Immobilier : stabilisation des prix en France, envolée à Paris

Les prix ont augmenté de 5,9% à Paris, mais restent quasi stables au niveau national, selon le dernier point du réseau d’agences franchisées Century 21.

Les prix de l'immobilier restent stables en France, mais s’envolent à Paris. Tel est le constat tiré mardi matin par le réseau d’agences franchisées Century 21. Les prix au m² à Paris ont en effet augmenté de 5,9% entre le 1er trimestre 2017 et le 1er trimestre 2018, selon les études du réseau, et atteint désormais 9.262€, soit 520€ de plus que l’année dernière à la même époque.

Le réseau souligne que cette envolée des prix semble avoir de fortes conséquences sur les ménages appartenant aux catégories sociales les moins favorisées, le phénomène de gentrification semblant s’amplifier dans la capitale selon le réseau. « Après les employés/ouvriers, qui ne représentent plus que 5,5% des acquéreurs parisiens selon nos estimations (contre près de 14% en 2009), c’est au tour des cadres moyens d’être expulsés de la capitale. Leur proportion parmi les acheteurs chute de 16,6% en un an selon nos chiffres. Ce sont essentiellement les cadres supérieurs et professions libérales qui tirent leur épingle du jeu, représentant désormais 47,4% des acquéreurs parisiens (contre 15,4% France entière). Un aveu saisissant de l’incapacité des politiques publiques menées dans la ville pour préserver la mixité sociale, conséquence notamment d’un bilan catastrophique de la Mairie en termes de constructions neuves », indique Century 21.

Baisse des transactions à Paris

Parallèlement à cette envolée des prix, le nombre de transactions enregistrées au premier trimestre 2018 se replie de 3% par rapport au premier trimestre 2017. Un appartement coute en moyenne 454.617€ à Paris. Aussi, « comment les ménages les plus modestes pourraient-ils encore acheter ? », questionne Century 21. « Les acquéreurs parisiens font des sacrifices de surface pour pouvoir rester dans la capitale ; la superficie moyenne d’un logement parisien est en retrait de 2m² en un an et se situe aujourd’hui à 49,6 m² ».

Les transactions à Paris sont très majoritairement voués à l’établissement de la résidence principale (62,2% des acquisitions), mais un retour des investisseurs est noté, dû selon le réseau à l’annulation de l’encadrement des loyers. « Les acquisitions à titre d’investissement locatif augmentent ainsi de +12,6% pour représenter désormais un quart des transactions parisiennes dans le panel de nos études. C’est, si l’on suit cette nouvelle tendance, 1.400 logements en plus qui seraient mis sur le marché de la location en 2018 et pourraient ainsi permettre à des familles de se loger. Si on regarde cette évolution sur une période plus courte (T4 2017/ T1 2018), la part des investisseurs bondit même de 28,1 %. Un élément positif tant pour les ménages qui ne peuvent pas acheter que pour l’Etat qui y voit une source de recettes fiscales conséquente. Il serait dommageable que la loi ELAN vienne casser cette nouvelle dynamique », indique Century 21. Le projet de loi sera présenté demain en conseil des ministres.

Stabilité des prix au niveau national

Au niveau national, les prix immobiliers s’établissent à 2.519€ le m² en moyenne soit une très légère hausse de 0,3% par rapport au premier trimestre 2017. Après un coup de mou en janvier, le marché reprend des couleurs et voit le nombre de transactions augmenter de +2,1% sur le premier trimestre 2018.

Des différences régionales sont notables entre les 12 nouvelles régions, avec la moitié voyant ses prix augmenter entre l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie et Provence-Alpes-Côte-d’Azur, tandis que neuf bénéficient d’une hausse d’activité. Auvergne-Rhône-Alpes en fait partie, tout comme la Bourgogne Franche-Comté, la Bretagne, le Centre-Val-de-Loire, les Hauts-de-France, l’Ile-de-France, l’Occitanie, les Pays-de-la-Loire et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les communes rurales face à une véritable « poussée haussière »

Depuis janvier, elles ont, selon Meilleurs Agents, vu leurs prix grimper de 7,4%, ce qui est près de 2,5 fois plus que les principales agglomérations.


Les prix toujours en nette hausse à Lyon selon LPI-Seloger

nullLe baromètre mesurant l’évolution des prix de l’immobilier fait état d’un affaiblissement de la demande. Les villes d’Auvergne-Rhône-Alpes enregistrent toujours des hausses de prix toujours marquées.


Immobilier : vers un volume de ventes historiquement élevé en 2021

null
La FNAIM a dévoilé mardi sa note de conjoncture immobilière.


Les grandes villes moins attractives

nullC’est ce que révèle une enquête Harris Interactive divulguée par Century 21.


Immobilier : hausse de la demande, offre en baisse, et prix en hausse

nullLe réseau d’agences franchisées Laforêt a fait un point sur le marché immobilier. Comme les autres acteurs du marché, il constate une forte activité, qui se traduit par une chute de l’offre.


Les prix de l’immobilier atteignent des records et freinent l’activité

Century 21 a fait part ce lundi de son point trimestriel sur le marché français.


La hausse des prix des logements anciens perdure

Au deuxième trimestre 2021, les prix des logements anciens ont enregistré une hausse de 1,6% par rapport au premier trimestre, selon les indices Notaires-Insee publiés ce jeudi. En Île-de-France, les prix sont quasi-stables.


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.