Immobilier : hausse des prix et des volumes aussi observée chez Guy Hoquet

La hausse des volumes observée par tous les réseaux d’agences est également observée par le réseau Guy Hoquet l’Immobilier.

Guy Hoquet l’Immobilier a communiqué mardi son bilan de l’année 2016, qui a allié taux bas et baisse des prix. Le volume de transactions et les prix sont à la hausse a indiqué le réseau. Les prix sont en hausse de 3.1% en France, à 2474€ le m². La hausse est de 2.6% sur 3 mois. On notera toutefois qu’en régions, la hausse est plus mesurée, avec une progression de 0.3% (1.682€ le m²)

Pour Fabrice Abraham, directeur général du réseau Guy Hoquet l’Immobilier, « avec ces conditions exceptionnelles de taux et de prix baissiers depuis 2011, les Français ont vu leur pouvoir d’achat se transformer en ‘vouloir d’achat’ ». « Et pour cause : le cumul de ces deux baisses leur a permis, au global, de voir le prix de leur achat immobilier baisser de 20 à 25% », indique le directeur du réseau dans un communiqué.

Les acquéreurs parisiens qui ont pu bénéficier des conditions porteuses, selon lui :« un acheteur parisien, qui débourse en moyenne près de 400 000 euros pour son logement, soit le double du prix national, se voit d’autant plus touché par les conditions d’emprunt exceptionnelles. Il est plus souvent passé à l’acte que les autres acheteurs du territoire, faisant galoper le volume des ventes, mais aussi les prix ».

Hausse du prix moyen d’achat

Le réseau note un retour des investisseurs, avec 18% des acquéreurs en cette fin d’année 2016. « Depuis le pic haussier des prix en 2011, les acquéreurs ont été re-solvabilisés. En 2016, ils ont constaté qu’ils ne pouvaient attendre de meilleures conditions et ont donc décidé d’acter. Ce qui a créé l’étincelle à la bougie permettant au moteur de l’immobilier de redémarrer », observe Fabrice Abraham.

Le réseau observe également une réduction des délais de vente, lesquels passent de 94 à 88 jours, et une hausse de 1.3% du prix moyen d’achat au niveau national, à 202.698€, avec une progression plus affirmée encore à Paris (+7.8% à 396.904€). Quant à la surface moyenne acquise, elle est de 83.5m², en hausse de 2m².

Le réseau voit une année 2016 comprise entre 840 et 850 000 transactions, faisant de l’année écoulée « un excellent cru ». Pour 2017, « si les taux n’augmentent pas de manière à dé-solvabiliser les acquéreurs, on peut penser que 2017 s’inscrira dans la tendance de 2016, même si la période pré-électorale porte en elle le risque de créer quelques turbulences », prédit Fabrice Abraham.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.