Marché immobilier: les études notariales prudentes en ce début 2017

Immonot.com a fait part de son étude bimestrielle auprès des études notariales. Celles-ci ont fait état d’une bonne fin d’année 2016. Mais elles s’avèrent néanmoins prudentes pour l’année en cours.

Immonot.com a fait état, comme tous les deux mois, de son point sur le marché immobilier, issu d’une enquête nationale réalisée en décembre 2016 auprès d’études notariales réparties sur toute la France.

Le portail note que c’est la première fois depuis la crise de 2008 qu’il y a un tel consensus parmi le panel étudié par Immonot, « la moitié des négociateurs ayant constaté une nette amélioration de leur activité en cette fin d’année 2016 ». Pour le début 2017, leurs prévisions sont cependant un peu moins optimistes, ceux-ci ne croyant pas que l’engouement sur le marché immobilier puisse se maintenir durablement.

Sur le front des prix, la hausse de l’activité s’est aussi traduite par une meilleure orientation de ceux-ci, « mais sans véritable percée ». Les notaires n’étaient, en décembre, plus que 9 % à prévoir une baisse des prix, contre 20 % en octobre. Ils étaient 85 % à miser sur une stabilité, contre 70 % deux mois plus tôt. Seules quelques grandes villes, comme Bordeaux, Paris, Lyon et Nantes, voient des hausses très sensibles de taux. Le portail cite une négociatrice basée à Bordeaux, où l’environnement est très favorable avec une augmentation annuelle de 5 %. Celle-ci parle d’« un marché tendu avec peu d'offres de vente, plus d'acquéreurs que de vendeurs grâce à des taux bancaires particulièrement bas ». Au niveau des terrains, les appréciations des négociateurs sont proches de celles constatées sur les biens, avec des hausses ne dépassant pas 5 %.

Profiter des conditions actuelles

L’évolution favorable de plus long terme apparaît beaucoup plus incertaine. Les notaires conseillent de profiter rapidement des conditions de marché actuelles. 69% des notaires interrogés privilégient en effet la vente d’un bien existant avant le rachat d’un logement. Ils étaient 57 % il y a deux mois. Pour les terrains, les proportions passent de 44% à 53%. « Ce regain de prudence s’explique essentiellement par la perspective d’une augmentation des taux dans un avenir plus ou moins proche. Celle-ci aurait pour conséquence une faiblesse des prix à la vente et une augmentation des coûts d’achat ce qui ne favoriserait, en aucune façon, les transactions immobilières » explique le Professeur Bernard Thion pour Immonot.com.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.


Une hausse des prix de l’immobilier à deux chiffres à Lyon

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens montrent une nouvelle hausse des prix malgré le confinement.


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.