Immobilier à Lyon : les ventes et les prix en nette hausse

La FNAIM faisait lundi son point semestriel sur le marché immobilier en région lyonnaise. La tension sur les prix commence à se faire sentir.

La FNAIM organisait ce lundi son point semestriel. Et la tendance est au beau fixe sur le marché de la transaction. « Aujourd’hui, on bat des records » lance Alexandre Schmidt, le président de la chambre du Rhône de la FNAIM. « Sur 10 ans, on est revenu au taux le plus élevé de confiance des ménages », précise-t-il, l’indicateur revenant à des niveaux similaires à ceux enregistrés en 2007, avant la crise. Et «la confiance des ménages est très liée à l’évolution du nombre de transactions immobilières », souligne d’ailleurs Anne de Planchard, vice-présidente en charge de la transaction.

Le niveau des transactions bat en effet son plein, avec 24.600 ventes de logements enregistrées dans le Rhône et la Métropole de Lyon. « Ce sont des ventes qui reposent sur des facteurs réels : une attractivité économique très puissante, qui repose sur une économie très diversifiée (…), les mutations professionnelles qui ont bien repris depuis un an, mais aussi des déménagements de confort. Les banques font de nouveau des prêts relais », indique la responsable.

Nette augmentation des ventes sur 10 ans

Par ailleurs, des phénomènes sociologiques plus profonds ont un impact structurel sur le marché immobilier, comme l’augmentation des familles monoparentales, qui imposent l’augmentation du nombre de logements. Sur 10 ans, le nombre de ventes immobilières a significativement augmenté, de l’ordre de 18% par rapport à juin 2007. Mais malgré ce nombre important de ventes, le taux de rotation – qui mesure le nombre de ventes rapporté au nombre total de logements - reste faible, observe Alexandre Schmidt, de l’ordre de 2.9%. « Les gens sont bien dans leur logement », en conclut le responsable.

La tendance du prix médian est clairement haussière dans le Rhône administratif (département du Rhône + Métropole de Lyon), de l’ordre de 3.4% à 2.995€ le m², et de 1.7% pour les maisons à 300.000 euros. Sur Lyon, la hausse est encore plus affirmée, de l’ordre de 5.1% à 3.624€ le m². Les prix sont toujours les plus élevés dans le 6ème (+5.1% à 4309€ le m²), le 2ème (+7% à 4387€ le m²) et le 1er arrondissement (+5,5% à 3.977€ le m²). La hausse est également assez sensible dans le 9ème arrondissement (+5.5% à 2.859€ le m²), même si ce secteur reste le moins onéreux de Lyon avec le 8ème (+2.4% à 2.908€ le m²) et le 5ème arrondissement (+4.3% à 2.879€ le m²).

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous ou identifiez-vous






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Passoires thermiques : les ventes s’accélèrent dans les villes de la région

null
Seloger a récemment communiqué sur l’envolée des mises en vente de passoires énergétiques. Et notamment à Lyon et dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Un marché immobilier bien orienté au 1er semestre

nullVolumes et prix sont toujours orientés à la hausse dans le Rhône. Tel est le constat dressé ce jeudi par la Chambre du Rhône de la FNAIM.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


Les prix de l’immobilier toujours en nette hausse en Rhône-Alpes

Dans les départements de l’ancienne Région, on note une assez nette hausse des prix de l’immobilier, notamment des maisons.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Les prix de l’immobilier en hausse de 0,5 % à Lyon selon Meilleursagents

null
Le spécialiste de l’estimation immobilière a fait part de son baromètre national mensuel des prix de l’immobilier.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.