Stabilité des taux de crédit immobilier en septembre

Les principaux courtiers en crédit immobilier ont présenté leurs grilles de taux. La stabilité des taux reste de mise, dans un contexte de forte production en début d’année.

Les taux de crédit immobilier ont peu varié pendant l’été, et n’ont pas encore opéré de mouvements d’ampleur en cette rentrée. En août, « les taux se sont (…) redressés, augmentant de 3 points de base pour s'établir à un niveau de 10 points supérieurs à celui d'août 2016 », a constaté l’observatoire Crédit Logement, publié chaque mois. Et les principaux courtiers en crédit immobilier ont embrayé et communiqué, en ce début de mois, leurs baromètres respectifs, lesquels montrent peu d’évolutions par rapport aux conditions appliquées en août.

« Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est plutôt calme ! », note ainsi Empruntis. « Au global, les taux mini et moyens restent stables. En effet, seuls deux taux mini (ceux accordés aux meilleurs profils d'emprunteurs) sont en mouvement : le premier à la baisse (le taux mini sur 7 ans diminue de 5 centimes atteignant 0,55%) et le second à la hausse (le taux mini sur 30 ans augmente de 1 centime à 1,96%) », détaille l’intermédiaire.

Attentisme

Le calme était ainsi, en début de semaine, plutôt le mot d’ordre chez ce courtier, qui n’assistait pas, comme ses confrères, à un afflux de grilles réactualisées. « Nous ne pouvons pas dire que les nouvelles grilles bancaires se bousculent », notait Cécile Roquelaure, la directrice de la communication et des études.

« Les emprunteurs semblent attentistes en ce début de 2e semestre 2017 », souligne en outre Cafpi. « Les annonces du gouvernement, les prix immobiliers qui repartent à la hausse, les taux de crédits dont l'avenir reste incertain, les incitent à patienter et attendre les mesures concrètes avant de se lancer dans leurs projets immobiliers », souligne-t-il. « Ce ralentissement du marché inquiète les professionnels, car la reprise n'aura lieu que si l'ensemble des conditions est en place… Les annonces pouvant provenir aussi bien de la BCE que du gouvernement laissent planer le doute sur les mois à venir ».

L’attentisme affiché ce jeudi par la Banque centrale européenne à l’occasion de la réunion de son Conseil des gouverneurs pourrait, en attendant, bien inciter les établissements bancaires à encore patienter avant de concrétiser de nouveaux mouvements dans leurs barèmes. Celle-ci a en effet remis à octobre sa décision quant à l’action à venir sur sa politique d’assouplissement quantitatif.

Un premier semestre record

Les banques disposent toutefois des moyens de temporiser sur le segment du crédit à l’habitat, extrêmement actif. Celles-ci ont en effet connu un premier semestre exceptionnel, avec un début d’année marqué par une production record. Selon Emprunt Direct, « le volume déjà important de production de crédit depuis début 2017 a permis à la plupart des banques d’être en ligne, voire de dépasser leurs objectifs commerciaux. De janvier à juillet, la production de nouveaux crédits à l'habitat des particuliers a en effet atteint 194 milliards d’euros en France, dépassant ainsi, sur 7 mois, le montant annuel des crédits produits entre 2010 et 2014 ».

Vers une plus grande sélectivité ?

On observe le même discours chez Vousfinancer.com. « Après un premier trimestre record et un premier semestre globalement dynamique, beaucoup de banques ont actuellement atteint, voire même dépassé leurs objectifs de production de crédit », indique Sandrine Allonier, directrice des relations banques de l’intermédiaire.

Selon elle, les banques pourraient ainsi faire preuve, au cours de la deuxième partie de l’année, de plus de sélectivité : « les banques ont beaucoup prêté en début d’année, atteignant pour certaines leurs objectifs annuels en seulement 6 mois. Dans le contexte actuel où elles anticipent une hausse des coûts de refinancement, ainsi que davantage de contraintes pouvant peser sur leur rentabilité, le risque est que certaines décident de ne prêter qu’aux clients les plus rentables, ceux avec lesquels elles pourront mettre en place une relation de long terme ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Crédit immobilier : les taux ont baissé en août

Le taux des crédits à l’habitat s’est élevé à 1,24 % en moyenne en août contre 1.25% en juillet, selon CSA/Crédit Logement. Le taux moyen a reculé de 4 points depuis juin.


Des taux stables en août mais une baisse du taux d’accord de crédits


Les intermédiaires en crédit Cafpi et Emprunt Direct s’attendent tous deux à une baisse de la production de crédit. Le taux d’accord est, par ailleurs, en repli.


Une baisse des taux de crédit immobilier en juillet

CSA/Crédit Logement a publié ce mardi son dernier observatoire.


Un plus bas depuis 2 ans pour la production de crédit à l’habitat


La Banque de France a fait part ce lundi de sa traditionnelle étude mensuelle sur les crédits aux particuliers.


Nette reprise des flux de crédit à l’habitat en mai

La Banque de France a fait état ce lundi de son étude sur les crédits aux particuliers en mai.


Repli des taux de crédit immobilier en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct a fait part de son baromètre régional mensuel.


Crédit immobilier : les taux montent, la production chute

Crédit Logement / CSA a publié ce mercredi son observatoire pour le mois de mai. Si les taux sont ressortis en hausse en mai, ils repartent à la baisse en juin selon Emprunt Direct.


Immobilier : le mur du financement ?


Si la reprise des transactions tend à se concrétiser depuis le déconfinement, le financement des dossiers immobiliers s’avère de plus en plus compliqué depuis selon les intermédiaires en crédit.


Crédit à l’habitat: un impact des recommandations du HSCF au 1er trimestre

Si les taux restent stables sur un trimestre, les conditions d’accès au crédit évoluent.


Le marché du crédit immobilier bousculé par le Covid-19

Dans un contexte de chute des ventes, les intermédiaires en crédit immobilier ont fait part, pour ce mois d’avril, de barèmes clairement orientés à la hausse.


L’APIC plaide pour une marge plus forte entre le taux d’usure et celui proposé par les banques

Selon l’association des intermédiaires en crédit, la baisse du taux d’usure joue en défaveur des profils les plus fragiles.


Le marché du crédit immobilier à l’arrêt à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes

Emprunt Direct décrit un marché immobilier paralysé depuis le confinement, ce qui a un impact sur le marché du crédit à l’habitat.


Césure


EDITORIAL
– Avec le Coronavirus, le marché immobilier est, à l’image de toute l’économie, à l’arrêt. L’année 2020 marque une rupture, tant du point de vue politique que du point de vue du coût du risque. Ce dernier a été réintégré de manière abrupte sur les marchés de taux.


Les recommandations du HCSF impactent déjà le marché immobilier


La FNAIM a publié ce mercredi son baromètre de la perception du marché par ses agents immobiliers et sa dernière note de conjoncture du marché immobilier.


Crédit immobilier : la sélectivité s’accroit


Malgré des taux qui restent bas, l’impact des recommandations du HCSF a un impact sur le marché du crédit à l’habitat, comme en attestent les chiffres de CSA/Crédit Logement et de la Banque de France. Ceci alors même que le Covid-19 pourrait avoir des conséquences sur la conjoncture.