La CAPEB salue la réforme de l’apprentissage mais reste prudente

La confédération demande notamment des garanties, notamment en matière de financement.

La réforme annoncée lundi par Muriel Pénicaud sur l’apprentissage et la formation professionnelle a été saluée par la confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la CAPEB. Les annonces de la ministre “répondent enfin à plusieurs demandes exprimées de longue date par les entreprises artisanales du bâtiment”, a indiqué la confédération.

Elle s’est notamment félicitée de la facilitation et de la promotion de l’entrée en apprentissage, de l’amélioration du statut de l’apprenti et de son intégration au sein des entreprises, et de l’instauration d’un droit effectif de financement de tous les contrats d’apprentissage.

Demande de garanties

Mais l’organisation se veut toutefois prudente, et a souligné qu’elle attendait “des garanties explicites notamment en matière de financement, de qualité de formation et de transition entre les deux systèmes”. Le président de la CAPEB, Patrick Liébus, a ainsi exprimé dans le communiqué, cette vigilance. “Nous serons cependant vigilants à ce que ces mesures rentrent effectivement en vigueur et à ce que la transformation souhaitée par le gouvernement repose sur la qualité de la formation des apprentis, la proximité avec le tissu économique local et une transition agile, nécessaire à la réussite de ces réformes”, a indiqué le président.

Cette réforme intervient à un moment propice, marqué par une hausse de l’activité. Celle-ci repart à la hausse, avec une hausse de 3,5% au 4e trimestre 2017. Les chefs d’entreprises artisanales du BTP sont désormais 18% à envisager d’embaucher de nouveaux salariés au premier semestre et les besoins en main d’œuvre qualifiée sont élevés. 12% des petites entreprises du bâtiment ont déclaré ne pas être parvenues à embaucher au cours du second semestre 2017.

Des améliorations à envisager

La CAPEB souhaite que certaines perspectives soient plus ambitieuses, notamment pour la carte des formations. Selon elle, la carte géographique de l’accès aux formations (pour les campus des métiers, les CFA…) doit mettre l’accent sur leur accessibilité et leur qualité en misant sur la proximité, la prise en compte de la ruralité et des zones citadines.

La confédération demande par ailleurs de garantir une révision sur 5 ans des diplômes professionnels, en construisant une « assurance qualité » sur les examens pour faciliter l’intégration des jeunes diplômés au sein des entreprises artisanales du bâtiment.

Concernant les aides, celles à l’embauche ciblant les TPE sont attendues. Celles-ci devraient toutefois être abondées, notamment par les régions. Elle demande à ce que ces aides soient élargies au financement des premiers équipements des apprentis, à la généralisation de l’accès des apprentis à la prévention des risques, à la performance énergétique et à la transition numérique, et à l’ouverture d’un droit à la formation des apprentis dans l’entreprise (quand les métiers le souhaitent et que les CFA sont en capacité de l’accompagner), et à l’encouragement de la mixité et de la lutte contre les stéréotypes

Des points à respecter

La CAPEB a enfin alerté le gouvernement “sur plusieurs points cruciaux qui devront être respectés pour mener une réforme efficace de l’apprentissage, notamment le financement”.

La confédération demande notamment à ce que ces nouvelles modalités de financement soient mises en place à coût constant pour les entreprises artisanales du bâtiment. Elle rappelle que les CFA ne doivent pas être considérés comme des unités de gestion de l’alternance. Quand il s’agit de formation initiale, la qualité est un critère essentiel et non un simple « coût ». Enfin, la transition entre deux systèmes doit être assumée car toute rupture serait extrêmement dommageable.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


L’ex-collège Truffaut, futur lieu de vie du 1er arrondissement


Une visite du site qui accueillera à terme une résidence étudiante, un hostel, une crèche et des tiers lieux, était organisée mercredi en présence du maire de Lyon et du président de la Métropole.


Selon la CAPEB, les travaux d’accessibilité sont plus que jamais nécessaires

Pour la CAPEB Rhône et Grand Lyon, les travaux d’accessibilité pour sécuriser les seniors en perte d’autonomie sont encore plus nécessaires avec la Covid-19.


La Région a lancé son plan de soutien aux étudiants et aux jeunes

null
Ce plan vise à garantir une protection sanitaire au monde étudiant, apporter un soutien alimentaire et psychologique aux étudiants, et accompagner la jeunesse vers l’emploi.


247.323 logements rénovés grâce à l’Anah en 2020

null
L’agence nationale de l’habitat a enregistré une hausse de 58,8% des rénovations de logements l’an dernier. Et compte financer la rénovation de 600.000 logements en 2021.


La Métropole de Lyon a voté sa PPI 2021-2026

null
La programmation pluriannuelle des investissements totalise 3,6 milliards d’euros, dont 944,6 millions dédiés à l’urbanisme.


MaPrimeRénov’ élargie à tous les propriétaires

null
L’aide est désormais ouverte à tous les propriétaires occupants et tous les syndicats de copropriétaires.


La CAPEB reçue par la Métropole le 14 janvier sur la ZFE

La CAPEB Rhône et Grand Lyon sera reçue par la Métropole concernant la zone de faibles émissions, qui a été durcie au 1er janvier.


La CAPEB satisfaite de la qualification RGE «chantier par chantier»

Depuis l’entrée en vigueur au 1er janvier de l’arrêté du 24 décembre 2020, une expérimentation est lancée pour deux ans afin de mettre en œuvre la qualification RGE « chantier par chantier ».


Ingénierie : le ralentissement impacte le secteur

Les sociétés d’ingénierie sont toujours impactées par le ralentissement économique, selon la dernière édition du baromètre économique de Syntec-Ingénierie.


BTP Rhône et Métropole redoute l’inertie des aides étatiques et des projets locaux

null
Pour sa rentrée, Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme. S’il reconnait que les mesures de soutien à l’économie et au secteur sont nombreuses, il craint leur inertie et par là-même, le risque qui pèse sur l’emploi.


6,7 milliards d’euros pour la rénovation énergétique au coeur du plan de relance


Écoles, collèges : performance énergétique et piétonisation, priorités de la Métropole

La piétonisation aux abords des établissements scolaires a été lancée dès cet été de manière prioritaire. La Métropole va également lancer un audit en matière de performance énergétique des collèges.


Les chantiers reprennent dans la Métropole de Lyon


BTP Rhône et le président de la collectivité organisaient ce mardi une visite presse sur deux chantiers à savoir la promenade Moncey et la construction du nouveau bâtiment du CIRC, pour faire un point sur l’impact de la crise du Covid-19.


Covid-19 : le secteur de la construction demande un arrêt temporaire des chantiers

Le secteur a alerté le gouvernement et demande un arrêt temporaire des chantiers afin de s’organiser.


L’indice IPEA en hausse de 0,2% au 4ème trimestre

Les prix des travaux d’entretien-amélioration des bâtiments augmentent dans la même mesure qu’au trimestre précédent. Cette parution intervient quelques jours après celle du climat des affaires dans le bâtiment, ressorti stable à un haut niveau.