PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité

Le gouvernement veut prélever un impôt forfaitaire sur les intérêts des plans d’épargne logements ouverts à partir du 1er janvier prochain, et ce dès la première année.

La perspective d'une hausse de la taxation des revenus des plans épargne logement (PEL) ouverts à partir de janvier 2018 à 30% passe mal chez Familles de France. L’annonce, réalisée par Bruno Le Maire, a en effet été fustigée par l’association, qui s’oppose à une telle mesure.

« Le PEL permet à chacun de se constituer une épargne bloquée offrant la possibilité d'obtenir un prêt immobilier et produisant des intérêts dont le taux de rémunération a certes baissé en 2 ans, passant de 2,5 % à 1 % depuis le 1er août 2016, il bénéficie d'une exonération d'impôt sur le revenu jusqu'à la veille de son 12e anniversaire. Le PEL est donc un placement populaire autant apprécié des français que le livret A et il constitue une aide précieuse dans l'acquisition d'un logement », souligne Familles de France.

Le gouvernement veut prélever sur les intérêts des PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018 un impôt forfaitaire de 30% et ce dès la première année. Et pour les PEL ouverts avant cette date, l’exonération ne serait pas totale. Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% s'appliquerait sur les intérêts produits dès la douzième année.

La proposition ne va, selon elle, « ni faciliter ni encourager leurs démarches en vue d'accéder à la propriété, l'épargne en faveur du logement devenant moins rémunérée que le livret A ». Elle empêchera, selon l’association, « les familles les plus modestes de constituer une épargne leur permettant de devenir propriétaire ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La FNAIM salue l’absence de projet d’augmentation de la taxe foncière

La FNAIM, par le biais de son président, Jean-Marc Torrollion, a salué favorablement la décision de ne pas compenser la fin de la taxe d’habitation par une augmentation de la taxe foncière.


La taxe foncière ne sera pas calculée en fonction des revenus

Le Premier ministre a démenti mardi matin l’idée selon laquelle la taxe foncière pour être calculée en fonction des revenus des propriétaires.


Taxe d’habitation : vers des taux stables en 2018 dans la Métropole de Lyon

La Métropole de Lyon, qui votera lundi son budget pour l’année en cours, laissera inchangé son taux de taxe d’habitation.


Macron fixe le cap d’une suppression de la taxe d’habitation à horizon 2020

Emmanuel Macron a signé samedi 3 lois, dont la loi de finances 2018, qui entérine plusieurs dispositions majeures, comme la baisse de la taxe d’habitation. Il a évoqué une réforme aboutissant à une suppression de cette dernière à horizon 2020.


Lyon va perdre 78 millions d’euros de taxe d’habitation en 2020

Le Parisien/Aujourd’hui en France a publié lundi matin les chiffres des villes les plus pénalisées par la réforme de la taxe d’habitation.


La fin de la taxe d’habitation a été votée pour 80% des ménages

Le vote de cette mesure a eu samedi. Le vote solennel de la première partie de la loi de finances, la partie « recettes », aura lieu demain.


Pour l’UNPI, « l’avenir de la propriété est en danger »

L’Union a fait part ce jeudi de la 11ème édition de son observatoire des taxes foncières sur les propriétés bâties. Celles-ci ne cessent de progresser.


« Nous attendons plus de 7.000 congressistes »

null
Blandine Fischer est commissaire générale de la convention Patrimonia, qui rassemble pendant deux jours les professionnels du patrimoine à la Cité internationale.


Logement et immobilier : ce que prévoit la loi de finances

Le projet de loi de finances 2018 valide les annonces réalisées il y a quelques jours par le ministre du logement, Jacques Mézard, dans le cadre du plan logement. Lyon Pôle Immo a listé les principales mesures contenues dans ce « PLF 2018 ».


Un abattement fiscal pour le foncier en zones tendues

Le gouvernement veut mettre en place un abattement fiscal pour toute vente de la part d’une personne disposant d’un terrain à bâtir en zones tendues.


Jean-Paul Bret sceptique sur les mesures gouvernementales

null
Le maire de Villeurbanne a, mardi, affiché son opposition à plusieurs projets gouvernementaux, dont la taxe d’habitation, ou encore la baisse des loyers dans les logements sociaux. Il a également évoqué le lycée Pierre Brossolette.


Recentrage du PTZ : les organisations professionnelles donnent de la voix

null
Les premières mesures ayant filtré du plan logement qui sera annoncé la semaine prochaine suscitent des craintes de la part des lotisseurs et des promoteurs.
» PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité
»Baisse des APL : l’inquiétude monte chez les bailleurs sociaux


PEL : Familles de France fustige la hausse de la fiscalité

Le gouvernement veut prélever un impôt forfaitaire sur les intérêts des plans d’épargne logements ouverts à partir du 1er janvier prochain, et ce dès la première année.


Taxe d’habitation : Jean-Paul Bret attaque la proposition de Macron

null
Lors du conseil de la Métropole, le vice-président de l’institution a profité d’une délibération sur la taxe d’habitation pour marquer son opposition à la proposition du candidat d’ « En Marche » d’exonérer 80% des contribuables de cet impôt.


Taxe d’habitation : l’AMF répond à la proposition d’Emmanuel Macron

Le président de l’association des maires de France, François Baroin, et le premier vice-président André Laignet, ont mis en garde contre une proposition qu’ils jugent démagogique.