La crainte d’un blocage du marché immobilier

Les derniers chiffres émanant de plusieurs réseaux d’agences confirment une tendance à la hausse des prix, notamment à Lyon.

En attendant la semaine prochaine le bilan semestriel de la FNAIM en matière d’activité et de prix, les premiers réseaux d’agences immobilières ont publié, ces derniers jours, leurs chiffres au titre des six premiers mois de l’année. Si l’on observe çà et là quelques divergences sur quelques points précis (comme les délais de vente), mais globalement, tous ont noté une forte hausse des volumes par rapport au premier semestre de l’année 2016.

Orpi et Century 21 ont ainsi fait état de volumes nettement orientés à la hausse, si bien que les prix ont tendance à se tendre dans certaines zones, et notamment à Lyon. Les acquéreurs bénéficient de dispositifs étatiques désormais bien identifiés par les acheteurs - comme le Pinel ou le prêt à taux zéro - mais aussi de taux toujours bas, même si une légère hausse de ces derniers a été constatée en début d'année.

Les banques, dans le même temps, jouent le jeu et font face à une forte demande. Les établissements de crédit ont distribué, sur les quatre premiers mois de l’année, près de 127.1 milliards d’euros, selon les chiffres publiés par la Banque de France en début de mois. Ceci facilite ainsi une reprise des transactions, par ailleurs dopée par la reprise de la croissance et par la bonne tenue du marché immobilier neuf. De facto, la forte hausse des ventes de logements neufs observée depuis quelques trimestres dans les ECLN (enquête sur la commercialisation de logements neufs) amène en effet, à plus ou moins court terme, à des transactions et à des locations dans l’ancien via la libération d’appartements ou de maisons.

La santé retrouvée du secteur ne doit néanmoins pas masquer certains signaux d’alerte. La mobilité résidentielle est bien plus faible qu’il y a quelques mois, selon Clameur et l’UNIS Lyon-Rhône. Le constat est le même chez de nombreux bailleurs : en l’absence d’offres à la location, la libération des appartements décélère, et revient à des niveaux plus faibles qu'auparavant. En clair : ne retrouvant pas sur le marché de bien équivalent au logement qu’ils occupent actuellement, les locataires qui pourraient être tentés par un déménagement restent en place. Ou se portent parfois à l’acquisition, alimentant ainsi, de facto, une tension en matière de prix. Il est donc nécessaire de prendre garde à cette pénurie d'offre qui menace, et qui pourrait, à terme, conduire à un blocage du marché... et à une inflation immobilière non désirée.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


«Des valeurs foncières moins élevées pourraient réguler les prix»

Michel le Faou est adjoint au maire de Lyon et vice-président de la Métropole délégué à l’urbanisme, au renouvellement urbain, à l’habitat et au cadre de vie. Lyon Pôle Immo évoque avec lui la tension observée sur les prix de l’immobilier au sein de la Métropole de Lyon.


Des prix plutôt en baisse pour les appartements de Rhône-Alpes

Les notaires de France ont fait état de leur dernière note de conjoncture immobilière dans l’ex-région.


Un infime tassement des ventes de logements

Les notaires de France ont présenté leur note de conjoncture au titre du 1er trimestre 2018, avec les volumes à fin février, et les évolutions de prix définitives en 2017 dans les grandes villes, dont Lyon.


Une capacité d’acquisition immobilière des ménages élevée

BNP Paribas Real Estate a publié pour la première fois son indicateur de capacité d’acquisition immobilière.


Immobilier haut de gamme : marché sous tension à Lyon

Barnes, l’un des acteurs majeurs du secteur opérant dans la ville, a indiqué prévoir pour 2018 une croissance soutenue du marché.


Petite baisse des prix de l’immobilier sur trois mois à Lyon

null
Le dernier baromètre LPI – Seloger publié en cours de semaine dernière montre toujours une hausse des prix sur un an, mais un affaiblissement des prix sur trois mois.


Lyon: les quartiers où les prix ont le plus monté en 2017

Certains arrondissements et quartiers ont connu, en 2017, des hausses à deux chiffres, selon les statistiques délivrées en début de semaine par la Chambre des notaires du Rhône.


Les prix de l’immobilier en forte hausse à Lyon, selon Seloger

Seloger a commenté les prix immobiliers lyonnais, qui sont en hausse de plus de 9% sur un an.


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.


Vers une accalmie du marché immobilier résidentiel

Xerfi a publié jeudi une note sur le marché de l’habitat. Il prévoit une baisse des ventes dans les deux prochaines années.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


Immobilier : dynamique plutôt positive dans les départements rhônalpins

Les notaires de France ont publié en cours de semaine dernière leur note trimestrielle de conjoncture au niveau régional.


L’indicateur de tension immobilière toujours élevé à Lyon

Le nombre d’acheteurs en recherche pour un bien en vente reste toujours élevé, selon le baromètre national de février de MeilleursAgents.com.


Lyon : +20% pour les prix de l’immobilier dans le 1er arrondissement

null
Selon LPI-Seloger, les prix augmentent sur un an, de plus de 20% dans quatre arrondissement de Lyon.


Lyon : un marché immobilier sous tension

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM dressait lundi un bilan de l’année immobilière, dans la Métropole de Lyon et le département du Rhône. L’activité a été forte sur l’année écoulée.