La crise sanitaire a un impact mesuré sur les prix, selon la FNAIM

La fédération a fait état en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture.

La FNAIM a fait part en fin de semaine dernière de sa dernière note de conjoncture. Selon la fédération de l’immobilier, « la confiance des ménages, indicateur très lié au dynamisme du marché du logement, a pâti de la crise sanitaire, mais ne s’est pas effondrée. A 94 points en août 2020, l’indicateur de l’INSEE se maintient en-dessous de sa moyenne de long terme (100 points) mais au-dessus du précédent point bas atteint en décembre 2018 au plus fort de la crise des « gilets jaunes » (88 points) ».

Les ménages demeurent toutefois inquiets sur les perspectives d’évolution du chômage, 830.000 demandeurs d’emplois supplémentaires ayant été comptabilisés au 2e trimestre d’après Pôle emploi et la DARES, soit un total de 4,4 millions de demandeurs d’emploi de catégorie A. « L’impact sur le marché immobilier sera différencié selon les territoires et les annonces locales de réductions d’emplois », note la FNAIM.

L’organisation note que l’impact sur le marché sera fonction de l’évolution de l’épidémie, mais que le confinement se sera traduit par un impact sur les prix. « Mais malgré le rebond des ventes (on ne peut pas encore parler de reprise) depuis la fin du confinement, le nombre de ventes s’inscrira en baisse sur l’année 2020 », note la fédération. Celle-ci juge « périlleux de faire des prévisions chiffrées sur l’impact futur de cette crise inédite sur les prix des logements ».

Impact mesuré sur les prix

Quant à l’impact de la crise sur les prix, il « est à ce jour très mesuré ». La FNAIM n’observait pas de baisse des prix à m-août, mais seulement un ralentissement de la hausse, qui s’établissait à 0,8 % entre juillet-août et le deuxième trimestre. « Les acheteurs n’attendent pas une hypothétique baisse de prix pour revenir sur le marché, et l’offre de logements à vendre demeure à un faible niveau », constate la FNAIM, qui tempère toutefois immédiatement, en indiquant qu’avec la matérialisation des conséquences économiques et sociales de la crise, les prochains mois diront si cette tendance perdure. Elle juge par ailleurs possible une nouvelle dynamique en termes de territoires. « On pourrait par ailleurs assister à un rééquilibrage territorial, avec un dynamisme moindre qu’avant la crise dans les grandes agglomérations », affirme la fédération .

Selon les tendances découlant des premiers chiffres dévoilés par l’INSEE (1.009.000 transactions réalisées sur les 12 mois à fin juin, soit -60 000 sur 12 mois à fin février), « 150.000 ventes devraient alors avoir été perdues durant le confinement et ne seront pas rattrapées ». Avec un second semestre attendu un peu moins dynamique que le second semestre 2019, le nombre de transactions pourrait donc baisser d’environ 20 à 25 % sur l’ensemble de l’année en cours.

Des taux de crédit à un niveau très bas

La FNAIM souligne que les taux de crédit immobilier restent à un niveau très bas, et qu’ils devraient le rester d’ici la fin de l’année, ce qui constitue un facteur de soutien important du marché. Reste que les conditions d’octroi de crédit se sont durcies, notamment sous l’effet des recommandations du HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) en vigueur depuis janvier (durée, taux d’effort, …), et que les taux de refus sont en augmentation et que les délais de traitement des dossiers s’allongent.

La fédération indique que malgré un marché de l’emploi en souffrance et des conditions de crédits durcies, le marché du logement fait preuve de résilience. « Le niveau très bas des taux d’intérêt constitue toujours un puissant soutien au marché, la confiance des ménages résiste plutôt mieux qu’initialement prévu et le logement profite plus que jamais de son statut de valeur refuge. À ce stade, et même s’il faut rester prudent, les prix semblent tendre vers la stabilité alors que de nombreux suiveurs du marché anticipaient une baisse marquée. Les transactions perdues à cause du confinement ne seront toutefois pas rattrapées ».

Trois grandes tendances

Selon la FNAIM, la crise de la Covid a fait fait évoluer le marché. Pour elle, trois grandes tendances se dégagent : un regain d’intérêt à l'égard des résidences secondaires (tout comme des maisons et de manière générale des biens avec des espaces extérieurs), des changements d’affectation de logement de type Airbnb au profit de la location classique, mais aussi une hausse du nombre d’étudiants recherchant un logement en cette rentrée 2020, certains préférant prolonger leurs études face aux difficultés d’accès à l’emploi.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Immobilier : le réseau Guy Hoquet évoque une année 2021 record

nullLe premier trimestre 2021 a confirmé, selon le réseau Guy Hoquet la résilience de l’immobilier face à la crise sanitaire. Les volumes de transactions sont quasiment historiques.


Selon Century 21, l’activité immobilière s’est accélérée au 1er trimestre

Century 21 a fait part, mercredi, de chiffres de ventes dépassant les niveaux enregistrés en 2019, année jusque-là considérée comme exceptionnelle.


« Le principe de réalité est en train de peser sur nous »

Henry Buzy-Cazaux est le président de l’Institut du management des services immobiliers (IMSI). Nous évoquons avec lui la remontée des taux et son impact sur le marché immobilier, ainsi que les autres éléments qui pourraient affecter ce dernier.


Hausse des prix de l’immobilier dans les départements de Rhône-Alpes

Les notaires de Rhône-Alpes ont fait état de leur note de conjoncture trimestrielle.


Immobilier: des prix en hausse à Lyon dans 8 arrondissements sur 9

Le dernier baromètre LPI-Seloger a fait part d’une accélération de la hausse des prix dans l’ancien.


A Lyon, des hausses de prix de 11,3% en 2020, selon LPI-Seloger

Selon le baromètre, le m² dans la capitale des Gaules atteint 5.707€ le m² en moyenne dans l’immobilier ancien, et flirte avec les 7.000€ le m² dans certains arrondissements.


Petite baisse des prix à Lyon, selon Meilleurs Agents

nullMeilleurs Agents a fait part de son baromètre national mensuel.


Century 21 évoque un marché de l’immobilier «miraculé» en 2020

Le réseau d’agences immobilières franchisées a fait part ce lundi de son traditionnel bilan de l’année immobilière.


Le retour en force de la maison

Selon Orpi, ce type de logement n’a jamais autant fait rêver les Français.


Les prix de l’immobilier en hausse de 2% selon Orpi, malgré la crise sanitaire


Sur un an, les prix ont augmenté en France, malgré les périodes de confinement, a indiqué ce lundi le réseau immobilier.


Lyon, ville où les prix ont le plus augmenté avec Rennes et Nantes en 2020

null
Les notaires de France présentaient ce jeudi leur premier bilan de l’année sur le marché immobilier. Les prix restent en hausse dans toutes les villes de France, et notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.


Immobilier : un engouement confirmé pour les espaces extérieurs

Meilleurs Agents a fait état d’une nouvelle étude sur l’impact d’une terrasse ou d’un balcon sur le prix d’un appartement dans les grandes villes de France.


Le marché immobilier lyonnais freiné par la crise et les refus de prêt


La FNAIM du Rhône a évoqué, à l’occasion d’une conférence de presse, l’activité du marché immobilier dans la Métropole de Lyon. Si il reste solide, le marché est affecté par la crise sanitaire, les conséquences du confinement et les difficultés de financement.


Selon LPI-Seloger, la hausse des prix de l’immobilier se renforce

En octobre, les prix signés ont augmenté de 6.3% sur un an, contre +4.5% il y a un an à la même époque, selon le baromètre. Au sein de de mouvement, Lyon ne fait pas exception.


La hausse des prix de l’immobilier se tasse légèrement

Les indices Notaires-Insee des prix des logements anciens au titre du troisième trimestre ont été publiés ce jeudi.