyon va exonérer de CFE les entreprises fragilisées

null
La collectivité a annoncé procéder à une exonération de la cotisation foncière des entreprises (CFE) pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire.


Taxe d’habitation : le calendrier de la suppression maintenu

C’est ce qu’a indiqué vendredi le Premier ministre, Jean Castex, sur France 2. Cette mesure a été confirmée ce matin par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, sur RMC et BFM.


La FNAIM dévoile ses pistes pour un « plan de relance du logement »

La fédération de l’immobilier a listé ce mercredi ses 8 propositions visant à soutenir le secteur du logement.


La crise immobilière impactera les finances de la Métropole de Lyon

Le président de la collectivité, David Kimelfeld, a précisé hier l’impact à attendre de la crise du Coronavirus sur les finances de la collectivité, qui seront affectées par l’absence de ventes immobilières durant deux mois. La question de l’impact d’une PPI d’urgence a également été abordée.


A Lyon, seuls deux candidats ont répondu à la charte sur la fiscalité locale

L’UNPI, union nationale des propriétaires immobiliers, avait souhaité que les candidats s’engagent sur la fiscalité locale, afin que celle-ci ne flambe pas pour les six prochaines années.


Le « Denormandie dans l’ancien » élargi, simplifié


Ce dispositif d’investissement locatif vise à encourager la rénovation des logements dans certaines zones. Il est prolongé afin d’encore accélérer la rénovation dans l’ancien et la revitalisation des villes moyennes.


Dernier débat d’orientation budgétaire du mandat pour Gérard Collomb


Le maire de Lyon a présenté avec Richard Brumm, avant le conseil municipal de ce jeudi, les grandes lignes du débat d’orientation budgétaire 2020.


Forte hausse des taxes foncières sur 5 ans en France

L’UNPI a publié ce lundi son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties, pour la 13ème fois consécutive.


Réforme de la taxe d’habitation : les trop-perçus remboursés

Le ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé le remboursement du trop-perçu sur le compte bancaire de certains contribuables mensualisés.


Gérard Collomb s’engage à ne pas relever la fiscalité après les élections

Le maire de Lyon a annoncé lundi matin lors de la présentation du compte administratif de l’année 2018 que la Ville ne relèverait pas ses taux d’imposition lors du prochain mandat en 2020.


Dispositif Denormandie : les contours de l’incitation fiscale dévoilés

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a présenté aujourd’hui la nouvelle incitation fiscale destinée à rénover les logements dégradés.


Baisse des taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères

null
Cet abaissement a été voté lundi lors de la séance du Conseil de la Métropole de Lyon.


Taxe d’enlèvement des ordures ménagères : vers une baisse de la fiscalité

Le président de la Métropole du Grand Lyon, David Kimelfeld, va faire cette proposition fin janvier au prochain Conseil de l’institution.


La suppression totale de la taxe d’habitation reste en ligne de mire

Le ministre de l’Economie a réaffirmé vouloir aller au bout de la suppression de la taxe d’habitation, tout en indiquant que la question de son maintien pour les plus riches pourrait faire partie du futur grand débat.