La résiliation annuelle d’assurance possible pour tous les emprunteurs

Le Conseil constitutionnel a validé l’amendement Bourquin, qui permet à tous les emprunteurs de changer d’assurance de prêt de manière annuelle.

Le Conseil constitutionnel vient de valider l’amendement Bourquin, qui permet aux emprunteurs de changer d'assurance de prêt tous les ans. Précédemment, la loi Lagarde avait d'ores-et-déjà instauré en 2010 le principe d'un choix libre entre assurance de groupe et assurance alternative. L'amendement validé s’inscrit en prolongement de la loi Hamon, qui avait permis dès 2014 de changer d'assurance emprunteur, sous conditions de garantie équivalente dans l’année qui suit l'émission de l’offre de prêt.

Mais ces lois n’avaient pas permis de faire progresser le taux de recours à une assurance emprunteur alternative. Selon la Fédération française des sociétés d’assurance, le taux d’équipement avec assurance alternative pour les crédits immobiliers n’est que de 12%. Alors que ce marché dispose d’un vrai potentiel: le secteur de l'assurance emprunteur totalise en effet 8,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Une résiliation désormais possible tous les ans

Par la suite, la loi Sapin 2 avait en 2016 instauré une disposition portant sur la résiliation annuelle tous les ans à la date anniversaire. Mais cette disposition avait été censurée par le Conseil constitutionnel une première fois. Après cet événement, un amendement - l'amendement Bourquin - avait été adopté en février dernier, lequel donnait droit cette fois-ci à une résiliation substitution annuelle de l’ensemble des contrats d’assurance emprunteur.

Aussi, depuis le 1er mars, l'opération de résiliation substitution était possible sur les contrats de prêts signés après cette date. Et depuis le 1er janvier, elle s'étend à tous les contrats de prêts en cours. Des banques avaient toutefois saisi le Conseil d’État puis le Conseil constitutionnel pour faire annuler cette disposition sur le stock de contrat. Avec la validation par le Conseil constitutionnel de l' amendement Bourquin, la possibilité de résiliation annuelle d'assurance est donc effective pour tous les emprunts, passés comme à venir.

Les courtiers satisfaits

« Les millions d’emprunteurs qui détiennent un crédit immobilier vont donc avoir la possibilité de changer l’assurance de leur crédit y compris au bout de plusieurs années » explique Maël Bernier, directrice de la communication du courtier Meilleurtaux.com. « C’est une décision favorable à la concurrence car nous savons que près de 9 assurances sur 10 sont signées auprès de la banque à la fois par manque de temps au moment de la conclusion du prêt, mais également parce que les emprunteurs méconnaissent globalement le choix qui est déjà le leur au moment de cette opération» ajoute-t-elle. « Cette possibilité offerte à posteriori de la mise en place du prêt, sans contrainte de temps ou de pression pour l’obtention du crédit peut permettre aux détenteurs d’un crédit immobilier de comparer sereinement les différentes offres et surtout dans beaucoup de cas de réaliser des économies importantes», note-t-elle dans un communiqué.

« Après la vague de renégociations des taux de crédit, nous allons assister cette année à la renégociation de l’assurance de prêts… Les jeunes notamment vont être concernés, car ce sont eux qui comparent le plus et pourront en outre avoir une offre d’assurance plus avantageuse avec des économies à la clé… Cela va inévitablement déstabiliser le monde bancaire qui détient 80 % du marché de l’assurance emprunteur, ce qui pourrait avoir des conséquences, sur les taux de crédit notamment… », pense pour sa part Sandrine Allonier, directrice des relations banques de Vousfinancer.com.

Pour Alban Lacondemine, président d'Emprunt Direct, les banques s’étaient préparées à une telle perspective, et ont préparé une contre-offensive sur le front des tarifs de l’assurance emprunteur via de prochaines baisses de tarifs. Et selon lui, seul un réel départ massif de clientèle pourrait décider les établissements à pousser à la hausse, de façon sensible, leurs barèmes de crédit immobilier pour rattraper les moindres marges réalisées sur l'assurance emprunteur.

« Pour les courtiers en crédits et assurances, il s’agit d’une excellente nouvelle», indique Philippe Taboret, président de l’APIC. «Elle annonce la fin d’un monopole bancaire en faveur de la liberté de choix des emprunteurs et de l’amélioration significative de leurs charges attachées à l’immobilier. La comparaison des produits avec l’expertise nécessaire justifie toujours plus l’intervention des courtiers dans le financement des projets immobiliers, poste principal de l’endettement des ménages ».






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Auvergne-Rhône-Alpes : quasi stabilité des taux selon Empruntis

null
L’intermédiaire en crédit immobilier a fait état de son baromètre des taux régionaux.
» Vousfinancer alerte sur des délais de traitement plus longs dans les banques


Des taux stables, mais une production de crédit en net repli

La Banque de France a fait état ce matin de son étude mensuelle sur le crédit aux particuliers. Plusieurs courtiers, comme Vousfinancer et Emprunt Direct, ont en outre récemment communiqué sur les grandes tendances du marché.


Crédit immobilier : pour Capfi, les taux devraient rester bas

Selon l’intermédiaire, les taux pratiqués en février chez Cafpi ont été stables.


«On est loin d’une remontée généralisée»

Sandrine Allonier est directrice de la communication et porte-parole de Vousfinancer. Nous évoquons avec elle la remontée des taux des emprunts d’État et son impact sur les taux de crédit immobilier.


Nouvelle baisse des taux de crédit immobilier en février

L’observatoire CSA/Crédit Logement a fait état d’une baisse du taux moyen en février. Celui-ci revient à proximité de ses niveaux les plus bas observés à fin 2019/début 2020. Mais des hausses sont déjà observées en mars, selon Emprunt Direct.


Crédit immobilier : les taux en nette baisse en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon Emprunt Direct, les banques ont fait part de baisses de l’ordre de 5 à 25 points de base.


Avec le Smic, un pouvoir d’achat immobilier de 21 m² à Lyon et de 97 m² à Saint-Étienne


Le réseau de courtiers en crédit immobilier Vousfinancer a calculé les possibilités d’achat avec le salaire minimum dans 20 villes de France.


2021 commence avec des taux de crédit immobilier en baisse

C’est ce qu’ont indiqué plusieurs courtiers, dont Empruntis, Vousfinancer et Emprunt Direct.


Soulagement des professionnels après les inflexions du HCSF

La FNAIM, la FFB, et les courtiers en crédits immobiliers ont salué les inflexions dans les recommandations adressées aux banques.


Crédit immobilier : le HCSF lâche du lest

Le Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’assouplir une partie des recommandations qu’il avait émises il y a un an.


Front uni des acteurs de l’immobilier avant la réunion du HCSF

En amont de la réunion du Haut Conseil de stabilité financière, les principales fédération ont écrit une lette ouverte aux cabinets de Bruno Le Maire et d’Emmanuelle Wargon, de la DGT, de l’ACPR et du HCSF.


Chute de la part des primo-accédants, selon Cafpi

Le courtier en crédit immobilier a fait part des dernières tendances sur l’évolution de sa clientèle.


Assurance emprunteur : la résiliation infra-annuelle attendra


Le Conseil constitutionnel a retoqué ce qui avait été voté fin octobre.


Malgré un net rebond, les acteurs du crédit à l’habitat inquiets pour la production

La production mensuelle, corrigée des variations saisonnières, de crédits à l’habitat s’est élevée à 23,4 milliards d’euros.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.