Immobilier : baisse des prix, volumes bas en 2014

La FNAIM a dressé mardi le bilan de 2014 au niveau national. Près de 720.000 transactions ont été actées en 2014, soit un peu mieux qu’en 2013 (718.000). Les prix poursuivent leur baisse même si celle-ci ralentit par rapport à 2013.

Les prix de l’immobilier ont encore reculé en 2014. Selon la FNAIM, qui faisait ce matin le point sur le marché immobilier de l’année écoulée en France, les prix des logements du parc existant ont baissé de 1,7%, à 2.456 € le m2. La baisse des prix est donc toujours un fait, même si le rythme de celle-ci est ralenti en comparaison avec celle de 2013 (-2,9%). Tous les types de biens sont touchés : tout juste peut-on noter que la baisse est un peu plus prononcée pour les appartements (-2,0 %) que pour les maisons (-1,5 %).

D’un point de vue géographique, les variations de prix sont marquées suivant les villes. Les différences de dynamiques sont notables: Bordeaux a ainsi vu ses prix progresser de 4,5% entre 2014 et 2013, et Strasbourg, Nîmes, Nice ont connu pour leur part des hausses comprises entre 2,5% et +0,5%, Caen (+0,4%) et Nantes (+0,1%) affichant aussi des hausses. Sur Clermont-Ferrand, les prix augmentent de 0.5%, à 1907 euros le m2. Mais d’autres villes connaissent des baisses, parfois supérieures à 3% : Dijon, Nancy et même Paris (-3.6%), expliquant ainsi la baisse globale des prix au niveau national. Pour Lyon, la baisse se limite à -1.7% à 3303 euros le m².

Volumes bas

Cette baisse, ainsi que le repli des taux, n’a toutefois pas eu d’effet sur les volumes. Pourtant, en termes de surface achetable, l’acheteur est le gain est réel pour l’acheteur : de 5,7 m2 depuis 2011 en moyenne en France (6 à Lyon). A 720.000 ventes sur un an à fin septembre, le chiffre reste bas : il est de 10% inférieur à celui de 2011. En Rhône-Alpes, les transactions n’ont quasiment pas bougé, à 72187 ventes (+0.1%) par rapport à 2011.

La FNAIM a également fait un point sur le prix des biens neufs. Selon la fédération, le prix de vente des appartements en VEFA a reculé de 0,9 % au 3e trimestre 2014 par rapport au 3e trimestre 2013 avec un prix moyen de 3 886 euros/m2. « Les maisons de promoteur, au contraire, sont en hausse de +4,6 % sur la même période, le prix moyen atteignant 259 688 euros » note la FNAIM. 84 220 ventes sur un an ont été comptabilisées au 3e trimestre 2014, soit une baisse de 20 % par rapport à ce que ce chiffre était en 2011.

La fédération a également fait était d’un nouveau retrait des investisseurs, qui ont été moins de 65 000 dans le parc existant (contre près de 72 000 en 2013) et moins de 30 000 dans le neuf. Soit des ventes à investisseurs « deux fois supérieur dans le parc existant que dans le logement neuf ». Des chiffres qui vont dans le sens d’un soutien de l’investissement locatif dans l’ancien, notamment via le dispositif « bail solidaire » proposé par la FNAIM et dont Manuel Valls s’est montré intéressé.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon : les prix de l’immobilier continuent de flamber

Sur un an, les hausses de prix sont supérieures à 10% dans 8 arrondissements sur 9, selon le dernier baromètre LPI-Seloger.


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.