Prix de l’immobilier en 2017: +4,2% en France et +5,3% à Lyon, selon la FNAIM

L’activité a été très forte en 2017, selon la fédération, qui fait état de 986.000 ventes au niveau national.

2017 aura été une année d’exception, selon la fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), qui a fait état mercredi de ses statistiques sur l'année écoulée, en présence de Jean-Marc Torrollion, son nouveau président. Celui-ci a en effet pris la tête de la fédération au 1er janvier, prenant la suite de Jean-François Buet, au terme d’un mandat de 5 ans.

986 000 ventes ont été enregistrées en 2017, selon les estimations de la FNAIM, soit une hausse de 16,7% par rapport aux 845.000 en 2016. « Le marché immobilier hexagonal a enfin retrouvé le dynamisme de 2007, note la fédération.

Prix en hausse

Côté prix, cette dynamique des transactions s’est répercutée sur les prix. Le m² a augmenté de +4,2% entre 2016 et 2017. Cette fois-ci, Paris est devancée par Bordeaux en tête de classement. Mais, point noir, « logiquement, le pouvoir d’achat recule partout ».

Le dynamisme des ventes devrait perdurer cette année. Mais la hausse des prix devrait être plus modérée, de l’ordre de 2%. Il faut dire qu’en l’espace de 3 ans, de 2015 à 2017, les ventes annuelles ont fait un bond de 300.000 unités supplémentaires, soit une progression de 42% (48 % en Île-de-France et 41 % en province). La progression s’établit, sur 10 ans, à 22% sur la France entière et à 13% et 24% en Île-de-France et en province.

Forte activité

Les ventes ont progressé dans toutes les régions, même si on observe des disparités entre départements. La FNAIM cite ainsi, entre 2016 et 2017, la hausse de 23% des ventes supplémentaires en Indre-et-Loire, nettement supérieure à celle de 8% dans les Ardennes.

Les départements les plus actifs du territoire concentrent à eux seuls 41,4% du montant total des ventes. Il s’agit de Paris, des Hauts-de-Seine, des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône, de la Gironde, du Rhône (Métropole de Lyon + département du Rhône), des Yvelines, du Var, du Nord et du Val-de-Marne.

« Le taux de rotation (nombre de ventes par rapport au marché existant) a ainsi retrouvé son niveau du début des années 2000, soit 2,8 %... à comparer avec le taux de 1,8 % observé en 2009. Sans grande surprise, les taux de rotation les plus élevés se trouvent sur les façades de la Méditerranée et de l’Atlantique, ainsi qu’en Île-de-France », précise la FNAIM.

Prix en hausse

En matière de prix, ce dynamisme des ventes s’est accompagné d’une hausse des prix au m², entre 2016 et 2017. La hausse est de 4,2% et de 1,5% en 2016 par rapport à 2015, ce qui implique un prix moyen de vente au m² de 2.550€ en France. Soit une hausse conforme aux prévisions de la FNAIM en début d’année dernière, qui fait état d’une hausse comprise entre 2% et 5% en 2017. Les prix des appartements ont grimpé plus vite que ceux des maisons, avec des hausses respectives de 4,9% (3.385 € par m²) contre + 3,7 % (2.143 € par m²) pour l’habitat individuel. À noter que la tendance s’est inversée par rapport à l’an dernier.

Bordeaux passe devant Paris en termes d’augmentation des prix, avec une hausse de 7,7%. La capitale est en deuxième position avec une progression de 6,5 % à 9.228 € le m². Lyon arrive juste derrière ces deux villes, avec une hausse de 5,3%. Suivent ensuite Nantes avec une hausse de 4,3% Toulouse (+3.9%) , Lille (+3,8%), Rouen (+3,3%), Rennes (+3%), Strasbourg (+2%), Marseille (+1,5%), et Ajaccio (+1.2%). Les prix sont stables à Orléans (+0,1%) et sont même en baisse à Dijon (-1%).

Cette hausse des prix grève le pouvoir d’achat des acquéreurs, avec une baisse de pouvoir d’achat, dans l’hypothèse de l’achat d’un logement de 60 m² à l’aide d’un emprunt sur 20 ans, de 5,1 m² à Bordeaux, de 4,5 m² à Paris, de 3,9 m² à Lyon, de 3,3 m² à Nantes, de 3,1 m² à Lille et à Toulouse, de 2,8 m² à Rouen, de 2,6 m² à Rennes, de 2,1 m² à Strasbourg, de 1,8 m² à Marseille, de 1,6 m² à Ajaccio. Seules Dijon et Orléans voient leurs prix et leur pouvoir d’achat immobilier stagner. La FNAIM prévoit, pour cette année, un marché toujours dynamique, et un assagissement de la courbe des prix, qui pourrait ne croître « que » de 2%.

» Des hausses de prix de 16% dans la presqu'île de Lyon, selon LPI-Seloger






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Revivez la présentation de l’observatoire 2017 des notaires du Rhône

Les notaires du Rhône présentent ce matin leur bilan 2017 en matière d’immobilier.


Lyon: les prix dans l’immobilier existant flirtent avec les 4.000€ le m²

Le président de la Chambre des notaires a fait un point, à l’occasion de la conférence annuelle du CECIM, sur la situation du marché immobilier ancien en 2017.


Immobilier : dynamique plutôt positive dans les départements rhônalpins

Les notaires de France ont publié en cours de semaine dernière leur note trimestrielle de conjoncture au niveau régional.


Lyon : un marché immobilier sous tension

null
La Chambre du Rhône de la FNAIM dressait lundi un bilan de l’année immobilière, dans la Métropole de Lyon et le département du Rhône. L’activité a été forte sur l’année écoulée.


« En trois ans, le volume de transactions a augmenté de 42% en France »

Jean-Marc Torrolion est le président de la FNAIM. Il évoque le bilan du marché 2017 et les perspectives 2018, ainsi que la contribution de la fédération réalisée à l’occasion de la conférence de consensus sur le logement.


Prix de l’immobilier en 2017: +4,2% en France et +5,3% à Lyon, selon la FNAIM

null
L’activité a été très forte en 2017, selon la fédération, qui fait état de 986.000 ventes au niveau national.
» Des hausses de prix de 16% dans la presqu’île de Lyon, selon LPI-Seloger


Rhône-Alpes : les prix globalement orientés à la hausse

Selon la Chambre régionale des notaires, qui a publié ses statistiques régionales il y a quelques jours, le marché est actif dans les départements de l’ancienne région, avec des prix orientés à la hausse.


Le prix médian des logements reste orienté à la hausse à Lyon

Malgré une hausse de seulement 0.9% dans la circonscription départementale du Rhône, le prix médian du m² dans la capitale des Gaules a, lui, augmenté de 3.3% en 2016.


Immobilier : 2016, année exceptionnelle à Lyon et dans le Rhône

null
En termes de volumes, l’année écoulée aura été dopée par la baisse des taux d’intérêt et la volonté affichée par les ménages de ne plus reporter leurs achats.
» Le prix médian des logements reste orienté à la hausse à Lyon


Immobilier : une hausse des prix de 2% à Lyon en 2016

Selon les chiffres des ventes enregistrées par les notaires, qui vont du 1er novembre 2015 au 31 octobre 2016, les prix ont assez nettement progressé à Lyon l’an dernier.


Une année 2016 dynamique pour l’immobilier à Lyon et dans le Rhône

La FNAIM présentait hier son bilan annuel sur le marché immobilier dans le Rhône et la Métropole de Lyon.


Immobilier à Lyon : prix et volumes en hausse en 2016

Les notaires de France ont fait état des chiffres sur les 9 premiers mois de l’année. Les chiffres font état d’une hausse des volumes de vente et des prix par rapport à l’an dernier, notamment à Lyon.


Vers des prix de l’immobilier stables à Lyon et dans le Rhône en 2016

La chambre du Rhône de la FNAIM ne voit pas d’évolution marquée des prix de l’immobilier au sein de la Métropole et du département d’ici à la fin de l’année.


Lyon : un marché immobilier en bonne santé

Selon la FNAIM, les ventes ont nettement progressé à Lyon au premier semestre. Les prix sont, eux, en hausse modérée.
» Vers des prix de l’immobilier stables à Lyon et dans le Rhône en 2016
» Les loyers en légère baisse, pouvoir d’achat immobilier en hausse


Immobilier à Lyon: une forte activité au 1er semestre, mais des prix contrastés

null
La première partie de l’année a été active au sein des réseaux d’agences immobilières en région lyonnaise. Mais l’orientation des prix est diverse selon les réseaux…
» Est lyonnais : demande forte et prix en nette baisse
» Ouest lyonnais : volumes en hausse, prix en légère baisse
»
Lyon centre, un marché « en flux tendu »
» Laforêt voit une hausse de 2% à 3% des prix de l’immobilier à Lyon en 2016