Grenoble : ventes de logements en hausse mais prix stables en 2016

La Chambre des notaires de l’Isère a fait état mardi de son observatoire de l’immobilier.

Les notaires de l’Isère ont présenté en cours de semaine leur observatoire de l’immobilier, qui fête cette année ses 20 ans. Les notaires isérois ont ainsi rappelé qu’en 1996, un appartement existant de 4 pièces se vendait au prix moyen de 64.000 Euros, et qu’une maison existante de 4 pièces se vendait 71.700 euros.

En 2016, les volumes ont été denses, après une année 2015 déjà marquée par une reprise de l’activité après un cycle de 5 ans en dents de scie. La hausse du volume des ventes dans l’ancien s’est avérée être de +7.5% « dans un marché qui paraît sain et sélectif », selon Jacques Espié, président de la Chambre des notaires de l’Isère. « On revoit nettement réapparaître les primo-accédants sur le marché, spécialement les jeunes, alors qu’entre 2009 et 2014 ils en étaient les plus absents » note-t-il.

Prix stables

La hausse s’explique notamment par la baisse des taux, continue depuis 4 ans, qui dope le marché et incite à l’investissement. Sur 10 ans, couplée à la baisse des prix, cette baisse des taux aura permis aux acquéreurs Grenoblois de gagner 23 m2 supplémentaires à échéance constante.

Côté prix, sur l’ensemble de l’Isère, dans les appartements existants, les prix sont en baisse insignifiante, de l’ordre de 0,2%. Sur la ville de Grenoble et son agglomération, les prix ralentissent pour la 6ème année consécutive, avec un prix médian en repli de 0,9 %.

Des dynamiques diverses par quartier

Par quartier à Grenoble, on notera que le quartier Berriat se stabilise enfin et affiche une variation positive (+1,6%). Certains quartiers stagnent, comme les grands boulevards ou les Alliés Alpins. L’Ile Verte voir ses prix baisser de manière sensible, de l’ordre de 6% après avoir bien résisté en 2015. L’hypercentre, qui avait diminué en 2015, repart en revanche à la hausse en 2016, avec une progression de 1,7%.

Dans l’agglomération, si l’effet ligne E du tramway avait permis une résistance des prix en 2015, les prix sont en baisse de 3 % pour Saint Egrève. On notera également les baisses de Sassenage ( -17 % en 2016 contre une hausse de +10% en 2015 ), ou de Gières ( - 9,4 % ).

Les notaires indiquant par ailleurs que les prix, sur 10 ans, se sont clairement assagis en Isère, et notamment sur Grenoble, où l’évolution des prix s’avère être de -10% depuis 2006. « Au final quasiment toutes les communes de l’Isère connaissent une baisse des prix dans les appartements anciens. Le tout sauf les zones de Montagne ou les prix progressent . On peut se féliciter de ces baisses de prix, en notant que le pouvoir d’achat immobilier des Isérois n’a jamais été meilleur. Même s’il est vrai que pour certains acquéreurs ayant acheté il y a dix ans, la revente fait apparaître de significatives moins – values » indique la Chambre.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Dans le 6ème arrondissement de Lyon, les prix dépassent les 7.000€ le m2

C’est le constat tiré par LPI Seloger, qui publiait ce mercredi son baromètre mensuel.


« Nous sommes dans un marché où la demande est très forte »


Philippe Madelrieux est le vice-président de la FNAIM de la Loire. Nous évoquons avec lui les grandes tendances observables depuis la fin du confinement sur le marché immobilier de Roanne et de Roannais agglomération.


Prix de l’immobilier: des hausses à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne


LPI-Seloger a fait état de son dernier baromètre mensuel, qui montre une activité toujours marquée par la fin du confinement.


Les prix de l’immobilier étaient toujours en forte hausse en France au 1er trimestre

Les indices Notaires-INSEE des prix des logements anciens ont été publiés ce lundi.


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Quel bilan pour les prix de l’immobilier sur un mandat ?

Sur les six dernières années, les prix ont évolué de manière assez différente suivant les différentes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.