Vernissage de l’exposition «Franchir la berge»

Le vernissage de cette exposition présentée dans le cadre de l'année « La nature en ville » aura lieu ce lundi au CAUE Rhône Métropole

Le CAUE Rhône Métropole accueille depuis lundi dernier l'exposition itinérante "Franchir la berge", avec le soutien de la Métropole de Lyon 
et du Département du Rhône. Celle-ci, qui se tiendra jusqu’au 21 décembre prochain, « invite à découvrir et à comprendre comment la question de la relation à l'eau a inspiré les architectes et les acteurs du territoire, de la formation de nos villes jusqu'à nos jours », note le CAUE. Le vernissage de l’exposition aura lieu ce lundi 16 septembre à 18 heures en présence de Joël Baud-Grasset, président du CAUE de Haute-Savoie, de l'union régionale et de la fédération nationale des CAUE, et de Dominique Amouroux, commissaire de l'exposition, critique et historien de l'architecture du XXe siècle.

L’exposition a, en effet, été réalisée par le CAUE de Haute-Savoie, en partenariat avec la Ville d'Aix-les-Bains, la CUB (Fondation pour la Culture du Bâti à Lausanne) et les CAUE de Rhône Métropole, de l'Isère et de Savoie. « Nous avons raisonné sur une problématique qui semble évidente quand on est en Haute-Savoie, à savoir la relation entre l’architecture et des étendues d’eau plate que sont les lacs, qui sont, à chaque fois encadrés par des montagnes. On a une organisation des paysages qui n’est pas sans conséquence sur la façon d’envisager l’architecture qui va venir s’installer dans ces sites », explique Dominique Amouroux. La lecture de l’exposition a été élaborée à partir de 4 fils : contempler le paysage, tutoyer l’eau, chevaucher la berge, et enfin investir. Elle se veut ainsi être, selon son commissaire, accessible à un public élargi. « Ce n’est pas une exposition d’architecte qui parle aux architectes », souligne-t-il.

«  Embrasser la question du rapport au territoire »

« Pour la troisième et dernière exposition de son année d'exploration des rapports entre ville et nature, cette exposition place l'élément "eau" comme une composante centrale du projet d'architecture dans sa relation au paysage », note pour sa part le CAUE Rhône Métropole.

Sebastien Sperto, son directeur, note que l’exposition du CAUE 74 était « une exposition très plastique liée au rapport entre l’architecture - qu’elle soit conceptuelle, réelle ou imaginaire – et l’eau ». Cette exposition a été complétée sur le territoire de la Métropole et du département du Rhône par une observation plus urbaine et locale.« Ce qui nous paraissant intéressant, c’était aussi d’avoir une approche pédagogique par rapport à cette question du rapport à l’eau, et au delà de l’architecture, d’essayer d’embrasser la question du rapport au territoire, à l’eau et à l’architecture, de croiser les trois pièces, et regarder un peu ce qui s’était passé sur cette question sur certains projets de la Métropole de Lyon et du département du Rhône », note-t-il. Plusieurs territoires ont, pour ce faire, été sélectionnés : le bassin de la Saône et le pont du Change, l’Hôtel-Dieu, les Berges du Rhône, Saint-Romain-en-Gal, Miribel-Jonage ou encore Tarare

« Dans le titre, ‘Franchir la berge’, en filigrane, il y a eu la manière dont on a pu, ou pas, maitriser à différentes périodes de l’histoire, le rapport à l’eau, à ses berges ». L’eau a, parfois, sur certains territoires, pu être utilisée comme ressource industrielle, le canal de Jonage alimentant par exemple l'usine hydro-électrique de Cusset et la canalisation de la Turdine ayant, à Tarare, permis le développement de l’industrie textile aux 19e et 20e siècles.

Une maitrise des berges relativement récente à Lyon

A Lyon, le Rhône a, pendant des siècles, constitué une frontière, derrière laquelle la ville se retranchait d’ennemis potentiels venus de l’Est. L’Hôtel Dieu faisait partie du dispositif de défense sanitaire, religieuse et sociale de la ville.

Sébastien Sperto note qu’à Lyon la maitrise des berges est relativement récente. On peut dater de la moitié du 19ème siècle, avec la généralisation des quais hauts et des murs en perré pour se protéger des inondations. C’est en effet à partir de cette époque que Lyon s’approprie ses berges, et en trouve un usage. Les larges promenades et espaces de marché sur le haut des berges se transforment en voies de circulations importantes. Le récent réaménagement des berges du Rhône et de la Saône permet, depuis plus d’une dizaine d’années, de se réapproprier un vaste espace public. Ceci s’exprime aussi à Saint-Romain-en Gal et Vienne, où les rives sont conquises et habitées.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


La Ville de Lyon et l’État signent une 4ème convention patrimoine

Celle-ci sera proposée au vote du conseil municipal de Lyon ce lundi 23 septembre.


L’ENSA Lyon investit une partie des locaux de l’INSA

L’école nationale supérieure d’architecture de Lyon se rapproche physiquement de l’école d’ingénieurs, en intégrant 400 m² de ses locaux.


7 entreprises primées aux trophées des artisans du patrimoine et de l’environnement

La cérémonie s’est déroulée vendredi au Musée de la Bresse, à Saint-Cyr-sur-Menthon dans le département de l’Ain.


Vernissage de l’exposition «Franchir la berge»

Le vernissage de cette exposition présentée dans le cadre de l’année « La nature en ville » aura lieu ce lundi au CAUE Rhône Métropole


Mort de Régis Neyret, grand nom du Vieux-Lyon

Celui qui avait œuvré pour la sauvegarde ce ce quartier historique avait 92 ans. Le maire de Lyon, Gérard Collomb, a réagi à cette disparition dans un communiqué.


Lyon va célébrer le 150ème anniversaire de Tony Garnier

Les 6 prochains mois vont être ponctués de divers évènements pour rappeler l’œuvre de l’architecte Grand Prix de Rome en 1899.


Un nouvel éclat pour la Porte des Enfants du Rhône


Le maire de Lyon et le préfet ont inauguré mercredi l’accès principal du parc de la Tête d’Or, qui a connu d’importants travaux de rénovation.


Ogic remporte une pyramide d’or pour son programme Ydeal Confluence

Le programme situé dans le green district du deuxième arrondissement de Lyon avait été désigné Pyramide d’argent en région lyonnaise. Il a obtenu le prix national du bâtiment bas-carbone.


Z Architecture conçoit le siège régional de Demathieu Bard

Le cabinet d’architecture a été désigné à l’issue d’un concours d’architecture organisé pour la construction de ce nouvel immeuble sur le site du terrain des sœurs à Villeurbanne.


Soho Atlas et In-Fine fusionnent


Les deux agences vont se rapprocher au 1er juillet prochain. Elles disposeront de 100 collaborateurs répartis entre Lyon et Paris.


La salle Rameau, futur « Olympia à la lyonnaise »


Il y a un peu plus d’une semaine, la Ville de Lyon a présenté le projet de réhabilitation du bâtiment situé dans le premier arrondissement de Lyon.


Strate Ecole de Design débarque à Lyon Confluence

L’école d’architecture d’Odile Decq, installée dans une halle de Lyon Confluence, propriété des promoteurs lyonnais Cardinal et 6ème Sens immobilier, déménage à Paris. Elle est immédiatement remplacée par Strate Ecole de Design.


Bron : les architectes de « La Clairière » désignés

Lyon Métropole Habitat a annoncé les architectes sélectionnés pour les premiers programmes de l’ancienne caserne Raby. Nexity, la Sier et Icade opèrent sur ce site.


La Métropole de Lyon dévoile « Lyon Parilly Factories »

null
Cette nouvelle marque de territoire intègrera le site dédié à l’industrie du futur développé sur le site de Bosch, USIN.


Le bois en lumière au Mondial des métiers en février à Eurexpo

Les métiers de la forêt et du bois seront mis en lumière du 7 au 10 février à Lyon Eurexpo.