Des perspectives plus incertaines pour le marché immobilier en 2016

Selon Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole, après une bonne année 2015, le marché devrait rester bien orienté en 2016, avec toutefois un risque de correction et des prix en légère baisse.

Les perspectives du marché immobilier sont en 2016 « plus incertaines » qu’en 2015. Tel est le sentiment d’Olivier Eluère, économiste à la direction des études économique du Crédit Agricole pour les mois à venir. Ce dernier rappelle que les ventes ont, l’an dernier, connu un net rebond, dans l’ancien comme dans le neuf, avec une très faible baisse des prix et des signes de raffermissement en fin d’année.

Le rebond est selon l’économiste le fruite de deux facteurs, à savoir des taux de crédit en baisse et un plan de relance dans le neuf, via le dispositif Pinel et la réforme du PTZ. Pour 2016, des facteurs négatifs sont plus que jamais présents, comme une croissance économique assez faible, un taux de chômage stable à un niveau élevé, et des prix de vente encore très élevés, « même s’ils ne sont plus clairement surévalués » note l’économiste.

Prix attendus en baisse

Selon lui, la variable taux jouera en 2016 moins favorablement, ceux-ci étant amenés à remonter peu à peu, une remontée attendue lente et modérée. « Rappelons par ailleurs que les fondamentaux favorables du marché (démographie, retraite, valeur refuge, faible niveau des CDL…) continueront à jouer et que le PTZ est à nouveau renforcé en 2016 » note Olivier Eluère dans sa note.

Côté prix, le marché devrait rester bien orienté, avec toutefois des différences entre le neuf et l’ancien. Les volumes dans l’ancien devraient corriger légèrement, de 5%, et l’économiste prévoit ainsi des prix en baisse de 1 à 2 %. Il prévoit à l’inverse des ventes plus fortes dans le neuf, « d’environ 10 % ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.