Vienne : les prix de l’immobilier sous pression en 2012

Les prix de l’immobilier à Vienne et sur le secteur de l’Isère rhodanienne ont évolué de manière contradictoire en 2012.

Les prix de l’immobilier ont globalement été sous pression en 2012 sur le secteur de Vienne. C’est ce qui ressort du dernier observatoire des notaires présenté le 15 avril dernier par la Chambre des Notaires de l’Isère à Vienne. En effet excepté pour les terrains à bâtir, dont les prix ont augmenté de 7.5%, les prix de vente des maisons ont perdu 5%, et ceux des appartements ont reculé de 1% en 2012.

Les appartements anciens à la peine

Le marché des appartements anciens à Vienne a encore montré une certaine dynamique en 2012. Ce dernier, qui représente 4% du marché isérois, a encore vu ses prix augmenter par rapport à 2011, avec une hausse de 3.3% à 1863 euros le mètre carré. Sur l’Isère rhodanienne, qui englobe une zone plus large autour de Vienne, la tendance est toutefois plus contrastée : si les prix au mètre carré sont encore en légère hausse, de 1756 euros, contre 1745 euros l’an dernier (+0.6%), les prix de vente globaux ont baissé de 1% à 121.200 euros.

Les ventes de 3 pièces y sont très répandues avec 35 % du marché, pour un budget moyen de 121 000 euros, tout les 2 et 4 pièces, qui représentent chacun un quart du marché, avec respectivement des prix moyens de 94 400 euros et 170 800 € (+6%).

« Après Grenoble, Vienne domine le marché des 2 pièces sur l’Isère » relève ainsi Edouard Malatray, notaire, qui fait en outre remarquer que, sur ce segment de marché, 19% des acquéreurs viennent du Rhône avec un budget moyen de 127 500 euros, en hausse de 4% par rapport à 2011.

Chute des prix des maisons

Mais la baisse est nettement plus notable sur le secteur des maisons, avec un prix moyen en nette baisse sur l’année dernière par rapport à 2011. Celui-ci a en effet reculé de 5% à 215.000 € et une baisse de 5% des prix. Soit un prix moyen « plus élevé que dans le Nord Isère » note Edouard Malatray, qui fait également remarquer que les acquéreurs du Rhône sont là aussi très présents. Ils représentent ainsi 35 % des acquisitions et disposent d’un budget de 229 600 euros, qui s’avère toutefois être en repli de 7% par rapport à 2011.

Terrains : pas d’accalmie

A l’inverse des maisons et appartements, le troisième type de bien immobilier analysé par les notaires, les terrains à bâtir, se porte relativement bien, restant en 3ème position en volume de vente derrière le Nord Isère et Grenoble.

Le prix moyen y est de 102.000 euros pour 880 m2 en moyenne. « Les moyennes sont très disparates selon les communes », tempère Edouard Malatray, avec des prix allant de 358 m2 sur Serpaize à 1350 m2 sur Vienne sud. 27% des acheteurs viennent du Rhône, et disposent pour ce faire d’un budget de 108 500 euros.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


« Nous avons un objectif volontariste »


Renaud Payre est le vice-président de la Métropole en charge de l’habitat, du logement social et de la politique de la ville. Nous évoquons avec lui les nouvelles orientations de la Métropole en matière de logement, notamment social, et les premières mesures qu’elle souhaite prendre, comme l’encadrement des loyers.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.