Saint-Etienne : le marché immobilier se porte « relativement bien »

Guy Giraud est le président de la FNAIM du sud-Loire. A l’occasion du salon de l’immobilier, il évoque les prix de l’immobilier sur Saint Etienne en ce début d’année 2013.

Comment se porte le marché immobilier stéphanois en ce début d’année 2013 ?

Je ne vais être ni optimiste, ni pessimiste, mais vous donner la vérité pleine et entière. Le marché se porte relativement bien si on le compare à 2012. Nous ne sommes en détérioration par rapport à 2012, nous ne sommes pas, malheureusement, en amélioration, mais nous sommes sur une situation relativement stable par rapport à 2012. Pas très bien, mais pas très mal non plus.

A quel niveau de prix se situe-t-on sur le marché stéphanois ?

Nous sommes en moyenne à 1200-1250 euros sur Saint-Etienne. Cela veut dire que certains appartements sont vendus beaucoup moins chers, et d’autres beaucoup plus chers.

En termes de dynamique de prix, y-a-t-il eu des tendances assez marquées ?

En matière de prix, nous sommes en baisse depuis début 2011. Cette baisse était tout à fait prévisible. Elle a été confirmée par l’Observatoire des notaires. Cette baisse s’est confirmée. Elle est de 5.6% en 2012 sur Saint-Etienne et dans l’agglomération stéphanoise. Cette baisse se poursuivra pendant de très nombreuses années malheureusement. Ce n’est pas pour autant que le marché va s’effondrer, et que nous sommes dans une bulle qui va éclater. Le marché stéphanois est en effet un marché relativement raisonnable. En conséquence de quoi la baisse va perdurer sans pour autant qu’il y ait un effondrement du marché

Est-ce que la profession souffre en ce moment ?

Nous avons eu une baisse des volumes de 25% à 30%, qui n’est pas particulièrement stéphanoise. C’est ce que nous avons pu constater au niveau national. Cette baisse de 25% environ du volume des ventes a impacté un certain nombre d’entreprises, qui étaient déjà fragilisées. Nous avons connu un certain nombre de défaillances d’entreprises qui est relativement important. Nous pouvons les estimer à 10% de l’ensemble total de l’ensemble de la profession.

Comment entrevoyez-vous 2013 ?

Aujourd’hui, je la vois comme a été 2012. Ce sera un année difficile, sans pour autant être catastrophique. Elle ne sera pas pire que 2012, mais elle ne sera pas meilleure. Ceci étant, le législateur légifère à la vitesse de la lumière, beaucoup trop rapidement à mon gout. Nous allons avoir le rendu des réformes qu’a préparées Madame Duflot. Il peut se passer quelque chose qui pourrait éventuellement relancer le marché, comme il peut se décider des nouvelles règles qui pourraient impacter une nouvelle fois le marché immobilier. Les prévisions peuvent être différentes de ce qu’on prévoit aujourd’hui. J’aurais toutefois tendance à dire, quelles que soient les décisions qui risquent d’être prises dans les mois et les semaines qui viennent, que nous devrions toutefois commencer 2013, comme nous avons terminé 2012.

Sentez-vous des différences entre secteurs géographiques?

Bien sûr. Le marché de Saint-Etienne intra-muros est un marché qui est à la peine. Le marché de l’agglomération stéphanoise est un peu moins à la peine. Le marché de la première et deuxième couronne fonctionne bien mieux.

Cela se ressent au niveau des prix ?

On le constate très clairement : vous avez une baisse des prix de 5.6% sur Saint Etienne Agglomération, et les prix se tiennent, voire qui progressent un petit peu dans la première et deuxième couronne stéphanoise.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Et une coupe de la Ligue pour l’ASSE!!!!!! ça va bien dégouter les lyonnais!!! ey

Signaler un abus

si cest le cas tant mieux: du coup les subventions et niches fiscales pour l’immo ne servent plus a rien: supprimons les toutes !

Signaler un abus

que dit un supporter stéphanois à l’enterrement de sa belledoche?

« Allez les vers » !!

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : affaiblissement de la hausse des prix à Lyon

C’est ce que révèle le dernier baromètre mensuel LPI-Seloger.


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Nette hausse des prix de l’immobilier dans la Loire

Les prix ont très nettement progressé sur 12 mois dans le département, notamment à Roanne et Saint-Etienne, où certains quartiers enregistrent des hausses à deux chiffres.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Des difficultés pour mener à bien un projet immobilier

C’est ce qui ressort de la 8e vague de l’indicateur Drimki/BVA.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.