Quantitative easing de la BCE : quel impact pour le crédit immobilier ?

Plusieurs courtiers ont réagi, suite à l’annonce de rachats d’actifs par la BCE pour 60 millions d’euros mensuels.

La Banque Centrale Européenne a fait des annonces conformes à ce que les analystes anticipaient de longue date, à savoir la mise en place d’un quantitative easing en zone euro. En clair, la Banque Centrale va racheter des actifs financiers privés, comme des obligations sécurisées d’institutions financières, ou publics, comme des obligations souveraines.

Le montant annoncé cet après-midi est supérieur aux attentes du marché. Le montant de ces achats sera en effet de 60 milliards d’euros mensuels, au moins jusqu’en septembre 2016. Ce qui au final va conduire à injecter 1 000 milliards d’euros au total dans l’économie, soit bien plus que les 500 à 800 milliards d’euros anticipés par les marchés.

L’annonce a été saluée par les bourses mondiales : Paris, Francfort, et même Wall Street. L’objectif pour la BCE : faire remonter le niveau des prix, pour revenir à moyen terme sur une inflation à 2% en rythme annuel. Un niveau aujourd’hui bien loin des dernières statistiques d’inflation.

Cela va-t-il avoir un effet sur les taux de crédit immobilier ? Certains courtiers ont amorcé une esquisse de réponse. « Les mesures sont clairement destinées à pousser les banques à prêter plus à la fois aux ménages mais également et surtout aux entreprises de la zone euro afin de soutenir l’économie de cette zone en souffrance » explique Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. « Cette fois, on ne pourra pas dire que tout n’a pas été fait… Les mesures exceptionnelles sont au niveau des enjeux» ajoute-t-elle.

Plus loin que le consensus

« La Banque Centrale a confirmé les attentes des nombreux analystes qui pariaient sur une telle action de la part de l’institution. Il a même été plus loin que le consensus, en indiquant que le programme de rachat d'actifs serait de 60 milliards d'euros jusqu'à fin septembre 2016, alors que la plupart des analystes tablaient sur un montant mensuel de 50 milliards » note pour sa part Emprunt Direct dans une note

« Il faut dire que la Banque Centrale Européenne était au pied du mur. Les prix en zone euro ont baissé de 0,2 % sur un mois en décembre. Une première depuis octobre 2009. Un chiffre qui oblige la BCE à agir pour respecter la stabilité des prix, objectif au centre de son mandat, qui doit se traduire dans les faits par une hausse des prix limitée (la banque centrale vise une hausse des prix de 2%). Cette décision, largement anticipée par le marché, n’aurait pas eu de conséquences importantes si les montants annoncés par la BCE -1000 milliards d’euros d’ici à la fin 2016- n’avaient pas été significativement plus importants que ce que la plupart des analystes anticipaient. Mais un rachat plus prononcé qu’attendu d’actifs a eu de fait un impact baissier sur les marchés de taux. Sur le front du crédit immobilier, cette nouvelle action de la BCE n’est donc pas de nature à remettre en cause la tendance baissière des taux pratiqués depuis de nombreux mois par les établissements bancaires » précise l’intermédiaire.

Problème de demande de crédit

Jérome Robin, président de Vousfinancer.com, parie aussi sur une poursuite de la baisse des taux. « Ces mesures non conventionnelles ont pour objectif d’injecter de l’argent dans l’économie des pays concernés par les achats de dettes et d’inciter notamment les banques à prêter. Il y aura donc un effet sur l’offre de crédit et indirectement, via la baisse des taux d’emprunt d’Etats engendrée, sur les taux des crédits. Mais en France, les banques prêtent déjà des volumes importants à des taux très bas. Les conditions d’emprunts exceptionnelles vont donc perdurer avec encore un léger potentiel de baisse de taux ».

Le problème se situe, selon lui, plutôt du côté de la demande de crédit. « En réalité, il y a davantage un manque de demande que d’offre… Seul un retour de la croissance et de l’emploi pourra redonner du dynamisme et de la confiance au marché immobilier et pour cela la BCE ne peut agir seule ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Cette politique de la BCE va créer de l’inflation.
Les banques vont-elles prêter à des taux très faibles avec une inflation probable à venir ?

Signaler un abus
Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.


Crédit immobilier : la hausse des taux se poursuit dans la région

Les taux continuent d’être réajustés à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes, selon le courtier en crédit immobilier Emprunt Direct.