L’UFC Que Choisir et l’ARC ont publié leur observatoire des syndics

Les deux organisations ont publié la semaine dernière leur observatoire des syndics, avec des résultats qu’elles jugent « déplorables ».

L’UFC-Que Choisir et l’ARC ont publié mercredi les résultats 2017 de leur observatoire des syndics. Les deux organisations jugent les résultats de celui-ci « déplorables », et plus particulièrement « sur les excès tarifaires et contractuels des cinq principaux syndics ».

L’ARC et l’UFC-Que Choisir ont scruté les différentes offres contractuelles et tarifs proposés en 2017 par les syndics de copropriété pour les comparer aux résultats de 2014. Et selon ces deux acteurs, la déception « est à la hauteur de l’attente : immense ». Ils citent notamment l’inflation exponentielle des forfaits « tout compris », les petits arrangements ou les contournements de la loi ou encore le maintien de clauses considérées comme abusives/illicites dans leurs contrats.

Ils s’insurgent notamment contre l’augmentation des prix, dans quelques syndics, qui ont profité du contrat type pour faire exploser les prix. Ils citent notamment une hausse de 37 % chez Loiselet Daigremont, de 33 % chez Citya, et de 26 % chez Nexity, soit une hausse bien supérieure à l’inflation (+0.9% entre mars 2014 et mars 2017).

Et lorsque les prix des forfaits sont relativement stables, comme chez Foncia et Immo de France, c’est, selon eux, « un trompe l’œil ». « En effet, soit le nombre et la nature des prestations ont baissé (réduction des heures ouvrables, limitation du nombre de visites et de la plage horaire de l’assemblée générale) comme chez Citya et Immo de France ; soit alors le prix des prestations hors forfait et des frais privatifs explosent : le taux horaire de certains syndics (Foncia) a ainsi fait un bond de + 129 % ! Le même phénomène touche le coût unitaire de certaines prestations : de + 80 % à + 100%», explique l’ARC et l’UFC.

Les deux organisations pointent des tarifs « particulièrement excessifs »

Les deux organisations indiquent que la réglementation n’a « pas mis fin aux petits arrangements avec la loi des syndics qui usent et abusent des vacations horaires dont le montant varie en fonction de l’heure d’intervention et de la qualité de l’intervenant choisi (assistante/directeur/gestionnaire) par le seul syndic ».

Selon elles, les copropriétaires peuvent voir le prix des prestations varier de près de 30%. « Lorsque les prix sont à l’acte, les dérapages persistent : les prix sont largement déconnectés des coûts réels ». Citant Citya et Nexity, l’immatriculation est facturée à l’acte entre 180 et 330 euros « alors que le coût raisonnable est compris entre 100 et 120 euros, soit jusqu’à 3 fois moins ». Même cherté observée pour les frais privatifs. Sur la constitution ou la mainlevée d’hypothèque, le prix d’un notaire est, selon l’UFC et l’ARC, trois fois moins élevé que chez certains syndics comme Foncia.

Plusieurs actions

Si les deux organisations notent tout de même « un assainissement », les contrats de syndics contiennent encore, selon elles, des clauses « abusives/illicites ». « Tous les contrats contiennent encore la possibilité de facturer le certificat prévu à l’article 20 II de la loi de 1965 alors que le Conseil d’État a censuré cette clause », soulignent l’ARC et l’UFC-Que Choisir.

Les deux organisations ont ainsi effectué plusieurs actions, et publié un « Vrai/Faux » actualisé afin de renforcer l’information des copropriétaires sur leurs droits. Elles ont également saisi la DGCCRF pour une intensification des contrôles et une sanction des pratiques illégales.

Elles souhaitent également que la nouvelle majorité précise très strictement le cadre réglementaire afin de couper définitivement court aux possibles arrangements avec la loi, Elle demandent ainsi d’adopter sans délai les décrets en attente ( ex : plafonnement état daté), d’encadrer les prix (forfait, prestations particulières, frais privatifs) et limiter la vacation horaire, et de prévoir des sanctions dissuasives.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«L’encadrement des loyers ne réglera pas le problème du manque de logements»


Patrick Lozano est le président de l’UNIS-Lyon-Rhône. Nous évoquons, avec celui qui a récemment été réélu pour trois ans à la tête de l’Union locale, la question de l’encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne.


Patrick Lozano réélu président de l’UNIS

Celui qui était déjà président de l’Union des syndicats de l’immobilier Lyon-Rhône a été renouvelé pour un mandat de 3 ans.


Accès au logement : une charte de lutte contre les discriminations

Cette charte a été signée par le gouvernement et les professionnels de l’immobilier.


Rénovation des copropriétés : les professionnels de l’immobilier s’engagent

Les professionnels de la FNAIM, de Plurience et de l’UNIS s’engagent sur la rénovation de 50.000 copropriétés sur trois ans.


La FNAIM met en place «Visio Syndic», une solution pour les AG à distance

La législation ne permettant toujours pas de tenir les assemblées générales de copropriétés dans des conditions normales, la FNAIM a tenu à proposer une solution pour les organiser à distance.


Les AG de copropriété pourront se faire de manière dématérialisée

Le ministère en charge de la Ville et du Logement a indiqué mercredi qu’à partir du 1er juin, les assemblées générales de copropriété pourraient avoir lieu de manière complètement dématérialisée.


« On s’est adapté à la situation du jour au lendemain »


Patrick Lozano est le président de l’UNIS Lyon Rhône. Nous évoquons avec lui la manière dont se sont adaptés les syndics et régies à la crise du Covid-19.


Covid-19: l’inquiétude des professionnels de l’immobilier et de la construction

Depuis ce lundi, les agences immobilières sont, comme tous les ERP, fermées, du fait du coronavirus. Les professionnels de la construction se préparent quant à eux au confinement, et à l’arrêt des chantiers.


«L’enjeu, c’est de végétaliser la ville»

null
A l’occasion d’une visite d’une copropriété ayant fait l’objet d’une rénovation Ecoreno’v à Villeurbanne, nous avons interrogé sur le candidat EELV à la présidence de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, sur ses intentions en matière de rénovation énergétique et de transports.
»
Déjà plus de 11.000 logements financés dans le cadre d’Ecoréno’v
» Villeurbanne : Béatrice Vessiller veut combattre la carence végétale


Réforme du droit de la copropriété : le projet d’ordonnance présenté en Conseil des ministres

La ministre de la Justice et le ministre chargé de la Ville et du Logement ont présenté mercredi une ordonnance portant réforme du droit de la copropriété des immeubles bâtis.


Nette hausse des charges de copropriété en France et à Lyon

MeilleureCopro a publié les résultats de son observatoire des charges en cours de semaine dernière. Celui-ci a fait état de charges de copropriété 68% plus élevées à Paris qu’en province, dans un contexte de hausse annuelle nationale de 3,1%.


Forte participation à la journée des conseils syndicaux

Près de 2.600 personnes auront participé mardi à cet évènement organisé par l’UNIS Lyon-Rhône. Gérard Collomb et David Kimelfeld étaient présents.


Journée des conseils syndicaux ce mardi à Lyon


L’UNIS organise ce mardi sa journée annuelle des conseils syndicaux. David Kimelfeld et Gérard Collomb seront présents séparément, en début et fin de matinée.


Les nouvelles mesures sur les syndics mécontentent la FNAIM et l’UNIS

null
Le Premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé mardi des mesures devant l’Autorité de la concurrence sur les syndics. Celles-ci n’ont pas manqué de faire réagir les fédérations nationales, mais aussi leurs représentants au niveau local, comme Patrick Lozano.


Une montée en puissance du dispositif Ecoreno’v

null
Le congrès du bâtiment durable a été l’occasion d’une visite d’une copropriété éco-rénovée via ce dispositif. Le nombre de dossiers d’éco-rénovation tend à nettement augmenter.
» Le 7ème congrès national du bâtiment durable s’est tenu à Lyon