Entreprises et sociétés : Bernard Devert prend la parole

TRIBUNE - Le fondateur d'Habitat et Humanisme, Bernard Devert, souhaite, dans une Tribune, une meilleure reconnaissance de l'entreprise dans la société.

Que de malentendus sur l’entreprise comme nous avons pu l’entendre entre le Ministre du Redressement productif et les dirigeants du Groupe Peugeot accusés hâtivement d’erreurs quant à leur stratégie.

Ces reproches excessifs ne procèdent-ils pas d’un vide juridique : la société est reconnue, l’entreprise est absente.

Ce grand juriste que fut Jean Rippert disait que le monde est peuplé d’êtres nouveaux qui ne sont pas comptés dans le dénombrement de la population et qui pourtant sont aussi vivants que des êtres physiques. Seulement cette « population nouvelle » est recensée de façon singulièrement réductrice pour offrir aux seules personnes morales, les sociétés, une capacité de plein exercice.

L’article 1832 du code civil définit la société à partir de deux éléments : l’affectio societatis et la volonté de se réunir, en vue du partage des bénéficies. L’acte d’entreprendre est singulièrement limité : quel partage de cet affectio societatis pour les salariés, fussent-ils des cadres ?

L’espoir de la richesse est une force de création qui se trouve quelque peu annihilée par des captations dirigées davantage vers la société que l’entreprise. Ne nous étonnons pas alors des frustrations de ceux qui, concourant au développement de l’entreprise, voient la société comme un lieu captatif des résultats, blessés pour être séparés des enjeux de décisions. Cette observation vaut aussi pour nombre d’actionnaires dans les Assemblées Générales avec ce ressenti que les conseils d’administration seuls décident. Les sociétés sont omniprésentes, les entreprises sont absentes, faute d’être instituées ou vraiment représentées.

Est-il juste de considérer que les actionnaires sont les seuls propriétaires de l’entreprise ? Certes, ils possèdent un titre financier mais cette part du capital est susceptible d’être cédée en Bourse du jour au lendemain. Une responsabilité aussi limitée dans la durée met en exergue le vide juridique du statut de l’entreprise, confrontée à des obligations singulièrement plus longues et lourdes, à commencer par ses engagements vis-à-vis des salariés.

La société se construit à partir d’une connaissance (affectio societatis). L’entreprise procède d’une reconnaissance de ceux-là mêmes qui, dépassant le court-termisme, l’inscrivent dans une finalité qui n’est pas seulement d’enrichir les associés mais aussi la Cité par le partage des liens économiques, financiers et sociaux à partir desquels s’opère une recherche constante du sens qui, seul, donne au possible de l’échange la source de nouveaux possibles.

Ne sommes-nous pas là précisément dans une approche de l’entrepreneuriat qui ne demande pas à être qualifié de social ou de solidaire, dès lors qu’entreprendre durablement c’est désirer « faire société » en incluant davantage de confiance et de solidarité.

S’ouvre un chantier aux juristes, économistes et praticiens de l’acte d’entreprendre pour que s’élabore le concept de l’entreprise offrant à ses différents partenaires la reconnaissance de leurs échanges et les conditions favorisant leur développement pour une contribution du bien commun.
L’entreprise est au cœur des paradoxes et des contradictions : si elle est le lieu privilégié de la création des richesses, elle est aussi celle de l’autonomie du profit ; elle est source de solidarité mais cause bien des exclusions.
Cette recherche d’un statut de l’entreprise ne permettrait-elle pas de mieux préciser les responsabilités des acteurs de l’acte d’entreprendre, évitant bien des accusations pour le moins des malentendus dans cette invitation à la reconnaître comme le lieu de l’épreuve, certes, mais aussi à entendre au sens de qualifications et de gratifications se rappelant que l’homme se découvre quand il se mesure aux obstacles (Saint-Exupéry).
Ces obstacles ne sont pas à craindre ; la question est de savoir comment les partager plus solidairement. Le statut de l’entreprise qui s’impose est peut-être la chance pour tenter une réponse.

 






Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Nominations chez Capelli

Le promoteur annonce l’arrivée de Damien Borne, Marion Baur et Ivan Ugidos.


La Fondation Abbé Pierre a livré son éclairage régional annuel

A cette occasion la fondation est revenue sur les actions menées en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le début de la crise sanitaire, il y a un an.


La Région veut accompagner Railcoop pour recréer la ligne Montluçon-Lyon

La Région propose de céder des rames à Railcoop pour l’accompagner dans son projet visant à terme à recréer la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon en juin 2022.


QPV : Gaël Perdriau veut plus de moyens pour l’inclusion des jeunes

Le maire de Saint-Étienne demande au Premier ministre, face à l’émergence de violences urbaines, davantage de moyens pour l’inclusion des jeunes.


Vénissieux accueillera la cité internationale des arts du cirque

Ce nouveau lieu de la création circassienne unique à l’échelle nationale, européenne et internationale sera implanté dans le quartier du Grand Parilly, a indiqué la Métropole de Lyon.


L’offre TCL s’adapte au reconfinement

Le SYTRAL adapte une fois de plus son offre au regard de l’évolution de la situation sanitaire.


Covid-19 : Auvergne-Rhône-Alpes, 2e région en termes de surmortalité

Après l’Île-de-France, la région est celle où la surmortalité est la plus élevée sur un an.


Villeurbanne : extension du stationnement payant

Le conseil municipal a adopté une délibération sur l’extension du stationnement payant à l’ensemble de la rue Léon Blum et à certaines rues du Carré de Soie.


Villeurbanne sera « capitale francaise de la culture » en 2022

nullLa ministre de la culture, Roselyne Bachelot, a attribué le label « capitale francaise de la culture » à la ville pour l’année prochaine.


Ouverture de la Clermont Innovation Week

Clermont Auvergne Métropole organise de nouveau cet évènement cette année. Prévue initialement au printemps 2020, la 3e édition n’avait pas pu se tenir du fait du confinement.


Le prolongement de la ligne T2 à Confluence a été mis en service

nullLe Sytral renforce par ce biais la desserte de ce quartier du deuxième arrondissement de Lyon.


Villeurbanne : réunion publique sur la 3ème tranche du cours Emile-Zola le 30 mars

Cette réunion sur le réaménagement de la troisième tranche du cours Émile-Zola, mais aussi sur le projet Liberté-Faÿs, se tiendra en visioconférence.


Pierre Taillardat, président du directoire du fonds souverain Auvergne-Rhône-Alpes

Le dirigeant, qui possède a été recruté par Siparex, qui assure la gestion du nouveau fonds présenté lundi par le président de la collectivité, Laurent Wauquiez.


Le projet de ligne LCE lancé entre Part-Dieu et Genas / Saint Exupéry

Le Sytral a voté ce lundi l’engagement de cette opération de ligne de bus à haut niveau de service dans l’Est lyonnais.


Ligne par câble Francheville / Lyon: un garant de la CNDP pour la concertation

Le Sytral a évoqué lundi les modalités de concertation pour la ligne par câble entre Francheville et Lyon 7ème, amenée à desservir à terme Sainte-Foy-lès-Lyon, Francheville, et la Mulatière.