Lyon : les prix de l’immobilier en baisse sur 3 mois, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel de l'observatoire mesurant l'évolution des prix de l’immobilier a été publié fin octobre.

LPI Seloger a fait état il y a une dizaine de jours de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier. Fait majeur : les prix de l’immobilier affichés y sont en baisse sur trois mois à Lyon, de 3,2%, à 4.599€ le m².

Ce fait n’est pas isolé. Dans nombre de villes, on retrouve cette tendance baissière dans nombre de villes, à l’image de Bordeaux (-1,6 % à 4.629€ le m²), de Rennes (-3,2% à 3.006€ le m²), de Reims (-5,5% à 2.475€ le m²), ou de Le Havre (-0,1 % à 2014€ le m²). Reste que sur la même période, on enregistre des hausses à Paris (+1,6 % à 10.161€ le m²), Nantes (+2 % à 3280€ le m²), Marseille (+3,1 % à 3.045€ le m²), mais aussi dans des villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, comme Grenoble (+0,4 % à 2.504€ le m²) ou Saint-Etienne (+11,3 % à 1432€ le m²).

« Sur un marché qui ne parvient pas à se ressaisir, la baisse des prix proposés par les vendeurs qui s’observe depuis juillet se poursuit à un rythme soutenu. Depuis le mois dernier, elle est même plus soutenue que celle qui se constate habituellement à cette période de l’année : lorsque les offreurs acceptent de réviser leurs ambitions à la baisse, afin de ne pas risquer de reporter la réalisation de la vente au printemps prochain », note LPI-Seloger.

Sur un an, les prix de l’immobilier signés sont en hausse de 9,2 % à 4.576€ le m², tandis que les prix affichés en agence sont en augmentation de 8,6 %. Le rythme de hausse des prix signés mesuré sur un an était ainsi de 3.8 % en septembre, après avoir culminé à 4.7 % à la fin de l’été dernier. « Le ralentissement est maintenant à peu près comparable entre le marché des maisons (+ 3.2 % en septembre, contre + 4.1 % il y a un an) et celui des appartements (+ 4.2 %, contre + 5.1 %) », note LPI-Seloger.

Les prix en hausse de plus de 10% dans 4 arrondissements

Sur un an, les prix de l’immobilier restent, à Lyon, en hausse de plus de 10 % dans 4 arrondissements : le 1er arrondissement (+13,5 % à 5.423€ le m²), le 2ème (+10,2% à 6.196€ le m²), le 4ème (+10,6% à 4.742€ le m²), et le 9ème arrondissement (+12,1% à 3.404€ le m²).

Dans 4 arrondissements, les prix sont en hausse de plus de 5 %. C’est le cas dans le 3ème (+7,1% à 4.563€ le m²), le 5ème (+7,7% à 4.173€ le m²), le 6ème (+5,9% à 5.698€ le m²), et le 7ème arrondissements (+9,4% à 4.003€ le m²). Un seul arrondissement a vu ses prix progresser de moins de 5 %: le 8ème arrondissement (+3,1 % à 3.559€ le m²).






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Laforêt décrit un marché immobilier en mode «rattrapage»


Le réseau d’agences franchisés faisait part ce mardi de son point marché semestriel. Malgré une activité soutenue depuis la fin du confinement, il appelle à un plan de relance pour le secteur.


La demande reste soutenue, constate Century 21

null
Le réseau d’agences franchisées faisait aujourd’hui son point trimestriel sur le marché immobilier en France et en Auvergne-Rhône-Alpes


La FNAIM anticipe une baisse des ventes et une stabilisation des prix


La fédération nationale de l’immobilier tenait mardi matin sa conférence de presse visant à tirer un bilan du premier semestre 2020.


Immobilier : les prix continuent de monter, selon LPI-Seloger

Le baromètre mensuel fait état d’une chute des ventes, mais également de prix orientés à la hausse. La raréfaction de l’offre est en cause.


Les prix de l’immobilier en hausse à Lyon après la fin du confinement

null
Meilleurs Agents fait état ce mardi de son baromètre national des prix de l’immobilier.


Les prix de l’immobilier accéléraient encore au 1er trimestre

Selon l’indice INSEE-notaires, les indices des prix des logements anciens accéléraient nettement avant la crise du Covid-19.


Immobilier : les prix continuaient d’augmenter fin avril, selon LPI-SeLoger

null
D’après les chiffres compilés par le baromètre, seules les ventes immobilières étaient en net repli fin avril.


Le confinement a eu un impact sur les projets immobiliers


Orpi a fait ce lundi un point sur l’impact du confinement sur les projets immobiliers, quand IAD a note que le déconfinement a un impact direct sur le secteur de l’immobilier.


Le confinement ne se traduit pas par des baisses de prix

C’est ce qu’a indiqué LPI-SeLoger dans son baromètre mensuel.


Les prix en nette hausse dans les grandes villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

null La progression des prix a été à deux chiffres à Lyon et Saint-Étienne en 2019, selon les Notaires de France. Mais l’incertitude est désormais de mise pour les prochains mois du fait de la crise sanitaire.


Un marché de l’immobilier ancien «en mode pause», selon Century 21

Le réseau d’agences franchisées décrit un marché à l’arrêt depuis le début du confinement, après un début d’année dynamique.


Villeurbanne, ville où les prix étaient le plus en hausse avant le confinement

C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances de prix avant confinement. Les prix restaient nettement orientés à la hausse avant le confinement. C’est l’enseignement du dernier baromètre LPI Seloger, qui a dévoilé les dernières tendances du marché immobilier avant le 17 mars. Et selon celui-ci, l’orientation des prix des […]


Immobilier ancien : Guy Hoquet fait le bilan d’une année sous tension

Guy Hoquet l’Immobilier a fait un bilan de l’année 2019 en termes de prix et de ventes, au niveau national et dans les régions.


Accélération de la hausse des prix de l’immobilier au 4ème trimestre


L’Insee a dévoilé les indices des prix des logements anciens au 4ème trimestre, réalisés avec les notaires. Les prix ont augmenté de 3,7% en 2019 et les volumes dépassent très nettement le million de transactions.


Xerfi prévoit une accalmie pour le marché immobilier en 2020

Le marché de l’immobilier résidentiel va connaître une relative accalmie, selon le cabinet spécialisé dans les études économiques sectorielles.