Le PTZ élargi | Lyon Pôle Immo

Le PTZ élargi

Le ministère de l’Economie et des Finances a, pour mieux accompagner les primo-accédants, annoncé « refondre le prêt à taux zéro pour 6 millions de foyers éligibles supplémentaires ».

Le prêt à taux zéro (PTZ), dispositif de soutien à la primo-accession en résidence principale des ménages sous conditions de ressources, est proposé à l’emprunteur par sa banque au moment de la conception du plan de financement de son achat immobilier.

Comme son nom l’indique, le PTZ est sans intérêt puisque c’est l’État qui subventionne intégralement le taux. Le PTZ ne peut toutefois pas financer la totalité de l’achat mais seulement une quotité, dont le maximum est aujourd’hui fixé à 40%, assimilé par les banques à un apport personnel. Le reste du prêt est assuré par un financement bancaire classique. Trois tranches de revenus se déclinent aujourd’hui.

Le fonctionnement actuel du PTZ pose toutefois plusieurs difficultés, le barème des ressources n’ayant pas été revu depuis 2016, en dépit de l’augmentation des revenus des Français. Par ailleurs, une part importante de ces PTZ contribue à l’artificialisation des sols : plus d’un tiers des PTZ aboutit à construire de l’habitat individuel en zone détendue. Le dispositif n’est plus assez avantageux pour les ménages les plus modestes, avec une quotité plafonnée à 40%.

Prolonger le dispositif

Cette refonte du PTZ vise donc à prolonger ce dispositif d’accession sociale jusqu’en 2027 alors qu’il devait s’éteindre fin 2023, et à recentrer le PTZ sur les acquisitions d’un logement neuf collectif en zone tendue ou d’un logement ancien avec travaux en zone détendue par souci de cohérence avec nos objectifs de lutter contre l’artificialisation des sols, mais en transférant 209 communes vers les zones dites tendues, les mieux aidées par le PTZ.

La refonte vise également à rehausser fortement les plafonds de revenus des deux premières tranches les plus subventionnelles afin d’en faire bénéficier à davantage de ménages (de 7% à 30% selon les zones et les tranches de revenus), et à mieux aider les emprunteurs les plus modestes, en augmentant à 50% la quotité de leur projet finançable par le PTZ (contre 40% actuellement). Cela représente une aide par ménage pouvant atteindre jusqu’à 10.000€ de subvention.

La refonte va également doubler l’aide de l’Etat pour les locataires de logement social souhaitant acheter leur logement (« PTZ vente HLM ») qui bénéficient aujourd’hui d’un PTZ à hauteur de 10% (20% en 2024). La refonte vise enfin à créer une 4ème tranche de revenus (entre 37.000 et 49.000€ par an) pour des ménages qui ne sont actuellement pas éligibles au PTZ avec une quotité d’opération finançable de 20%, soit en moyenne 5.000 € d’aide de l’Etat.

«Davantage de progressivité et de lisibilité »

La nouvelle grille va selon le ministère permettre « davantage de progressivité et de lisibilité ». 29 millions de foyers fiscaux seront potentiellement éligibles à ce nouveau dispositif, contre 23 millions actuellement (73% de la population éligible contre 60% auparavant). L’aide de l’Etat atteindra 5.000 à 40.000€ par achat immobilier, permettant de ramener le taux d’intérêt moyen d’une opération de 4,4 % à 3%.

Très concrètement, cette nouvelle mesure représentera par exemple pour un célibataire gagnant 25.000€ par an en zone tendue un gain total de 11.000€ (2% de son salaire durant 25 ans) sur la durée du prêt. Un couple sans enfant gagnant 60.000€ par an en zone tendue bénéficiera pour sa part d’un gain total de 31.500€.

Ce sont plus de 800 millions d’euros d’aides annuelles qui bénéficieront à 40.000 accédants à la propriété. D’autres dispositifs continueront de compléter le PTZ pour l’achat de sa résidence principale : outre les offres bancaires, on peut citer le « Prêt accession » distribué par Action Logement aux salariés sous conditions de ressources, au taux réduit de 1% et pour un montant pouvant atteindre 30.000€.

Le ministère rappelle aussi que 11 millions d’épargnants détiennent un plan d’épargne logement (PEL). L’épargne accumulée sur ces plans peut donner droit à l’octroi d’un prêt à l’achat immobilier à des conditions favorables. Cette nouvelle grille de PTZ sera opérationnelle début 2024.






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Une production de crédits l’habitat de 153 milliards d’euros en 2023

nullHors renégociations, la production a atteint 129,5 milliards d’euros, en nette baisse par rapport à 2022. Selon les intermédiaires en crédit, les taux poursuivent leur repli en février.


Un dispositif de revue des crédits immobiliers non accordés

C’est ce qu’a annoncé la Fédération bancaire française pour permettre aux candidats à l’emprunt de comprendre la raison d’un éventuel refus, voire de bénéficier d’un éventuel réexamen de leur dossier de crédit.


Des baisses de taux de crédit immobilier dans toutes les régions

nullC’est ce que confirme Empruntis, qui évoque une « nouvelle dynamique » après une période d’accalmie.


La production de crédit à l’habitat poursuit son repli

La production de crédits à l’habitat hors renégociations a atteint un nouveau plus bas depuis 2014 en novembre. Les taux, eux, sont en baisse en ce début d’année selon les courtiers, ce qui pourrait augurer d’un retour des banques sur ce segment de marché.


Nominations à la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

nullLa banque a fait part de nominations au comité de direction générale.


Retour à une publication trimestrielle pour le taux d’usure

nullC’est ce qu’a confirmé la Banque de France ce jeudi.


2024, année de baisse des taux ?

Plusieurs banques ont fait part de fortes baisses de leurs grilles, selon le courtier Emprunt Direct.


Une production de crédits à l’habitat qui se stabilise


La production hors renégociations est ressortie stable en octobre à 9,2 milliards d’euros.


Crédit immobilier : ralentissement de la hausse des taux

Les taux ralentissent en ce début de mois, selon les premiers barèmes reçus en ce début de mois de décembre.


Crédit immobilier : le HCSF procède à des ajustements à la marge

nullLe Haut Conseil de stabilité financière a décidé d’apporter trois ajustements techniques à la norme encadrant la délivrance de crédit, prenant acte de difficultés dans l’utilisation des dérogations et de la dynamique du marché. Les courtiers Cafpi, Empruntis et Meilleurtaux ont toutefois fait part d’une certaine déception.


Le taux d’usure passe le cap des 6% sur 20 ans

nullSur 20 ans et plus, pour sa dernière révision mensuelle, le taux maximal a passé cette barre symbolique.


Crédit immobilier : le taux moyen dépasse les 4%, indique Crédit Logement

nullL’observatoire Crédit Logement/CSA a fait part ce jeudi de son point mensuel sur le marché des prêts immobiliers.


La BCE laisse ses taux directeurs inchangés

nullLe Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a décidé de laisser inchangés ses trois taux d’intérêt directeurs.


Accession à la propriété : Caisse d’Epargne vise les moins de 35 ans

La banque a annoncé faciliter l’accession à la propriété des moins de 35 ans avec deux solutions de financement.


Le PTZ élargi


Le ministère de l’Economie et des Finances a, pour mieux accompagner les primo-accédants, annoncé « refondre le prêt à taux zéro pour 6 millions de foyers éligibles supplémentaires ».