La demande reste soutenue, constate Century 21

Le réseau d'agences franchisées faisait aujourd'hui son point trimestriel sur l’activité.

Comme chaque semestre, le réseau d'agences franchisés Century 21 faisait un point sur le marché immobilier. Le réseau a tout d’abord fait part d’une reprise d’intérêt pour l’immobilier. Le trafic du site Internet century21.fr, après avoir chuté de 50% durant le confinement, a ainsi enregistré un record d’audience au mois de mai, avec une hausse de 10% par rapport à l’an passé avec plus de 3,1 millions de visiteurs.

La demande, elle, « est particulièrement forte », note le président du réseau, Laurent Vimont, et ce même si le nombre de ventes est en retrait de 27,6% par rapport à l’an dernier sur un semestre amputé de 8 semaines. « Elle cumule celle des ménages qui avaient entamé leur démarche avant le confinement et celle des candidats acquéreurs pour lesquels cette période inédite a provoqué l’envie d’acheter », note-t-il.

Pas de baisse des prix

Aussi, dans un contexte où l’offre est toujours largement inférieure à la demande, les prix ne baissent pas, et augmentent même entre le 1er semestre 2019 et le 1er semestre 2020 de 2,3% pour les maisons et de 3,1% pour les appartements pour atteindre en moyenne respectivement 2.160€ le m2 et 3.638€ le m². Ce sont des niveaux historiques. Sur le montant moyen d’une transaction, un appartement s’acquiert désormais à 214.123€ en moyenne, et une maison à 241.505€, ce qui constitue, de même, des records également.

Les écarts de prix ont, de même, tendance à baisser, les acquéreurs étant nombreux, et les vendeurs n’ayant aucune raison d’accepter une offre trop basse. Ils se réduisent en passant de 5,6% au 1er semestre 2019 à 5,1% au 1er semestre 2020, soit une baisse de 9%. « En outre, les conditions d’octroi de crédit se durcissant, les acquéreurs sont moins enclins à négocier au risque de voir leur emprunt refusé s’ils en font la demande aux établissements bancaires dans quelques mois », note le président de Century 21 France.

La superficie moyenne reste stable. Celle d’une maison était de 115,7 m² avant le confinement, et est désormais de 115,2 m². Celle d’un appartement acheté faisait en moyenne 59,1 m², et il en fait désormais 57,8 m². « Le principal obstacle à acquérir plus grand tient sans aucun doute au prix », souligne Laurent Vimont.

Pour l’heure, pas d’exode massif des villes

Le réseau d'agences franchisées précise par ailleurs ne pas avoir constater sensible des transactions de résidence secondaire. Même si les requêtes des internautes souhaitant « acheter une résidence secondaire » progressent de 57%, et que la requête « maison de campagne » augmente de 156%, les transactions sont, depuis la fin du confinement, essentiellement destinées à la résidence principale dont la part remonte à 68,3%. Les résidences secondaires ne représentent pour l’heure que 4,3% des achats et les acquisitions au titre de placement 27,3% des transactions, en net retrait par rapport à l’avant-confinement.

Concernant l'âge des acquéreurs, les moins de 40 ans représentent près de 50% de ceux-ci depuis la fin du confinement, et leur part est en hausse par rapport au 1er trimestre 2020. « Ceux qui s‘attribuent la plus grande part des acquisitions sont ceux qui conjuguent donc les trois motivations essentielles : un toit pour la famille, la constitution d’un patrimoine et la recherche d’une sécurité », note le président de Century 21.

Stabilité en Auvergne-Rhône-Alpes

En régions, aucun exode massif de parisiens vers la campagne ou le littoral n’est constaté. « Quitter la Capitale ne semble pas si évident que cela. Alors bien sûr, certains secteurs semblent plus attractifs que d’autres comme le Bassin d’Arcachon, le nord de la Bretagne, l’ancienne Haute-Normandie, l’Aisne, mais l’afflux de Parisiens est marginal, et les rêves exprimés en période de confinement ne se sont pas traduits dans la réalité. Ou pas encore », affirme Laurent Vimont.

Les tendances de prix demeurent relativement différentes suivant les régions. Les prix sont globalement stables en Auvergne-Rhône-Alpes. Le prix du m² y est ainsi en moyenne de 2.274 €, pour une maison (soit une progression de 1,2%) et de 2.886€ pour un appartement (soit une baisse de 1,3%).

En Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est, les Hauts-de-France, la Normandie, l’Occitanie et la Provence- Alpes-Côte d’Azur les prix progressent pour leur part en-deçà de 5% quand la Bretagne, le Centre-Val de Loire ainsi que les Pays de la Loire enregistrent des hausses supérieures à 5%. Seule la Nouvelle-Aquitaine voit son prix moyen au m² baisser.

Une demande vigoureuse et des prix en hausse

En conclusion, Laurent Vimont note que l’activité, interrompue brutalement le 17 mars dernier « a redémarré le 11 mai comme si rien ne s’était passé ». « L’avant et l’après affichent la même demande vigoureuse et les prix ont repris leur progression. Notons toutefois que la répartition des achats est différente avec un regain d’intérêt pour la résidence principale et une désaffection relative pour l’investissement locatif », nuance toutefois le président du réseau.

« Aujourd’hui les taux d’intérêt, même s’ils ont légèrement remonté, tangentent toujours les plus bas historiques. Les Français considèrent plus que jamais la pierre comme la valeur refuge par excellence quand, à l’inverse, la Bourse subit des évolutions erratiques et les placements sécurisés présentent une faible rentabilité. Dans ce contexte, si les taux ne grimpent pas brutalement et si les conditions d’octroi ne se durcissent pas davantage, le marché de l’ancien devrait demeurer porteur et la hausse des prix contenue. Néanmoins, il est trop tôt pour mesurer les conséquences qu’aura la crise de la COVID-19 sur les entreprises, le taux de chômage en France et par ricochet, sur l’immobilier», conclut le président de Century 21.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Les villes moyennes toujours prisées, selon Orpi

nullLe réseau d’agences a tiré un bilan de la saison d’été sur le marché immobilier.


Immobilier : des hausses de prix de plus de 10% à Valence, Chambéry et Vénissieux

nullLPI-Seloger a fait état de son baromètre mensuel. La hausse des prix est sensible au niveau national. C’est notamment le cas à Lyon et Clermont-Ferrand, ainsi que dans les villes moyennes d’Auvergne-Rhône-Alpes.


Guy Hoquet constate aussi une hausse des volumes par rapport à 2019

Le réseau a fait part de volumes de ventes en nette hausse au 1er semestre par rapport aux mêmes périodes de 2020 et 2019. Les prix sont également en hausse dans les grandes métropoles.


Le marché de l’immobilier très actif au 1er semestre

null
A fin mai, 1.130.000 ventes de logements anciens étaient dénombrées sur 12 mois. Mais si les ventes augmentent, de nouvelles typologies de biens et zones géographiques sont prisées. A Lyon, la tendance des prix reste haussière.


Le marché immobilier au beau fixe au premier semestre

La FNAIM a dressé mercredi un bilan du marché immobilier au premier semestre, tant en termes de prix que d’activité. Les villes moyennes sont particulièrement recherchées.


L’habitat, plus que jamais au centre des préoccupations des ménages

nullBPCE faisait un point trimestriel complet sur le marché immobilier résidentiel en cette fin de premier semestre 2021.


Retour de la tension sur le marché immobilier, selon Meilleurs Agents

Selon le baromètre mensuel du site d’estimation immobilière en ligne, la demande est de retour, avec un « stock d’acquéreurs en pleine reformation ».


Les prix de l’immobilier en nette hausse en France… et à Lyon

nullL’indice INSEE-Notaires a été dévoilé ce jeudi et montre une nette progression des prix en France, tant sur le trimestre que sur un an.


La hausse des prix de l’immobilier se poursuit en Auvergne-Rhône-Alpes

Selon LPI-Seloger, la progression des prix des logements reste rapide, tant au niveau national que local, et ce en dépit d’un nouvel affaiblissement provoqué par le troisième confinement.


Des hausses de prix de l’immobilier sensibles à Lyon et Valence

Selon le dernier baromètre mensuel des prix LPI-Seloger, les hausses de prix approchent de 10 % à Saint-Etienne, Lyon, Clermont-Ferrand, Villeurbanne et Chambéry. La hausse atteint 15% dans la préfecture de la Drôme.


Dans 5 arrondissements sur 9 à Lyon, la hausse de prix de l’immobilier dépasse 10%

C’est ce que révèle le dernier baromètre LPI-Seloger, publié il y a quelques jours.


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.