Le pouvoir d’achat immobilier stagne à Lyon depuis janvier

Le pouvoir d’achat immobilier reste stable depuis le début de l’année à Lyon. C’est le constat dressé aujourd’hui par le courtier en crédit immobilier Empruntis et le courtier en agents immobiliers Meilleursagents.com.

Les deux intermédiaires ont en effet fait état d’une situation contrastée sur le marché immobilier, notamment sur le front du financement. Les intermédiaires constatent notamment sur ce marché une stabilité de la durée moyenne du prêt en années, une absence de retour des durées longues dans l’offre bancaire, une diminution de la part des primo-accédants, et une hausse de la représentation des secundo- accédants qui empruntent sur des durées plus courtes.

Et si la dynamique de l’activité de crédit demeure sur les six premiers mois, elle est principalement le fait des rachats de prêts, qui ont représenté 40% de la production en moyenne sur 6 mois. La baisse des taux observée depuis janvier 2012 n’a quant à elle pas eu d’impact positif sur le marché : « Entre janvier 2012 et juin 2013, 21% d’acquéreurs potentiels ont été resolvabilisés, mais dans les faits ne sont pas revenus sur le marché » notent les deux groupes. « La hausse des taux de ces derniers mois (+0,15%) a désolvabilisé « seulement» 2% des acquéreurs ! »observent-ils.

Mais cette situation observée par ces deux acteurs n’a pas, pour autant, d’incidence homogène sur les prix, qui ont évolué de manière contrastée suivant les métropoles. Si à Nice, Paris ou Marseille, les ménages ont gagné respectivement 1.2, 1.5 et 3.6 m² de pouvoir d’achat immobilier, il n’en a pas été de même à Strasbourg ( -1.9 m2) Rennes (-0.5 m2) ou Toulouse (-0.4m2). A Lyon, il reste en baisse très légère (-0.4 m2), à 60 m2 depuis janvier 2013, mais en hausse de 9.4% depuis janvier 2012.

Pour Empruntis et Meilleursagents, le marché devrait rester difficile en 2014, avec de faibles volumes et une érosion des prix. Pour redémarrer, le marché aurait selon eux besoin d’une baisse des prix plus franche, de lisibilité et de justice fiscale, et d’une inversion de la courbe du chômage.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Quelle justice fiscale?

Signaler un abus

Une belle taxe sur les PV des Résidences principales, là on aurait de la justice fiscale !

Signaler un abus

Et ils pourraient plus se plaindre de payer des impôts sur la plus-value : plus de plus-value!
Et on ne les entendrait plus râler en prime!

Signaler un abus

Ok pour les faibles volumes mais pour l’érosion des prix, je nuancerais pour le marché de Lyon. Quant au terme de justice fiscale, c’est un terme beaucoup trop vaste pour le définir comme une réel levier de reprise du marché. La PV sur les résidences principales est une piste qui avait été abordé précédemment par les pouvoirs publics mais je pense que y toucher serait la goutte d’eau qui ferait déborder le vase.

Signaler un abus

Oui on sait tous que Lyon seul va augmenter, le reste de la France, non, tout le monde y croit.

Le vase de quoi? le vase de ceux qui se plaignent de devoir payer des impôts sur des plus-values qu’ils ont réalisées sans rien branler?

Signaler un abus

En cette fin de septembre, il y a eu une légère croissance en France, une première depuis fort longtemps. De la même manière qu’il y a eu une baisse du chômage également. Cela laisse présager une année 2014 sous de meilleures auspices 🙂
Si le rythme continue, il est possible que le marché de l’immobilier reparte lui aussi également de l’avant.
http://www.aktifimmo.com

Signaler un abus

@lesclésdumidi, ah oui la fameuse baisse du chômage partiellement due à un bug SFR.

http://www.liberation.fr/economie/2013/09/30/la-baisse-du-nombre-de-chomeurs-en-aout-due-a-un-bug-chez-sfr_935839

c’est sur c’est un signe de reprise flagrant…..

et pour les PV heureusement une fois la baisse enclenchée pour de bon, les impôts baisseront sur les PV puisqu’il y en aura moins voir plus du tout.

On plaindra juste ceux qui ont eu la mauvaise idée d’acheter en haut de cycle (entre 2009 et maintenant). mais qu’ils se rassurent, ils ne seront pas imposés sur leurs moins-values.

Signaler un abus

Ils ont été manipulés par ce qui se disait au café : avec l’immo tu es gagnant à tous les coups, tu prends automatiquement 10/100 par an, t’es un looser si tu rentres pas dans le jeu, etc, etc

A part ça l’achat massif d’immobilier n’était pas spéculatif…

Signaler un abus

cest le royaume des losers ici

ahahhahaha… les gars vous avez pas honte d’etre locataire à 50 ans ? vous nen avez pas marre d’engraisser votre vieux c.. de bailleur?? quand allez vous avoir un peu de courage , si ce nest de co..lles, et acheter votre maison/ appart? Quand allez vous montrer a votre épouse que vous etes un homme, et non pas une femmelette?

Signaler un abus

Bonjour
L’immobilier pour rappel est un élément spéculatif boursier. le même qui met sur le carreau des milliers de gens, non plus ailleurs à l’autre bout du monde mais chez les plus riches en occident qui étouffent leurs propres enfants en les mettant à la rue ou alors trés chèrement dans des chambres de bonnes ou désormais dans les caves des grandes villes…
Faire la distinction entre objet et marché dans un système des choses ou l’homme reste secondaire…
Un toit est un besoin humain universel, mais l’homme ne l’est pas encore éventuellement, l’esprit de propriété est plus fort que celui du bien être collectif. Beaucoup se paignent de leur pouvoir d’achat mais chacun par son comportement face à l’immobilier ne vadrait pas beaucoup mieux que nos plus « grand » traders qui pillent le monde eux aussi…

Terrible d’être les meilleurs en occident et de ne plus répondre au besoin des siens…

Salutations et réflexions.

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.